Le monde des arbres est extrêmement vaste. Les formes, les couleurs et les caractéristiques sont propres à chacun. Parmi les plus originaux, vous remarquerez tout particulièrement les arbres à port pleureur : une merveille

1. QU'EST-CE QU'UN PORT PLEUREUR ?

On parle d’arbre à port pleureur lorsque les branches de celui-ci se dirigent naturellement vers le sol. De manière scientifique, on parle de géotropisme négatif pour expliquer ce phénomène. Le terme pleureur vient quant à lui des larmes retombant toujours vers le bas.

Avec ce port si particulier, il va de soi que leur taille à l’âge adulte sera plus petite que les mêmes espèces à port érigé. C’est pour cela que la grande majorité des sujets les plus retombants ne dépasseront que très rarement 10 mètres de hauteur. Des exceptions sont bien sûr possibles comme avec ce Fagus sylvatica ‘pendula’ ou Hêtre pleureur.

Photo2

L’empiètement au niveau du sol est quant à lui plus important à cause de sa forme en ‘parapluie’.

L’ensemble de ces arbres sera enfin mis en valeur par une plantation en isolé ou en massif associé à des plantes vivaces de petites tailles.

2. LES PLUS BEAUX GENRES

2.1. Acer palmatum 'dissectum garnet'

Photo3

Hauteur X Largeur : 3 m X 3 m

Exposition : soleil non brulant ou mi-ombre mais abrité des vents forts (l’ombre sera aussi possible mais l’arbre sera moins haut et beaucoup moins compact)

Sol : acide, léger, riche en humus et drainant surtout en hiver

Photo4

Photo5

Photo6

Cet érable du Japon assez populaire tant pour ses proportions plus réduites que ses cousins, n’est pas fortement pleureur mais a plus tendance à pousser à l’horizontale puis retomber sous le poids des branches. Son feuillage très finement découpé et pourpre assure un contraste unique avec son aspect si opaque. À l’automne, il prendra des teintes rouge écarlate exceptionnelles !

Photo7

Sa croissance est aussi relativement rapide pour un Erable du japon, soit plusieurs dizaines de centimètres par an dans les bonnes conditions.

2.2. Betula pendula ‘youngii’

Photo8

Hauteur X Largeur : 8 m X 10 m

Exposition : plein soleil au Nord et mi-ombre au Sud. Peu sensible au vent.

Sol : indifférent, avec une préférence pour les sols assez humides et riches.

Photo9

Le bouleau est considéré comme un arbre pionnier, c’est pour cela qu’en culture, il est très peu exigent. Ce cultivar pleureur est relativement nanifié comparativement aux autres espèces. C’est pour cela que par soucis d’esthétique, il sera bien souvent greffé en tige de manière à pouvoir circuler dessous une fois qu’il est arrivé à maturité. En hiver, il se démarquera des autres arbres pleureurs par son écorce marbrée de blanc et ses branches fines et très ramifiée voletant agréablement dès la moindre brise.

2.3. Caragana arborescens ‘walker’

Photo50

Hauteur X Largeur : 2,50 m X 2,50 m

Exposition : plein soleil

Sol : pauvre, sec à frais, ni trop calcaire, ni trop acide. Peu exigent de manière générale, il résiste aussi aux sols salés et aux embruns

Photo51

Avis à l’amateur de plante de collections. En effet, ce petit arbre dispose de bien plus qu’un port pleureur. De par son appartenance à la famille des Légumineuses, il se couvrira en Mai de nombreuses fleurs jaunes irrégulière typique de cette famille. Son feuillage extrêmement fin sera un peu semblable à celui de l’Acacia, c’est-à-dire composé de nombreuses folioles.

Le cultivar ‘pendula’ disposera des mêmes caractéristiques si ce n’est que son feuillage sera moins fin.

Photo52

2.4. Fagus sylvatica ‘purpurea pendula’

Photo11

Hauteur X Largeur : 3 m X 3 m

Exposition : soleil ou mi-ombre avec une bonne humidité atmosphérique, évitez les situations desséchantes

Sol : riche et frais mais pas trop humide

Photo12

Photo13

Photo14

Le hêtre est naturellement utilisé en haies marcescentes (gardent leurs feuilles mortes jusqu’à la pousse des suivantes) ou bien en arbre d’alignement. Il en existe à feuillage pourpre, des pleureurs, mais aussi les deux à la fois comme ce cultivar si remarquable. Son port est compact et la plupart du temps, les branches retombent jusqu’au sol masquant ainsi le tronc. Son feuillage coloré presque noir lui donne aussi une allure qui se démarque à merveille des plantes pouvant l’entourer. À l’automne, ce feuillage changera de couleur pour le plus grand plaisir des yeux. Il se glissera enfin dans de petits comme de grands jardins où bon nombre de scènes le magnifieront.

2.5. Fraxinus excelsior ‘pendula’

Photo15

Hauteur X Largeur : 10 m X 8 m

Exposition : toutes les expositions à part l’ombre intense

Sol : tous les sols, le Frêne n’est vraiment pas exigent

Photo16

Photo17

Le frêne commun est naturellement présent en France et peu parfois même être envahissant à cause de sa grande capacité à se ressemer. Ce cultivar est identique à l’espèce type si ce n’est que son port est largement retombant et ce quasiment jusqu’au sol. C’est donc greffé sur haute tige qu’il aura le plus beau rendu. À par son port, son esthétisme ne sera pas époustouflant, c’est pourquoi vous devrez le planter de préférence en arrière plant où il apportera un contraste auprès d’autres arbustes érigés.

2.6. Morus alba ‘pendula’

Photo18Hauteur X Largeur : 3 m X 5 m

Exposition : plein soleil, exposition la plus chaude possible

Sol : léger et bien drainant. Evitez absolument les sols lourds et asphyxiants surtout en hiver.

Photo19

Photo20

Photo21

Cet arbre aux branches verticales et retombantes est plus connu sous le nom de Murier platane. Son originalité vient bien sûr de son port mais également de ses grandes feuilles et de ses fruits noirs comestibles. À l’automne, le feuillage passe par des teintes jaune vif avant de finir par tomber en début d’hiver. Seul bémol : sa rusticité. En effet, ce murier ne supporte pas les températures au dessous des -12 °C / -15 °C. Laissez-le enfin se développer à son aise, il en sera d’autant plus remarquable !

2.7. Prunus serrulata ‘kiku shidare zakura’

Photo22

Hauteur X Largeur : 4 m X 5 m

Exposition : ensoleillée et si possible abritée des courants d’air froid qui peuvent endommager la floraison en cas de gelées tardives

Sol : calcaire à neutre, frais et riche en humus

Photo23

Photo24

Photo25

Les Prunus ou Cerisiers fleurs sont de formes et de couleurs variées. Ce cultivar se distingue évidemment pas son port pleureur laissant apparaître en avril/mai une véritable cascade de grosses fleurs doubles de couleurs rose. Son feuillage, lui aussi coloré, sera bronze au débourrement puis deviendra ensuite vert. Il sera plus joli en isolé ou bien dans des ambiances naturelles comme en bord de bassin ou dans des jardins à connotation japonaise.

2.8. Prunus serrulata ‘shirotae’

Photo26

Hauteur X Largeur : 6 m X 12 m

Exposition : ensoleillée et abritée des vents forts ou froids

Sol : tous les sols du moment qu’ils sont riches et frais

Photo27

Photo28

Photo29

Cette variété de Prunus est aussi connue sous le nom de ‘mount fuji’. Il se distingue largement des autres par son port significatif. Pas franchement pleureur, ses branches seront plutôt horizontales lui donnant un aspect presque couvre sol mais sur une grande surface. Au printemps, l’ensemble des branches se recouvrent de belles fleurs blanches parfumées, comme recouvertes de coton. Ne le plantez que si vous disposez d’un espace suffisant car toute taille endommagera son magnifique port naturel, laissez le plutôt se développer comme bon lui semble !

2.9. Pyrus salicifolia ‘pendula’

Photo33

Hauteur X Largeur : 5 m X 4 m

Exposition : plein soleil

Sol : bien drainant, pauvre et de préférence calcaire

Photo31bis

Photo32

Photo33

Même si à première vue la ressemblance n’est pas flagrante, cet arbre est un Poirier pleureur à feuille de Saule. Bien différent des espèces fruitières, il produira lui aussi des Poires minuscules à l’automne et non comestibles. Il dispose d’un beau feuillage bleu gris allongé, rappelant ainsi celui d’un Saule. Ses branches compactes et fines font qu’il offrira un rendu quasiment opaque même une fois les feuilles tombées. Un atout supplémentaire viendra de ses inflorescences en mai/juin en bouquets de fleurs blanches identiques à celles d’un Poirier à fruits.

Placez-le dans des scènes plutôt chaudes en compagnie de Graminées et de plantes à fleurs bleues pour un rendu époustouflant.

2.10. Salix alba ‘tristis’

Photo34

Hauteur X Largeur : 20 m X 20 m

Exposition : toutes les expositions tant que le sol lui correspond

Sol : humide à très humide, tourbeux et riche en matière organique

Photo35

Photo36

Photo37

Communément appelé saule pleureur, il est largement planté en France et très populaire aux yeux de beaucoup de jardiniers. Avec son grand développement vous devrez lui assurer une place suffisante et si possible la proximité d’un point d’eau ou d’un marécage pour assouvir ses besoins en eau. Ses branches maîtresses son plutôt érigées et ce sont les secondaires qui sous leur propre poids retombent d’une façon très gracieuse pour un arbre de cette taille. De plus, ces dernières s’animeront merveilleusement même avec une légère brise. Les feuilles longues et vertes son portées sur des tiges jaunes en hiver.

2.11. Salix caprea ‘kilmarnock’

Photo38

Hauteur X Largeur : 2 m X 2 m

Exposition : toutes les expositions

Sol : humide, riche et plutôt acide

Photo39

Photo40

Photo41

Très populaire dès les premières douceurs printanières, ce saule nain s’adapte dans presque tous les jardins et même en pot. C’est avant la naissance du feuillage qu’apparaissent des dizaines de chatons gris, puis jaunes, sur l’ensemble des branches. Le feuillage vert au-dessous grisâtre, assez classique, prendra ensuite le relais pour former une touffe compacte. Sa durée de vie n’est cependant pas très longue comme la plupart des saules et les branches mortes sont monnaie courante, il sera donc plus joli associé à d’autres arbustes et plantes vivaces.

2.12. Sophora japonica ‘pendula’

Photo42

Hauteur X Largeur : 3 m X 3 m

Exposition : ensoleillée et abritée des vents forts

Sol : frais, profond et bien drainé. Il accepte également les sols pauvres

Photo43

Photo44

Photo45

Photo46

Ce petit arbre assez méconnu est pourtant l’un des plus jolis dans sa catégorie. Trapu et très dense, il formera à lui seul une véritable tonnelle surtout s’il est greffé en tige. Ses feuilles sont vertes et composé de plusieurs folioles arrondies. Le branchage est lui aussi inattendu car sur les vieux sujets, les branches maîtresses ont tendance à s’agglomérer avec des formes tortueuses.

La floraison est quant à elle assez rare et n’apparaîtra que sur les sujets adultes en panicules de fleurs blanc crème. Sa croissance assez rapide, mais ses proportions réduites, lui permettront de prendre place même au sein des petits jardins.

2.13. Ulmus glabra ‘camperdownii’

Photo47

Hauteur X Largeur : 6 m x 6 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : frais donc pas trop sec, riche et profond

Photo48

Photo49

Lui aussi méconnu, l’orme pleureur à feuilles de charme forme à taille adulte une véritable tonnelle tellement le dessous de son branchage est vide. Ses branches maîtresses, si elles ne sont pas taillées au fur et à mesure, sont tortueuses et compactes donnant ainsi bon nombre d’écorces. Les plus jeunes seront quant à elles légèrement tortueuses et ondulées. Le feuillage vert est d’une belle taille renforçant l’aspect très compact de l’arbre. On peut donc en conclure que cet Orme sera magnifique en toute saison, dommage qu’il ne soit que si peu utilisé !

Notre Boutique en ligne

  • Ensemble "Sofa" - DESJARDINS

    599,00 € 799,00 €

  • Ensemble ''Mauritius'' - marron - DESJARDINS

    799,00 € 999,00 €

  • Ensemble "Malaga" gris - DESJARDINS

    799,00 € 999,00 €