ifs_principale


ifs_1

Comme toutes les autres plantes résineuses, les Ifs sont classés dans les conifères. A l’état naturel, on les rencontre dans toute l’Europe et jusqu’en Afrique du Nord.

Ils sont ainsi très présents en France dans nos forêts et ont été multipliés en vue d’être intégrés au jardin. Il en existe de différentes formes et leur grande capacité à être taillés en font d’eux des arbres incontournables de l’art topiaire. Présents aussi bien dans les jardins zen que les jardins à la française, les Ifs sont omniprésents et très faciles à vivre.

De la famille des Taxacées, l’If est aussi connu sous son nom scientifique : Taxus. Il en existe plusieurs espèces mais la plus répandue est le Taxus baccata et ses cultivars. Le choix variétal en terme de couleurs, de formes et de tailles permet leur intégration au sein de petits ou de grands jardins.

1. CARACTERISTIQUES DES IFS

L’If est un arbre réputé très toxique. En effet toutes ses parties aériennes ne doivent pas être consommées car elles provoquent de graves intoxications. La seule exception à la règle est l’enveloppe rouge qui entoure les graines (elles aussi toxiques mais dans une moindre mesure).

Comme beaucoup d’autres plantes, l’If est un arbre dioïque, c’est-à-dire qu’il existe des plantes mâles et des plantes femelles. Un brassage génétique mâle/femelle est donc indispensable pour la conception de graines et de fruits sur les plantes femelles.

ifs_2Son feuillage est persistant, vert ou panaché de doré. Il se compose de nombreuses petites aiguilles régulièrement réparties le long des tiges.

L’écorce est de couleur brune rougeâtre assez fine mais relativement esthétique sur les vieux sujets.

A l’état naturel, les plus grands Ifs peuvent atteindre les 25 m de haut mais en moyenne ils ne dépassent pas les 15 m et peuvent vivre jusqu’à 1500 ans !

Les branches sont nombreuses, étalées et très longues, formant ainsi un arbre compact et facilement utilisable en haies. C’est aussi la structure étalée de son branchage qui lui permet d’être facilement taillé en nuage.

La croissance du Taxus est très lente ce qui justifie sa longévité. C’est à la fois un point fort mais aussi un point faible. En effet, la conception d’une haie ou d’un arbuste en nuage avec de l’If peut prendre de nombreuses années, mais une fois le résultat obtenu, l’entretien sera moins important.

1.2. Les différentes variétés d'Ifs

Dans le monde, on compte 8 espèces d’Ifs dont 7 recensées dans l’hémisphère Nord. Les deux espèces les plus connues et utilisées dans nos jardins sont le Taxus baccata (If commun) et le Taxus cuspidata (If du Japon).

ifs_3

2. L’ACHAT DES IFS

ifs_4En magasin, l’If se décline sous toutes les tailles et toutes les formes.  De la plante de haie entre 80 et 100 cm de hauteur, au gros sujet taillé en nuage en passant par les gammes fastigiées et couvre-sols, vous aurez l’embarras du choix. Il est très souvent vendu en conteneurs ou en mottes rempotées, prêt à planter à n’importe quelle période de l’année, même si l’été et les périodes de gelées ne sont pas idéales pour sa reprise.

La plantation en racines nues ne sera possible que pour des petits sujets. Les plus grosses pièces pourront quant à elles être vendues en mottes grillagées non rempotées de l’automne jusqu’à la fin de l’hiver.

3. LA CULTURE DES IFS

3.1. La plantation des Ifs

Où ?

Le système racinaire de l’If est assez conséquent, ce qui a tendance à assécher le sol dans lequel il est planté. C’est pourquoi la plantation en pleine terre est majoritairement conseillée. Placez-le en isolé ou bien en compagnie de plantes très peu sensibles à la concurrence racinaire. Prévoyez un pot assez volumineux pour pouvoir accueillir les formes taillées ou naines.

Quelle exposition ?

L’If est très peu exigeant en termes d’exposition, seul le soleil intense accompagné de fortes chaleurs lui sera défavorable. Il en va de même pour les régions aux hivers chauds et aux étés chauds et secs. Cependant, il pourra quand même prospérer en étant exposé à l’ombre, la mi-ombre ou l’ombre dense.

Ses origines (hémisphère Nord)  justifient son besoin d’humidité, de faible luminosité et de fraîcheur.

Dans quel sol ?

ifs_5Comme pour l’exposition, l’If ne sera pas très délicat en ce qui concerne le sol. Qu’il soit acide, neutre ou calcaire, il s’épanouira du moment qu’il reste frais (pas gorgé d’eau ou desséché). Certaines espèces comme le cuspidata peuvent même pousser en sol légèrement pollué, ce qui est relativement rare pour un conifère.

Sur la photo précédente, on peut voir les racines d’un Taxus courant sur la roche dans le but de trouver la fraîcheur du sous-sol, ce qui prouve sa résistance même en sous-bois et en sol rocheux.

Quand ?

La plantation est recommandée, comme pour la plupart des plantes, de février à mai et de septembre à décembre. Il faut bien entendu éviter les périodes de gelées et de sécheresses où la reprise est plus assujettie à l’entretien régulier du jardinier. Pendant les périodes favorables, les pluies et les conditions climatiques souvent plus fraîches améliorent ainsi la reprise.

Comment ?

Vous l’avez vu, le Taxus peut s’implanter quasiment dans n’importe quel sol même très enroché mais la règle en milieu naturel est souvent différente de celle du jardin. Les plantes se sèment naturellement sans l’aide de l’Homme. Au jardin, il s’agit la plupart du temps de plants déjà élevés en conteneurs ou en plein champ pour les racines nues. C’est ce qui justifie qu’un travail de préparation du sol est absolument obligatoire pour que l’If puisse s’enraciner dans les meilleures conditions.

Pour cela, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

- commencez par définir l’endroit de plantation au jardin et munissez-vous des outils appropriés (gants, bêche, pioche, etc),

- trempez la motte de l’If dans une bassine d’eau suivant la taille de celle-ci, sinon aspergez-la abondamment d’eau pour l’imbiber avant la plantation,

- creusez un trou ou une tranchée, dans le cas d’une haie, d’au moins 3 fois le volume de la motte (le but est d’ameublir la terre pour faciliter l’enracinement),

 (le drainage est inutile, en cas de sol gorgé d’eau, mieux vaut ne pas planter d’If)

- préparez ensuite un mélange composé d’un tiers de terre du jardin, un tiers de terreau de plantation et un tiers de compost bien décomposé qui amendera le sol, complétez le tout de 2 à 3 poignées d’engrais organique concentré en granulés,

ifs_6- versez un peu du mélange préalablement préparé dans le fond du trou pour que le collet (zone comprise entre le début du tronc et les premières racines) de l’If affleure le niveau final du sol une fois la plantation terminée,

- pour un gros sujet ou en présence d’un sol légèrement sec, arrosez abondamment cette première couche de terre,

- placez ensuite le ou les sujets dans le trou de plantation puis comblez avec le substrat,

- arrosez à nouveau abondamment et épandez une couche de paillis organique qui gardera la fraîcheur au niveau des racines et enrichira le sol au fur et à mesure de sa décomposition.

Si toutefois vous choisissiez la culture en pot, un drainage de billes d’argiles serait indispensable pour évacuer les eaux excédentaires.

Préférez également les contenants en bois qui mettent l’If en valeur. Les autres matières ne sont pas pour autant à proscrire.

3.2. L’entretien des Ifs

L’arrosage 

L’If apprécie les sols frais mais pas inondés. La première année, l’arrosage consiste à permettre à l’arbuste de s’enraciner dans les bonnes conditions, il est donc indispensable. Par la suite, il ne sera nécessaire qu’en pot ou durant une longue période de sécheresse et surtout s’il est exposé au soleil. L’eau de pluie et l’eau du robinet pourront être utilisées.

La fertilisation 

Afin de conserver une plante saine et bien verte tout en lui assurant une bonne prospérité, vous devrez apporter un fertilisant organique spécial conifère à partir du mois de mars, à raison d’un apport par mois pendant 3 mois. Au mois de novembre, épandez du compost bien décomposé à son pied. Celui-ci jouera le rôle de paillage naturel et diffusera ses éléments nutritifs pendant tout l’hiver, période durant laquelle l’If reste en activité.

La taille

ifs_7C’est l’étape la plus importante pour un If surtout lorsqu’il est taillé suivant l’art topiaire (boule, cône, spirale, nuage, etc…). Elle s’effectue une fois que la pousse de l’année est apparue afin de lui redonner sa forme artificielle régulière. Pour cela, à partir du mois de juillet jusqu’au mois d’octobre, munissez-vous d’une cisaille bien affutée et taillez-le de manière à respecter la forme préalablement donnée. Il se peut que certaines finitions soient à faire à l’aide d’un sécateur dont la coupe sera beaucoup plus précise.

L’utilisation du taille-haie n’est souhaitable que dans le cas d’une haie car la taille est plus grossière. Il faut savoir que dans le cas d’un rabattage sévère, l’If est l’un des rares conifères à pouvoir être taillé directement dans le bois sans laisser de verdure. Il repartira sans soucis, ce qui n’est pas le cas du célèbre thuya qui ne reverdira plus après une telle taille.

Evitez de tailler en cas de fortes chaleurs sans quoi les coupures occasionnées pourraient provoquer l’assèchement et le blanchiment du feuillage

Vous n’êtes pas obligé de tailler un If si celui-ci est de forme fastigiée ou s’il est laissé en forme libre.

Pour les formes fastigiées, il pourra être nécessaire d’attacher les plus vieux sujets qui ont tendance à s’écarter notamment sous le poids de la neige, ce phénomène dénaturerait ainsi leur port.

Les maladies et ravageurs

ifs_8Il n’existe que très peu de ravageurs susceptibles d’endommager l’If. La principale raison est que sa sève présente de nombreuses substances toxiques comme le Taxol, ce qui attire moins les ravageurs.

Parmi les plus téméraires, vous trouverez :

Les Cochenilles

Petits insectes blancs piqueurs-suceurs de sève produisant un miellat collant sur le feuillage où un champignon noirâtre appelé fumagine peut se développer. C‘est la raison pour laquelle leurs aiguilles sont parfois recouvertes d’une substance noire et collante.

Pour s’en débarrasser, il suffit d’éliminer les cochenilles à l’aide d’une solution à base de savon noir ou de Pyrèthre végétale en cas d’attaque plus importante. Lavez ensuite le feuillage couvert de poudre noir abondamment à l’eau.

Les Othiorynques

Ce sont de petits insectes faisant des trous sur le bord des aiguilles mais n’affectionnant en rien la santé de l’arbuste. Ils s’éliminent par un lâché de Nématodes.

La Tordeuse

C’est une petite chenille qui en se développant dans l’If recourbe les aiguilles affectionnant ainsi sa beauté. Là encore, rien de bien méchant, un traitement à base de Bacillus thuringiensis sera suffisant pour vous en débarrasser.

La multiplication

ifs_9Les principales techniques de multiplication de l’If sont le bouturage, le semis spontané et le marcottage.

ifs_10La bouture se fait à partir du mois de septembre jusqu’au mois d’octobre sur un rameau de l’année non taillé et arraché à l’aisselle d’un départ. C’est-à-dire qu’il ne faut pas faire de coupes nettes. Les conifères se bouturent la plupart du temps par ce décollement au niveau d’un œil. Vous pouvez ensuite le tremper dans de l’hormone de bouturage puis le mettre en godet ou en terre en veillant à arroser prudemment les premiers mois.

Le semis spontané est relativement courant lorsque vous disposez d’un sujet femelle. Il suffit tout simplement de les prélever lorsqu’ils sont d’une taille inférieure à 10 cm et de les replanter à l’endroit souhaité.

- Le marcottage est la technique la plus longue et donc la moins employée. Il peut être aérien à l’aide d’un pochon de terre maintenu à un endroit précis, qui permettra la formation de racines directement sur la tige. Il peut aussi se faire en terre en y maintenant une branche tout en scarifiant légèrement l’écorce afin que le rameau puisse émettre des radicelles. Il faut généralement plusieurs mois avant que la marcotte puisse être détachée de la plante mère.

4. LES BONNES UTILISATIONS DES IFS

Très appréciés pour leur coté japonisant, on les retrouve souvent dans des mises en scène où la nature est maîtrisée et arrangée par des jeux de volumes, de lumières et de couleurs. Il existe une multitude de possibilité pour les mettre en scène :

ifs_11En isolé

Cette manière de mettre en scène l’If est très utilisée pour le mettre en valeur et plus précisément en repérant un point focal dans le jardin. Il pourra ainsi prendre n’importe quelle forme, du cône à la forme fastigiée.

En massif

ifs_12Comme pour la plantation en isolé, la structure graphique de l’If de manière générale lui permet d’être mis en valeur tout en étant associé à des arbres, arbustes et même des plantes vivaces à fleurs. S’il est taillé dans une forme comme le nuage par exemple, il sera bon de le mettre sur un piédestal en le plaçant au centre du massif ou dans l’espace le plus visible. L’astuce est de ne pas planter trop serré autour de lui pour qu’il se distingue bien des autres végétaux. Associez-le à des Erables du Japon, Hemerocalles, Hydrangeas, Nandinas, Weigelias pour un exemple de plantes colorées et plus ou moins hautes.

En haie

ifs_13Plus ou moins haute, une haie de Taxus baccata ou X media est un gage de durabilité. La maturité de la haie sera variable suivant la taille adulte désirée mais plus longue que pour la plupart des autres haies. Une taille annuelle pour l’If est suffisante, ce qui présente un réel intérêt pour le jardinier en manque de temps !

Evitez d’utiliser des formes fastigiées ou couvre-sols pour construire une haie taillée au carré.

En pot

ifs_14La culture en pot est possible pour les formes taillées mais le contenant doit être relativement grand. Les pots offrent une bonne alternative aux Buis et peuvent créer un côté symétrique et contemporain sur une terrasse ou aux abords de la maison. Laissez-les Ifs seuls dans leur contenant car leur fort développement racinaire serait trop imposant pour permettre à d’autres plantes de subsister.

Notre Boutique en ligne