Les Penstemons sont des plantes encore méconnues mais très intéressantes. Avec un nombre considérable d’espèces, elles sont à la fois généreuses, colorées et très esthétiques. Associez-les à d’autres vivaces à floraison estivale, afin de mettre en valeur leur imposante floraison d’été. Originaire d’Amérique du Nord et Centrale, le genre des penstemons ou galane comprend des sous-arbrisseaux et des vivaces caduques, semi-persistantes ou persistantes. Elles sont donc adaptées à des conditions relativement douces et beaucoup redoutent les fortes gelées. Notez que la majorité des espèces cultivées en France feront partie des plantes vivaces.

En matière de classification, ils appartiennent à la famille des Scrophulariacées tout comme l’arbre impérial ou Paulownia, reconnaissables à leurs fleurs en forme de trompettes horizontales.

1. SES CARACTÉRISTIQUES

Les Penstemons disposent d’un feuillage plus ou moins persistant en fonction des espèces. Il est aussi opposé et verticillé, ce qui donne à la plante une allure fine et gracieuse lors de la floraison.

Celle-ci intervient par groupement de fleurs le long de tiges à la fois souples et robuste pouvant parfois plier sous le poids des fleurs, tant elles sont abondantes ! Chaque fleur se décompose en une lèvre supérieure bilobée (en deux lobes) et une inférieure trilobée (en trois lobes) avec une forme tubulaire rappelant un peu les fleurs de Digitales. Les coloris sont très variés, allant du blanc au pourpre en passant par des rouges, bleus et roses.

Sa croissance, relativement rapide, et sa floraison très longue de juin à septembre compense sa faible rusticité même si bon nombre d’espèces tolèrent tout de même des températures descendant jusqu’à -10°C !

1.1. Les différentes variétés

Il existe environ 250 espèces de penstemons ainsi qu’un très grand nombre d’hybrides tous plus jolis les uns que les autres. C’est dans cette catégorie qu’il y aura le plus de variations et de teintes de floraison.

tab_penstemons

Photo 16

Du fait que ces plantes ne soient pas aussi connues que les célèbres Gaura ou Sauges arbustives, les Penstemons se font bien souvent plus discrets en rayon lorsqu’ils ne sont pas en fleurs. Vous les trouverez notamment en godets avec les plantes vivaces de mars à juin puis en potées pour toute la période estivale où ils seront en fleurs.

3. LA CULTURE DE LA PLANTE

3.1. La plantation

Où ?

N’ayez crainte, même si les Penstemons ne sont pas les rois de la rusticité, ils peuvent tout de même pour la plupart, prendre place au jardin dans toutes les régions françaises ! Vous devrez simplement les planter accompagnés d’autres plantes qui lui apporteront une protction contre le froid. Dans les régions les plus froides, favorisez quand même les espèces les plus rustiques pour mettre toutes les chances de votre côté.

En pot, vous devrez privilégier les espèces à petit développement et si possible persistantes, pour qu’elles soient aussi, un minimum, attractives en hiver.

En pleine terre, tout est possible tant que le sol et l’exposition leurs conviennent.

Dans quelle exposition ?

Photo 17

 

La rusticité moyenne des Penstemons va de pair avec leur besoin d’ensoleillement. Privilégiez donc des situations ensoleillées à mi-ombragées, mais jamais de soleil brûlants devant un mur plein sud par exemple. En ce qui concerne le vent, elles supporteront une légère brise de sud ou d’ouest mais pas les vents forts ou froids qui pourraient les endommager.

Dans quel sol ?

Le sol idéal pour la culture des Penstemons sera riche, bien drainé, surtout en hiver, et profond. Ils tolèreront également les sols légèrement calcaires.

La qualité du sol est un point très important et ne doit pas être négligé lors de la plantation car les Penstemons redoutes les hivers froids et humides, le drainage surtout en sol lourd ne devra pas être négligé.

Quand ?

La période de plantation suit également les exigences de douceur des Penstemons, c’est pourquoi, vous devrez les implanter principalement au printemps entre avril et juin. Certes, l’achat lorsqu’ils sont en fleurs est bien souvent plus attractif mais vous devrez dans ces conditions attendre le printemps suivant pour les mettre en terre, surtout dans les régions du nord de la Loire où les hivers sont frais et humides.

Au sud, la plantation automnale peut être envisagé mais jamais au-delà du mois de novembre !

Comment ?

La première chose à prendre en compte si vous souhaitez planter un Penstemon est l’emplacement.

Une fois déterminé, c’est le sol qui devra être travaillé pour répondre à leurs exigences. Pour cela, vous devrez, dans tous les cas, prévoir un drainage de billes d’argile au fond du trou de plantation, afin de rendre le sol perméable et bien drainant.

Bêchez également votre sol sur un rayon de 40cm² pour le décompacter et rendre la pénétration des racines plus facile.

Arrosez une fois la mise en terre achevée et n’hésitez pas à épandre un paillis, idéalement minéral, au pied de la plante car il conservera la chaleur du sol plus longtemps et protègera les racines du froid.

3.2. L’entretien

Photo 19

 

Les Penstemons ont, comme beaucoup de plantes vivaces, besoin de très peu d’entretien. Dans leur cas, ce sont surtout les travaux de taille et de protection qui seront mis en avant.

L’arrosage

Comme vous l’avez sans doute compris, les penstemons ne sont pas des plantes qui raffolent d’une forte humidité. L’arrosage ne sera donc obligatoire qu’après la plantation pour encourager l’enracinement et en cas de sécheresse estivales, car leur floraison abondante nécessite tout de même un peu d’eau pour perdurer.

Notez néanmoins que les Penstemons figurent parmi les plantes à floraison abondante qui résistent le mieux aux sécheresses estivales surtout les espèces comme pinifolius ou heterophyllus.

La fertilisation

Nous l’avons vu, les Penstemons apprécient les sols riches mais bien drainés, vous ne devrez donc pas choisir n’importe quel fertilisant. Par exemple, le compost est très bon pour beaucoup de plantes mais il augmente aussi la capacité de rétention en eau du sol, ce qui n’est pas recherché pour les Penstemons.

Photo 20 Corne broyée

Privilégiez des engrais organiques riches en phosphore pour la robustesse et l’enracinement et en potasse pour la floraison. C’est notamment le cas des cendres de cheminée, de la corne broyée ou des engrais liquides spéciaux pour tomates ou fraises.

La taille

La taille des Penstemons n’est pas obligatoire mais fortement conseillée si vous souhaitez les maintenir en bonne santé et toujours plus florifères année après année. Il existe trois types de taille à trois époques de l’année :

La taille de maintien : destinée aux Penstemons de taille moyenne ou grande. Le but étant de les rendre plus petits et compacts pour éviter que la souche ne s’ouvre sous le poids des fleurs. Tout comme pour les Asters, cette taille n’est pas forcément obligatoire.

Vers les mois d’avril/mai, en fonction de l’état d’avancement végétatif, il vous suffit de couper la partie supérieure des pousses de l’année d’environ 10 à 15 cm à l’aide d’une cisaille en prenant soin de garder une forme naturelle (évitez donc de couper la touffe en cube par exemple).

Le fait de sectionner les nouvelles pousses permet à la plante de se ramifier et ainsi être plus dense et trapue. Notez également que cette taille retarde un peu la floraison mais la rend encore plus généreuse car les pousses reformées seront plus nombreuses et tout aussi aptes à former des fleurs.

Photo 21

 

- la taille de remontée : Celle-ci s’effectue lorsque la première floraison s’est achevée : bien souvent vers la fin juillet, mi-août. Pour la réaliser, il vous suffit de rabattre la touffe, assez sévèrement, sous les inflorescences dans le but de favoriser une nouvelle pousse et ainsi une seconde floraison vers le mois de septembre. Effectuez cette tâche à l’aide d’un sécateur ou d’une cisaille à main.

- la taille de nettoyage et de protection : Cette dernière taille permet chaque année, en sortie d’automne, de préparer la protection de la plante pour l’hiver tout en la débarrassant d’une partie du feuillage inutile.

Différenciez bien un Penstemon caduc d’un persistant ou semi-persistant. Le caduc sera rabattu au sol et les deux autres seront coupés à environ 20 cm du sol. Une fois la taille achevée, épandez tout autour de la souche, un paillis organique sec, comme des feuilles mortes ou de la fougère, pour assurer une meilleure isolation des racines durant l’hiver.

Les maladies et ravageurs

Comme pour une bonne partie des plantes vivaces au jardin, les Penstemons seront parfois infestés de divers parasites comme :

- les Limaces et Escargots : Ces gastéropodes raffolent des jeunes pousses et s’élimineront par un paillis fin au pied de la plante ou des granulés appâts.

- Les nématodes : Ces petits vers ronds prospèrent à l’intérieur de la plante et peuvent y survivre plusieurs années. Leurs attaques nécrosent les tissus de la plante en les faisant brunir jusqu’à la mort complète, en cas de grosse attaque. Ils se développent d’autant plus facilement si l’humidité est importante. Malheureusement, il n’existe aucun traitement pour lutter contre ces vers, l’arrachage de la plante sera nécessaire en dernier recours !

- l’oïdium : Ces champignons sont monnaie courante sur bon nombre de plantes vivaces. Ils apparaissent pas temps chaud et sec sous la forme d’une poudre blanche recouvrant le feuillage des plantes infestées. Leur élimination devra être préventive avec des décoctions de prèle ou curative à l’aide de solution soufrées.

La multiplication

La division de souche est la technique la plus facile pour multiplier les Penstemons. Elle se fait au tout début du printemps. Sectionnez la plante mère, dans le but d’en extraire plusieurs parties pourvues de racines et de bourgeons, qui seront ensuite replantées à différents endroits.

Photo 23

 

Le bouturage pourra aussi se faire en août sur des pousses non fleuries. Prélevez des segments d’environ 7 cm en coupant sous un œil, ne conservez que les deux feuilles supérieures et replantez les boutures dans de petits godets remplis de terreau fin. Cette technique sera très efficace en particulier pour les cultivars hybrides infertiles.

4. LES BONNES ASSOCIATIONS

Pour mettre en scène les Penstemons, vous devrez les associer à d’autres plantes d’intérêt estival et disposant des mêmes exigences. Par exemple, associez-les à des Phlox paniculés, Hémérocalles, Verveines, Lupins, Iris ou Alstromeria pour les plantes vivaces. Les rosiers leur seront aussi de bonne compagnie, en respectant toujours des teintes plus ou moins ressemblantes.

Quelques exemples d’associations :

En pots, il sera préférable de les planter seuls et seulement pour 2 ans maximum car leur développement et leur floraison restent plus spectaculaire en pleine terre.

??????????

 

 

Notre Boutique en ligne