En hiver, le jardin peut paraître fade car les couleurs demeurent assez rares. L’Hamamélis fait partie des arbustes dont la floraison se produit à cette époque, il illuminera ainsi votre jardin avec finesse si vous le plantez de façon à ce qu’il soit bien visible.

Principalement originaire de Chine, l’Hamamélis est un arbuste de la famille des hamamélidacées tout comme le Liquidambar, le Loropetalum ou encore le Parrotia. Certain le prénomme « Noisetier des Sorcières » à cause de son feuillage approchant celui du Noisetier et de sa floraison pouvant faire penser à des griffes de Sorcière.

1. SES CARACTERISTIQUES

Même si ce n’est pas très visible sur les jeunes sujets, la première chose que l’on remarque sur un Hamamélis au-delà de sa floraison, est son port. Très évasé vers le haut, il est gracieux même sans être taillé. De cette manière, il prendra en général des proportions adultes de 4 m de hauteur pour 4 m d’envergure, prévoyez donc une place digne de ce nom. N’ayez crainte, sa croissance est quoi qu’il en soit assez lente, il lui faudra donc facilement une bonne dizaine d’années pour atteindre une taille supérieure à 2.50m.

Photo-2

Son feuillage ressemble un peu à celui du Noisetier même si la feuille est moins découpée et surtout plus arrondie. En automne, elles persistent longtemps sur l’arbuste si les premières gelées tardent à arriver. Avant de tomber, bon nombre d’hybrides affichent des couleurs automnales absolument uniques en passant par des nuances d’oranges, de rouges et de jaunes.

Pour en revenir à son principal intérêt, sa floraison se dévoile après une période de gelées lorsque les températures repassent au-dessus de 0°C. En fonction des hybrides, celle-ci a lieu de janvier à mars. La forme des fleurs est particulièrement curieuse car elle ressemble à de petites araignées. On compte sur chaque fleur 4 pétales fins, plus ou moins longs et chiffonnés, reliés à un calice bien souvent violacé découpé lui aussi en 4 parties autour des pétales. La couleur des pétales varie et passe par du jaune or, du rouge, du orange et du rose pourpré, tout cela bien sûr en fonction de l’hybride choisit. Le second avantage est leur doux parfum qu’ils dégagent même si celui-ci n’embaume pas pour autant tout le jardin.

2. LES DIFFERENTES VARIETES

Quatre espèces d’Hamamélis sont recensées dans le monde mais l’intérêt de nos jours vient plutôt autour des dizaines d’hybrides qui ont été créés entre l’Hamamelis mollis et l’Hamamelis japonica. Leur port est bien souvent plus dense tout comme l’abondance et la couleur des floraisons qui n’a rien à envier aux espèces types.

 TABLEAU_variétés

3. LA CULTURE

Les Hamamélis sont très facile de culture.

Ce sont des arbustes très résistants au froid pouvant supporter des températures jusqu’à -20°C. C’est d’ailleurs lorsque l’hiver est froid que la floraison peut s’en trouver prolongée alors qu’un hiver doux peut l’écourter. Il existe tout de même une exception en ce qui concerne les gelées tardives printanières une fois que l’arbuste commence à remonter en sève. Lorsque ces deux critères sont réunis, des branches peuvent subir un éclatement de l’écorce sous l’effet du froid trop tardif. Mise à part en cas de froid extrême, votre arbuste n’aura pas grand chose à craindre.

Sa plantation est recommandée soit en automne soit après la floraison mais évitez de le faire durant l’été. Pour planter vos Hamamélis, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

            - Un sol légèrement acide, léger, frais surtout en été mais bien drainé. Un excès d’humidité lui sera toujours défavorable au niveau racinaire tout comme un manque de fraicheur qui pourrait lui avorter sa floraison.

Pour éviter tout cela, prévoyez systématiquement un drainage de billes d’argile au fond du trou de plantation en sol lourd et asphyxiant ainsi qu’un bon paillage organique à son pied en sol plutôt asséchant. En ce qui concerne le terreau à utiliser lors de sa plantation, choisissez de la terre de bruyère à raison d’un mélange de 2/3 avec votre terre de jardin.

A savoir : Ne fonctionnez jamais en couche ou en fosse de plantation remplie exclusivement avec de la terre de bruyère, procédez toujours à des mélanges avec votre terre de jardin même si celle-ci à tendance à être calcaire.

            - Une exposition relativement protégée des vents dominants et abritée par des arbres plus grands qui lui procureront par la même occasion un ombrage léger comme celui qu’ils reçoivent dans leur milieu naturel. Evitez à l’inverse les expositions trop chaudes en plein soleil ou encore celles trop à l’ombre où leur développement ne sera pas aussi dense et la floraison atténuée.

Photo-12

4. L'ENTRETIEN

            L’arrosage : nous l’avons vu, l’Hamamélis demande une terre fraiche mais pas détrempée c’est pourquoi l’arrosage ne sera utile qu’en période de sécheresse et bien entendu à la fin de la plantation. Evitez de prendre de l’eau du robinet qui pourrait être calcaire et provoquer des Chloroses sur l’arbuste.

            La fertilisation : elle est conseillée en sortie d’été et à la fin de la floraison. La première fertilisation aura pour but de stimuler l’arbuste avant l’hiver en l’aidant à établir une floraison plus abondante. La seconde permettra de lui reconstituer des réserves et d’encourager sa croissance après qu’il se soit épuisé lors de sa floraison. Utilisez toujours des fertilisants organiques soit universels, soit spécialement conçus pour les plantes acidophiles.

Ajoutez aussi à chaque printemps un supplément de paillis au cas où celui existant se soit désagrégé. Vous pourrez utiliser des écorces de Pins comme des paillis plus neutres (Miscanthus, Chanvre, Cacao, etc…)

            La taille : Vous vous en êtes certainement rendu compte, la taille n’est pas nécessaire voire quasiment déconseillée au-delà de l’élimination des rameaux morts, malades ou abimés. Le port de l’Hamamélis est gracieux au naturel, vous devrez donc anticiper son volume adulte et ne pas essayer de le tailler en boule ou dans des dimensions ridicules. Privilégiez de toute façon une taille lorsqu’elle est nécessaire, une fois la floraison terminée. Ainsi, vous pourrez éliminer les éventuelles branches où l’écorce aurait pu subir des dégâts suite aux gelées comme ceux cités précédemment.

            Les maladies : Elles sont très rares sur cet arbuste surtout dans notre région. Le seul problème pouvant survenir reste les excès d’humidité qui peuvent faire pourrir le système racinaire, ralentir la croissance et tuer l’arbuste si l’infection est trop importante.

5. LA MISE EN SCENE

Le meilleur moyen d’installer un Hamamélis chez soi est de lui trouver non seulement l’endroit qui le mettra le mieux en valeur durant l’hiver mais aussi de lui prévoir la place suffisante de manière à ce qu’il puisse s’installer comme bon lui semble.

En massif :

Photo 14 Source Minier

L’idéal est de l’installer dans un grand massif à l’avant de grand arbres et d’arbustes persistants en créant un dégrader de hauteur. Le côté persistant des arbustes derrière lui permettront de donner un fond sur lequel sa floraison sera d’autant plus visible que dans une harmonie de branchages nus. Pour ce faire, vous pourriez éventuellement utiliser des Rhododendrons, Camelias, Osmanthes ou encore des Houx. Prévoyez une distance de plantation entre eux et l’Hamamélis d’au moins 3 mètres d’où la raison qui veut que le massif doit être assez conséquent. Sur le devant, tournez-vous vers des plantes vivaces couvre sol et persistantes qui formeront non seulement un tapis au pied de l’Hamamélis mais dévoileront aussi une touche de verdure qui accompagnera encore une fois cette si belle floraison.

Astuce : Pour le mettre vraiment sur un piédestal, ne plantez pas d’autres arbustes à floraison hivernale en sa compagnie à part si elles sont discrètes comme celles des Sarcococcas.

En isolé : La plantation en isolé est également possible du moment que les conditions de soleil tamisé sont respectées. De cette manière il pourra dévoiler complètement son beau port à la fois symétrique et naturel au milieu d’un gazon bien tondu. Encore une fois, laissez-le pousser sans le restreindre et le spectacle sera époustouflant.

6. TRES PROCHE DE L'HAMAMELIS

Le Loropetalum chinense

Rares sont les plantes à feuillage persistant de couleur pourpre durant l'hiver. Le Loropetalum entre dans cette catégorie avec brio même si sa faible rusticité ne le rend cultivable en pleine terre que dans les régions du sud. Plus au Nord, il peut tout à fait se planter en pot de manière à le protéger efficacement durant l'hiver. Le gros avantage de cette plante est qu'elle reproduit quasiment à l'identique le charme des fleurs de l'Hamamélis tout en gardant son feuillage et en proposant une bonne remontée de la floraison durant l'été et l'automne. Initialement, le Loropetalum fleurit violet à rose, lui aussi en toute fin d'hiver. Un genre à découvrir pour compléter sa collection de plantes à floraison hivernale !

HAMAMELYS_loropetalum_chinense

Notre Boutique en ligne