Arbre vénérable tant par sa taille, sa longévité que par son passé, l’arbre aux 40 écus ou ginkgo biloba est absolument remarquable. Au-delà de son intérêt ornemental, il est aussi réputé pour ses nombreuses vertus médicinales.

1. Description

Le Ginkgo biloba est un arbre caduc et dioïque, c’est-à-dire qu’il existe des sujets mâles et des sujets femelles, les deux sont donc nécessaires pour la reproduction. À l’œil, il est impossible de les différencier uniquement par leur forme. En revanche, cela est possible en automne car le mâle perd son feuillage 15 jours avant la femelle.

Photo 2C’est son feuillage qui fait sa popularité. Avec sa forme si unique, il est très facile de le reconnaître. Les feuilles de ce dernier ressemblent un peu à un éventail tout en étant plus ou moins ondulé et bilobé sur ses extrémités. En automne, elles deviennent jaune or, ce qui est resplendissant en cette saison.Photo 3 Source wiki Topjabot

Chez les sujets femelles, des fruits semblables à des cerises vertes, apparaissent au printemps puis deviennent jaunes après avoir été fertilisées. Ces fruits sont composés d’une amande entourée par une couche épaisse. Lorsqu’elles tombent au sol en automne, elles dégagent en se décomposant une odeur épouvantable de lait tourné. C’est la raison pour laquelle les sujets femelles sont beaucoup moins populaires que les mâles, majoritairement proposés à la vente.

À savoir : Mâle ou femelle, les ginkgos ne sont matures sexuellement qu’après une vingtaine d’années ! Photo 4

Son écorce est brun marbré, plutôt molle à la manière du liège. Les vieux sujets sont plus sombres, leur tronc a tendance à se déformer d’une façon très intéressante.

En ce qui concerne sa croissance, elle est vraiment très irrégulière. Il mettra dans un premier temps une dizaine d’année pour atteindre environ 6 mètres et aura un aspect très dégarni. C’est par la suite que sa croissance sera plus rapide et qu’il commencera, après 20 ans, à se densifier et s’arrondir. Cependant, pour une raison inexpliquée, il peut croître certaines années de 1 m comme ne pas pousser du tout.

Adulte, il s’érige à 25 mètres de hauteur pour 10 mètres d‘envergure. Photo 5

 

À savoir : Pour les plus vieux sujets, on remarque un troisième type de croissance appelé chichi. Il s’agit en fait de la production de nouveaux troncs verticaux à partir de la base ou directement sur le tronc principal. D’autres peuvent rejoindre le sol, tel des racines aériennes. Cette bizarrerie serait probablement due à certains facteurs environnementaux changeant, à un moment de la vie de l’arbre.

 

2. L’incroyable histoire du ginkgo biloba Photo 7

Les plus vieux fossiles de feuilles de ginkgo ont été datés de près de 300 millions d’années. Les dinosaures ont donc tout comme nous, côtoyé des ginkgos avec la même forme et les mêmes proportions qu’aujourd’hui ! Néanmoins, on ne le trouve plus à l’état sauvage, mais seulement aux abords des temples asiatiques ou dans des jardins où il a été planté.

2.1 Sa classification

Pour commencer, il est important de savoir que le ginkgo est vraiment unique en son genre. Dans la classification des végétaux qui différencie les deux plus grandes catégories de plantes, en l’occurrence les conifères (gymnspermes) et les plantes feuillues (angiospermes), le ginkgo n’appartient à aucune d’elles. En revanche, il s’avère plus proche des conifères que des arbres feuillus. La plante qui lui ressemblerait le plus en terme de moyen reproductif est le cycas.

De plus, à ce jour, le ginkgo est la seule plante au monde qui montre l’évolution ayant eu lieu entre les fougères et ses spores et les conifères avec leurs graines non-entourées de fruit. Il appartient à la famille des ginkgoacées parmi laquelle il demeure l’unique représentant.

2.1 Les origines de son nom

Son nom de genre ‘ginkgo’ vient d’un mot chinois ‘Gin Yyo’ qui signifie ‘patte de canard’ en relation avec la forme de ses feuilles. L’espèce biloba se traduit facilement par la présence de deux lobes sur chacune des feuilles.

En ce qui concerne son nom vernaculaire d’arbre aux 40 écus, elle apparut suite à une histoire engendrée par Louis XVI. Ce dernier chargea en 1780 un botaniste français d’aller acheter en Angleterre, 5 petits Ginkgo pour qu’ils y soient plantés en France. Le botaniste les acheta à l’époque 25 guinées soit exactement 40 écus. Pour l’anecdote, il s’avéra quelques années plus tard que les 5 Ginkgo étaient en fait tous des mâles donc impossibles à multiplié par semis !

2.3 Sa résistance

La résistance du ginkgo biloba est directement liée à sa traversée des âges. C’est durant la seconde guerre mondiale le 6 Août 1945 que fût larguée sur Hiroshima, la première bombe atomique lancée par l’Homme. Celle-ci éradiqua sur un très large périmètre toute trace de vie, autant par le feu que par le fort taux de radiations. Un an plus tard, un vieux ginkgo, présent prêt d’un temple, émit de nouvelles pousses sur la souche, et revint à la vie. Photo 8

Il se montre aussi particulièrement résistant au feu car à partir d’une certaine température, il émet rapidement au cœur de son tronc une gomme ignifuge qui l’empêche de brûler, du moins entièrement.

Au-delà du feu, il résiste aussi aux froids extrêmes d’environ -40°C, à de fort taux de pollution, au sel et est insensible aux maladies et ravageurs connus à ce jour.

 

2.4 Sa longévité

Le ginkgo est un arbre qui vit très longtemps ! En moyenne il dépasse 1000 ans et le sujet le plus vieux recensé sur terre est actuellement âgé de 3500 ans.

Dans le monde, il peut être planté dans toutes les zones tempérées subtropicales et c’est pour cela que vous pourrez observer des ginkgos dans une bonne partie des jardins botaniques et arboretums du monde.

2.5 Ses vertus

Depuis quelques dizaines d’années, le ginkgo biloba a été étudié de près, autant pour toutes ses vertus médicinales que pour sa capacité à traverser le temps en s’adaptant à des situations radicalement différentes.

Avec toutes ces recherches, principalement sur la feuille, il a été dénombré plusieurs centaines de molécules différentes. Elles auraient des bienfaits sur :

  • la mémoire,
  • la dépression,
  • la qualité de la circulation sanguine,
  • l’incontinence,
  • de nombreux maux…

Il aurait aussi été prouvé que les extraits de ses feuilles, une fois ingérées, offriraient une sensation de bien-être.

Les premiers médicaments à base d’extraits de ginkgo ont vu le jour dans les années 1970. Aujourd’hui, ils sont proposés en gélules, en thés, en ampoules ou en décoctions ‘maisons’ mais en veillant tout de même à respecter un dosage précis en fonction de sa corpulence.

3. Les différentes variétés

 tableau

4. La plantation

4.1 Ses exigences

Même si le ginkgo biloba résiste presque à tout, il est plus joli et prospère mieux lorsqu’il est planté dans de bonnes conditions. Ainsi, il demandera un sol fertile, neutre, argileux et plutôt bien drainant. Si ce n’est pas le cas, il pourra jeter son dévolu sur tout autres types de sols car il s’adapte presque à n’importe lequel d’entre eux.

À savoir : Sa faible exigence en terme type de sol, associée à sa résistance à la pollution, son port élancé et ses racines pivotantes, font de lui un arbre de plus en plus prisé en ville. Photo 17 Source wiki Meteor2017

Du point de vue de l’exposition, c’est à peu près le même refrain même s’il sera toujours plus à son aise dans un zone aérée et surtout ensoleillée où il peut se développer comme il l’entend.

4.2 Sa mise en terre

Nous l’avons vu, le ginkgo est un arbre dont les racines s’enterrent en profondeur. C’est cette caractéristique qui fait qu’il ne se plaît que très peu de temps en pot, hormis pour les cultivars nains. Le choix en rayon est donc décisif sur la vitesse de croissance de votre arbre par la suite. Choisissez de préférence des petits sujets qui semblent avoir été rempotés assez récemment (pas de chignons racinaires). Une fois au jardin, creusez-lui un trou d’au moins 3 à 4 fois le volume de la motte. Cette opération permettra d’ameublir votre terre, de l’enrichir en matières organiques et donc de l’aider à s’enraciner dans les meilleures conditions possibles.

Pensez enfin à épandre un paillis organique à son pied, à le tuteurer si besoin est et à l’arroser copieusement.

5. L’entretien

Une fois planté, le ginkgo se débrouille seul. Vous n’aurez qu’à lui offrir un arrosage régulier les premiers mois de sa vie et le tour est joué. En matière de fertilisation, si votre sol est naturellement riche, ne passez pas votre temps à essayer de booster votre arbre aux engrais. Un seul apport lors de sa plantation suffira à son bonheur. Ensuite, comme ses racines s’enfoncent en profondeur, il ira chercher, de lui-même, l’humidité et les minéraux dont il a besoin. Photo 18

La taille est elle aussi à éviter car le port naturel de l’arbre est toujours plus joli, laissez-le se former à son rythme et il vous en sera d’autant plus reconnaissant. Évidemment, en présence de bois morts ou de branches cassés, la taille est fortement recommandée pour faire des coupes nettes et ainsi embellir sa structure.

6. La mise en scène

Les usages du ginkgo biloba au jardin sont multiples. La variabilité des formes et des hauteurs fait qu’il pourra rejoindre presque toutes les scènes du moment que vous choisissez le cultivar adapté à la situation.

Parmi les plus utilisées et les plus originalaux, vous pourrez planter un ginkgo :

En isolé : Photo 19

seul ou en cépée au milieu d’un gazon ou d’une très grande surface dégagée, cette plantation a non seulement un but pérenne mais aussi symbolique dans votre jardin. C’est ainsi qu’il sera le mieux mis en valeur même si vous n’aurez malheureusement aucunes chances de le voir à son plus bel âge !

En alignement : plus rarement utilisé, l’alignement vise à donner une impression de profondeur au jardin en utilisant une seule et même variété. Dans ce domaine, il s’agit des formes fastigiées les plus remarquables car elles peuvent associer profondeur et verticalité à la mise en scène. Dans la plupart des jardins, vous pourrez la mettre en place dans une entrée de propriété.

En jardin japonisant : Photo 20

très à la mode, les ambiances japonaises permettent d’allier nature, foisonnement et régularité des formes. Utilisez par exemple les formes naines où fastigiées qui pourront vous donner un résultat beaucoup plus rapide et adapté votre ambiance au sein d’un petit espace. Pour l’accompagner, privilégiez d’autres arbres à belle écorce comme les bouleaux ou prunus, des bambous ou bien des plantes vivaces comme les hostas, pivoines, iris, etc…

Paillez aussi avec une dominance minérale et quelques objets de décoration concordant avec le thème.

En pot : Photo 21 Source wiki Ragesoss

sur un balcon ou en tout petit jardin, vous pouvez aussi obtenir l’originalité du ginkgo. Cependant, préférez les sujets nains qui pourront faire toute leur vie dans de telles conditions. Augmentez le volume du pot tous les 5 ans environ et surveillez attentivement l’arrosage.

Pour les plus initiés, vous pourrez parfois acquérir des ginkgos bonzaïfiés. Pour les garder ainsi et les tailler correctement, mieux vaut en connaître les bonnes techniques et s’être fait la main sur des espèces plus faciles.

Pour en faire plus : il existe de plus en plus d’objets de décoration orienté vers un côté nature et rustique. Vous pourrez ainsi décorer votre jardin de belles feuilles de ginkgo en fer esprit rouillé. Photo 22

 

Notre Boutique en ligne