Récolter ses propres graines


Réalisée par nos ancêtres depuis des décennies, la récolte des graines a toujours été le meilleur moyen de multiplier les plantes de façon sédentaire. 

Cette récolte, autrefois artisanale, a été déléguée à des organismes le faisant à grande échelle. Cependant, beaucoup de jardiniers ont conservé cette technique présentant de nombreux avantages. Économique, simple et durable, la plupart des plantes se prêtent bien à la récolte de leurs semences.

1. CE QU’IL FAUT SAVOIR POUR COMMENCER

Récolter ses propres graines est une technique assez simple pour les jardiniers les plus informés. Quelques règles de base sont à connaitre pour réussir la récolte.

1.1. Les hybridations

Avant toute chose, sachez que toutes les plantes qui produisent des fleurs ne peuvent pas systématiquement vous offrir des graines fertiles.

Les hybridationsAujourd’hui, de plus en plus d’espèces sont hybridées et croisées par des professionnels dans le but d’accentuer certains de leurs caractères (grosseur des fruits, couleur, résistance à telle ou telle maladie, etc). Ces hybridations entraînent malheureusement une quasi stérilité de leurs graines qui pourront produire de nouveaux individus mais rarement des fleurs ou des fruits identiques à la plante mère. C’est le cas pour le monde du potager, mais beaucoup de plantes ornementales sont aussi hybridées.

Pour le savoir rapidement, il vous suffit d’observer le sachet de graines acheté pour commencer. Si la mention F1 ou HF1 apparaît cela signifie qu’il s’agit de graines issues d’un premier croisement de plantes.

1.2. Choisir et sélectionner

Commencez tout d’abord par déterminer si les graines à récolter sont issues d’une plante qui vous plaît et que vous connaissez. Dans la nature et même au jardin, de plus en plus de plantes importées dans le passé sont devenues envahissantes et nuisibles pour les écosystèmes. Si vous n’êtes pas sûr, demandez conseil à un spécialiste mais évitez de semer des graines inconnues.

Lorsque ce risque est écarté, vous pouvez effectuer un travail de sélection avant même que les fruits ne soient montés en graines. Pour cela suivez les étapes suivantes :

- repérez les plus beaux fruits présents sur les plantes les plus saines possible (écartez donc systématiquement les plantes chétives ou malades qui produiront des graines de mauvaise qualité),

- pour la récolte en elle-même, vous devrez patienter jusqu’à ce que le fruit et donc les graines soit arrivé à maturité. C’est bien souvent lorsqu’elles sont sèches, brunes et qu’elles se détachent facilement de leur enveloppe qu’elles sont prêtes. Certaines espèces demandent même un blettissement* du fruit pour terminer la maturation de leurs graines.

(*blettissement : lorsque la chair d’un fruit est devenue trop mûre et ramollie. Le fruit est alors dit « blet ». La figue par exemple, se consomme blet. Outre son intérêt gastronomique, le blettissement des fruits est un phénomène permettant la germination optimale des graines)

ATTENTION : il existe des graines très difficiles à récolter si l’on attend trop longtemps que le fruit mûrisse. C’est par exemple le cas pour le Concombre du diable qui, quand il est mûr, éclate par un simple touché et propulse ses graines a plusieurs mètres. Pour les récolter, vous pouvez enfermer les fruits sélectionnés dans de petits pochons en plastique ou en papiers. Au moment de la récolte, les graines seront ainsi maintenues à l’intérieur du pochon où vous pourrez facilement les recueillir.

Choisir ses graines

En ce qui concerne les plantes à tubercules (pomme de terre, topinambour, etc), rhizomes (gunnera, iris, agapanthe, etc…) ou bulbes (tulipe, jonquille, crocus, etc…), la récolte des graines ne sera possible qu’après plusieurs années de culture. Leur multiplication est souvent plus facile par division.

1.3. La durée germinative

Une fois les graines récoltées, celle-ci auront une durée de germination plus ou moins longue selon les espèces. De quelques mois à plusieurs années, il est évident que leur germination sera meilleure lorsqu’elles seront matures mais relativement fraîches.

Certaines demanderont aussi à être semées dès leur récolte car elles se conservent très mal et germent très vite.

2. LES GRAINES À RÉCOLTER

Vous l’avez sans doute compris, toutes les plantes ne sont pas multipliable par l’intermédiaire du semis. Au-delà des hybridations, quelques espèces peuvent produire des graines qui ne seront pas forcément fertiles comme dans le cas de certaines plantes tropicales d’appartement ou de plantes de la famille des Astéracées. La liste serait trop longue à ériger, c’est pourquoi vous pourrez tout simplement vous renseigner en magasin en cas de doute.

2.1. Les plantes d’ornement

Parmi les végétaux d’ornement, il s’agit des plantes annuelles qui seront le plus souvent multipliées par semis. Leur croissance sur une année et leur semis, souvent très rapide et facile, permet à n’importe quel jardinier de pouvoir récolter leurs graines.

En ce qui concerne les plantes de plus grand développement comme les arbres, arbustes et plantes vivaces, la récolte de leurs graines se fera souvent à moins grande échelle et d’autres méthodes de multiplication comme la division ou le bouturage seront plus rapides. Chez ces dernières, il est important de savoir que la montée en graines après la floraison pourrait affaiblir inutilement la plante surtout si vous n’en récoltez pas les graines.

Beaucoup de plantes vivaces préfèrent être retaillées après la floraison offrant alors dans certains cas, une seconde floraison quelques semaines plus tard. Ne laissez donc les fleurs se transformer en fruits que si une récolte de graines est envisagée.

tableau_1

2.2. Les légumes et plantes aromatiques

La production de graines de plantes destinées à la consommation n’est pas similaire à celles purement ornementales. En effet, dans un potager, les plantes utilisées sont destinées à être un jour arrachées pour être consommées.

On distingue plusieurs catégories de légumes qui ne produiront pas de graines de la même façon :

  • Les biannuelles consommées la première année de culture : ces plantes poussent la premières année et fleurissent pour produire des graines l’année suivante. Chez ces légumes comme les carottes, poireaux, radis ou betteraves, la partie consommée ne présente pas de graines. Celles-ci se formeront sur la partie aérienne lorsqu’elles fleuriront.

Pour ne pas encombrer inutilement le potager mais aussi avoir des récoltes dignes de ce nom, ne laissez que quelques pieds en place jusqu’à leur montée en graines.

  • Les annuelles produisant des graines sur les fruits consommé à maturité : les tomates, poivrons, potimarron ou autres courges produisent des graines enfermées à l’intérieur et qui pourront être récoltées lors de la consommation du légume.
  • Les annuelles consommées de façon précoce mais produisant des graines sur les fruits complètement matures : c’est par exemple le cas des haricots ou autres pois qui sont toujours cueillis avant qu’ils n’arrivent à maturité. Pour en produire des semences, il faut simplement laisser les gousses sur la plante jusqu’à ce que les graines soient formées et durcies.

tableau_2

3. LE STOCKAGE ET LA CONSERVATION DES GRAINES 

Stockage et conservation des grainesUne fois que la récolte est amorcée, vous devrez préparer les graines qui seront stockées jusqu’à leur semis. Pour cela, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

- nettoyez une première fois les graines récoltées des éléments grossiers et inutiles,

- laissez-les ensuite sécher dans un endroit sec et bien ventilé une à deux semaines,

- secouez-les pour les débarrassez une deuxième fois des éléments inutiles qui seraient restés lors du premier nettoyage,

- stockez enfin vos graines dans de petits pochons en papier. Evitez les sacs en plastique ou les contenants en verre qui sont trop hermétiques et ont tendance à favoriser le développement de moisissures. N’oubliez pas de noter le nom complet ainsi que l’année de récolte sur le sachet.

Pour les conserver une fois conditionnées, stockez-les dans un endroit frais, bien ventilé et à l’abri de la lumière en évitant bien sûre une forte humidité ambiante.

Astuce :

? Placez quelques feuilles fraîches de Laurier sauce (Laurus nobilis) dans la boite de stockage de vos sachets de graines. Celles-ci auront pour but de faire fuir les insectes et autres charançons qui pourraient venir grignoter vos récoltes.

4. L’AVANT SEMIS

Avant de semer les graines que vous avez récoltées vous-même, il est possible de tester leur pouvoir germinatif. Le but est de ne pas avoir de mauvaise surprise une fois au jardin si elles ne sont plus bonnes et donc incapable de germer. Mais ne vous inquiétez pas, si toutes les conditions ont été réunies lors du stockage, le taux de germination devrait être bon.

Pour cela, il existe deux petits tests simples et rapides à réaliser :

- versez vos graines dans un récipient remplit d’eau, celle qui flottent sont creuses et ne germeront pas,

L'avant semis

- prenez au hasard une dizaine de graines que vous placerez sur un coton imbibé d’eau. Celui-ci sera enfermé dans un sac en plastique transparent à une température d’environ 20°C. Si en 15 jours au moins 2/3 d’entres elles germent vos semences ont toujours un très bon pouvoir germinatif.

Une fois ces petits tests effectués,  vous pourrez stimuler la germination de vos graines en les plaçant 15 jours au réfrigérateur, le froid puis le semis en terre provoquera un choc thermique qui les fera lever plus facilement.

Notre Boutique en ligne

  • Fontaine - DESJARDINS

    1 599,00 €