Arbuste très réputé pour sa floraison semblant durer des mois, les skimmias offrent plusieurs avantages. Faciles à cultiver, rustiques, persistants, odorants et colorés, ils raviront plus d’un jardinier !

1. LEURS CARACTERISTIQUES

Originaire d’Asie de l’Est, on rencontre les skimmias à l’état sauvage plus précisément au Japon ainsi qu’en Sibérie orientale et aux Philippines. Parfaitement adapté aux hivers froids, les basses températures et la neige ne leur font pas peur, malgré leur feuillage persistant. Parents de certains agrumes comme les citronniers, ils appartiennent à la famille des rotacées. Les skimmias sont des arbustes au port arrondi relativement dense et compact. Ils présentent des feuilles vertes, ovales et lisses de 10 à 15 cm de longueur. De plus, leur croissance est relativement lente mais sûre.

La floraison se produit quant à elle sur les extrémités supérieures des tiges sous la forme d’inflorescences coniques composées d’une multitude de petites fleurs. Le gros atout est que les bourgeons de fleurs de skimmia arrivent sur l’arbuste dès l’automne et perdurent ainsi durant tout l’hiver. Ensuite, au cours des mois de mars à juin, les bourgeons floraux éclosent pour laisser apparaitre de petites fleurs blanches, crème ou légèrement rosées. Ces fleurs auront aussi l’avantage d’être finement parfumées d’une pointe de parfum de fleur d’oranger.

Notez que les skimmias sont des arbustes dioïques, c’est-à-dire qu’il existe des plantes mâles et des plantes femelles. Les deux présenteront des inflorescences mais seules les femelles donneront des fruits. Ces derniers apparaîtront après la floraison en fin d’été, sous la forme de baies rondes, baies rondes, rouges ou blanches, grosses comme des petits pois. Celles-ci persisteront aussi sur les plantes femelles durant une bonne partie de l’hiver, du fait qu’elles sont toxiques et donc bien souvent délaissées par les oiseaux.

Les plantes femelles nécessiteront bien entendu la présence d’un mâle dans les environ pour pouvoir produire des fruits. Certaines sont hermaphrodites, ils pourront ainsi produire des baies seuls.

2. LES DIFFERENTES VARIETES

Il existe 4 espèces de skimmias dont certaines peuvent atteindre 6m. Tous sont persistants mais l’espèce la plus couramment proposée à la vente sera la japonica. Les formes et les couleurs de cette espèce y sont déjà très variés de par les nombreux cultivars qui la composent. En règle générale, les skimmias ‘Français’, ne dépasseront jamais 1.50 m, c’est pourquoi ils seront adaptés à plusieurs types de jardins et de situations.

 (tableau)

3. L’ACHAT

Les Skimmias sont avant toute chose des arbustes d’ornement, c’est pour cela qu’ils seront présents en rayon toute l’année. De plus, ils disposent d’un attrait qui perdurent et change au fils des saisons d’où sa mise en avant dans le rayon des plantes de terre de Bruyère.

Vous les trouverez en pots de deux litres pour les plus petits jusqu’à des potées de 10 litres pour les plus beaux sujets.

Photo-10

4. LA CULTURE DE LA PLANTE

3.1. La plantation

Où ?

Vous pouvez planter les Skimmias partout en France. Au jardin, ils prendront place autant dans les massifs de plantes de terre de Bruyère qu’en pot accompagnés d’autres plantes.

Dans quelle exposition ?

Amateurs d’ombre, les Skimmias ne devront pas être plantés en situation trop ensoleillée au risque de voir leurs feuilles se décolorer et jaunir. De même, évitez-leur les vents trop froids surtout en hiver, qui renforceront le ressenti du froid pour la plante.

Photo-11

Dans quel sol ?

Les Skimmias auront une préférence pour les sols acides et riches en humus. Aussi évitez ainsi les sols trop calcaires ou desséchants. En ce qui concerne l’humidité, elle ne doit pas non plus être en excès.

Quand ?

Pour assurer une meilleure reprise ainsi qu’une floraison normale dès la première année, il est recommandé de planter les Skimmias à partir du mois de septembre et jusqu’en novembre. Si vous le plantiez au printemps, l’arbuste ne se concentrait plus sur sa floraison mais risquerait à l’inverse de privilégier son enracinement.

Comment ?

Pour installer un Skimmia, l’idéal est que l’ombre soit déjà présente, c’est pourquoi ils trouveront mieux leur place dans un massif déjà existant ou sous des arbustes déjà développés.

Ensuite, vous n’aurez qu’à préparer son emplacement de manière à ce qu’il s’enracine le plus vite possible avant l’hiver. Pour cela :

- creusez un trou d’au moins 3 fois le volume de la motte en tous sens afin de décompacter la terre et de l’enrichir,

- amendez-la en y incorporant 1/3 de terre de Bruyère et un tiers de terreau de plantation,

- plantez l’arbuste puis rebouchez le trou de manière à ce que la base ne soit pas enterrée,

- arrosez abondamment pour chasser les bulles d’air, puis épandez un paillis organique d’aiguilles ou d’écorce de Pin.

En pot, vous devrez vous tourner vers des matériaux poreux, qui ne retiennent pas l’eau, comme le béton ou la terre cuite. Prévoyez également un drainage de billes d’argile au fond du pot dans le but d’évacuer les eaux excédentaires !

3.2. La plantation

Photo-12

Peu gourmands en soins, les Skimmias sont capables de vivre seuls une fois enracinés. Quelques petits coups de pouce du jardinier les aideront cependant à rester plus esthétiques.

L’arrosage

Indispensable après la plantation pour favoriser l’enracinement, l’arrosage ne se fera par la suite qu’en cas de sécheresse estivale afin de garder toute la fraîcheur de son feuillage persistant.

Dans le doute, utilisez de préférence de l’eau de pluie qui sera dépourvue de calcaire.

La fertilisation

Privilégiez les engrais riches en potasse et en phosphore qui favorisent la floraison, l’enracinement et la vigueur de la plante. Evitez au contraire ceux trop riche en azote qui encourageront certes, un beau feuillage mais qui produiront aussi une touffe plus fragile et moins dense car elle poussera anormalement plus vite.

Le compost et les billes d’engrais organique universel sont de très bons choix pour une fertilisation annuelle en sortie d’hiver.

La taille

Photo-13

Aucune taille n’est à prévoir sur ces arbustes hormis pour couper des branches mal équilibrées. De plus les skimmias ne supportent pas les tailles de rabattage, abstenez-vous donc et choisissez une variété dont la taille sera adaptée à l’emplacement que vous lui offrirez.

Les maladies et ravageurs

C’est la chlorose ferrique qui sera le plus souvent visible sur un skimmias. Ce problème vient bien souvent d’un sol calcaire ou trop argileux. Avec ces excès, l’arbuste n’est plus en mesure de capter le fer naturellement présent dans le sol et se produit donc un jaunissement ainsi qu’une décoloration du feuillage. Pour enrayer ce problème, apportez de la terre de bruyère de manière à alléger et acidifier la terre puis arrosez l’arbuste avec de l’eau rouilleuse. Pour la fabriquer, faites simplement tremper quelques clous (non galvanisés) dans le l’eau, puis arrosez avec la solution qui sera riche en fer.

En ce qui concerne le ravageur le plus courant, ce sera sans aucun doute la Cochenille. Ce petit insecte blanc se colle sur les feuilles pour en sucer la sève. Si elles étaient laissées ainsi, elles risqueraient d’endommager la plante et de l’affaiblir. Pour les faire fuir, pulvérisez simplement une solution de savon noir et en dernier recours un insecticide à base de Pyrèthre végétal.

La multiplication

Les skimmias peuvent se multiplier de deux façons ;

- par semis : Cette méthode se réalise au printemps à partir de baies que vous devrez scarifier (couper l’écorce pour aider la germination). Plantez les graines dans un mélange terre de Bruyère/terreau et placez-les dans une serre non chauffée jusqu’à la levée. Ensuite entreposez-les à l’extérieur et plantez-les en pleine terre une fois l’automne arrivé.

- par bouturage :

Photo-14

Dans ce cas, les boutures se font au mois de juillet lorsque les jeunes rameaux commencent à se lignifier. Pour cela, coupez une pousse de l‘année, sous les bourgeons inférieurs, de manière à ce qu’ils puissent émettre des racines. Ne gardez que deux feuilles que vous couperez à leur moitié pour éviter la déshydratation. Trempez l’extrémité inférieure dans de l’hormone de bouturage et plantez-les dans de petits pots, remplis de terre de Bruyère et de terreau, et placez-les sous serre.

Enfin, les boutures seront enfin rempotées, une fois qu’elles seront enracinées, puis replantées au jardin l’automne suivant.

Les bonnes associations

Photo-15-Source-Minier

Nous l’avons dit, les skimmias se marient merveilleusement avec les plantes de terre de Bruyère qui ont bien souvent les mêmes exigences qu’eux. Plantez-les de manière à former de beaux massifs à dominance persistante ou non. Entre autres, vous pourrez choisir les Pieris, Camélias, Rhododendrons, Hamamélis ou encore Corylopsis.

En pots, ils seront plantés seuls et accompagnées d’autres pots qui seront plantés par les plantes supportant cette méthode de culture. En l’occurrence, sur un coin de terrasse ombragée, associez-les aux Hostas, Rhododendrons nains ou autres Bambous.

Notre Boutique en ligne