Loin de l’effervescence du printemps et de l’été, le potager en hiver est nettement plus calme. La nature s’endort avec le froid dominant, le vent, la neige et la grisaille omniprésente. Les rares journées ensoleillées ne suffisent pas à créer une dynamique végétale propice à la croissance en extérieur. Toutefois, certaines choses restent à faire, que ce soit pour les retardataires ou pour les plus chanceux pratiquant la culture sous serre.

1. LES RÉCOLTES

Tout n’est pas totalement arrêté en hiver. Certaines récoltes de légumes d’hiver demeurent possibles pour ceux n’ayant pas encore été arrachés. On les appelle légumes de garde car ce sont pour la plupart des plantes bisannuelles ayant un cycle de vie sur 2 ans. La première année est destinée à la croissance, ils passent ensuite l’hiver en dormance avant de consacrer la seconde année à leur floraison et à la production de graines.

Ces légumes se récoltent avant maturité pour en consommer les racines ou les tubercules. C’est le cas des Carottes, Betteraves ou Céleris raves. Pour une meilleure conservation, il est préconisé de les déterrer avant que le sol ne soit gelé pour les conserver en cave dans du sable. Certains préfèrent les laisser en terre, il faudra cependant se rendre dans le potager pour les cueillir au fur et à mesure des besoins.

La Mâche et les Salades d’hiver comme la Pain de sucre peuvent aussi se récolter à la demande. En ce qui concerne les Endives, légume d’hiver par excellence, elles doivent être déterrées de la fin de l’automne jusqu’en début d’hiver afin de les placer en silo à la cave pour les faire blanchir.

Les Poireaux se laissent en terre et se récoltent à la demande puisqu’ils ne peuvent se conserver en silo. Faites-les blanchir avant récolte en les buttant, c’est à dire en ramenant la terre jusqu’à l’aisselle des feuilles pour blanchir la base, privée de lumière. Cette partie est beaucoup plus tendre et délicate.

La Poire de terre ou Yacon, se récolte aussi tardivement en début d’hiver. Une bonne gelée va faire noircir le feuillage, c’est alors le bon moment pour en récolter ses tubercules.

2. PRÉSERVER LA TERRE

Si ce n’est pas déjà fait, pailler votre potager est indispensable pour le protéger du gel, de l’érosion et de la germination d’adventices. Le paillage choisi peut être une simple toile de sol ou mieux de la paille. Ces protection vont éviter au sol de trop se refroidir en hiver, il sera plus propice à être mieux travaillé dès le printemps suivant.

Le paillage en fumure est recommandé pour les potagers dont le sol n’est pas très bon ou trop drainant. Un fumier ou un compost surmonté de paille va libérer bon nombre d’éléments nutritifs qui seront assimilables par les cultures printanières.

3. PLANTER SOUS ABRIS

La serre est un véritable luxe pour tous les jardiniers souhaitant continuer quelques cultures en hiver ou bien anticiper celles de printemps. Les semis possibles durant l’hiver sous abris sont les Choux comme les fleurs, brocolis ou cabus d’été, les Poireaux, Carottes, Radis ou autres Salades comme la Mâche ou même les premières Laitues. Les plus ambitieux pourront isoler l’intérieur de leur serre avec un papier bulle prévu à cet effet afin que la température demeure hors gel durant les nuits.

Pour les plus modestes où ceux n’ayant pas la place d’accueillir une serre, la solution du châssis peut aussi montrer de belles réussites. Couvrez-les les nuits les plus froides avec des plaques de polystyrène prévues à cet effet.

Que ce soit la première ou la seconde solution, pensez toujours à ventiler l’intérieur en journée afin d’éviter les maladies cryptogamiques comme les Botrytis ou autres pourritures dues à une atmosphère trop humide.

En pleine terre, la plantation du Salsifis est possible hors période de gel.

4. NETTOYER

Après la majeure partie des tâches effectuées au potager, l’hiver est la meilleure saison pour prendre soin de son matériel.

Ce dernier doit bénéficier d’une attention toute particulière afin de le maintenir en bon état. Les matériels manuels en acier se nettoient une fois les travaux terminés. Lavez-les abondamment à l’eau claire puis séchez-les. Pour une durée de vie encore meilleure, vous pouvez les huiler ou bien les traiter avec un produit anti rouille. Rentrez-les à l’abri jusqu’à leur prochaine utilisation.

Les outils de motoculture doivent eux aussi subir un nettoyage et un contrôle avant l’hiver. Ce peut être le moment de les porter en révision chez un professionnel.

Nettoyez aussi en les désinfectant toutes vos barquettes de semis ainsi que vos éventuels pots et godet utilisés à ces fins.

Si vous ne l’avez toujours pas fait, n’attendez surtout pas que les gelées soit fortes pour rentrer à l’abri vos systèmes d’arrosage et purger vos robinets extérieurs.

5. RANGER

Le tri et le rangement sont également de mise dans votre atelier ou cabane de jardin. Profitez de la trêve hivernal pour trier vos paquets de graines, jeter les éventuels périmés qui auront un taux de germination plus que réduit. Suivez cette même logique pour les produits de traitement, inutile de conserver des choses dont vous ne vous servirez plus, préférez le recyclage pour vous faire de la place.

6. ÉTUDIER ET S’INFORMER

Rien de tel que de profiter d’un peu de temps libre pour remettre de l’ordre et même préparer la saison suivante. Vous pouvez établir votre cycle de culture et de rotation afin de ne pas planter toujours les mêmes légumes aux mêmes endroits, ce qui réduirait vos rendements en augmentant le risque de maladies.

Pour faire les choses en bonne et due forme, suivez les conseils de rotations de cultures afin d’éviter de planter des cultures antagonistes. Étudier les plantes compagnes est aussi une bonne solution pour limiter la présence de ravageurs.

La formation est une clé assurée du succès au potager !

Notre Boutique en ligne