photo-1

 


Apparues sur terre il y a près de 400 millions d’années, les fougères sont les premières plantes à s’être installer sur la terre ferme. Elles y ont ainsi prospéré quasiment seules pendant des millions d’années. Seules quelques autres variétés de plantes étaient capables de pousser hors des milieux aquatiques. Bien souvent délaissées par les jardiniers pour son côté trop sauvage, la fougère est pourtant une plante esthétique et facile à cultiver.

Décoratives par leurs longues frondes (feuilles) découpées, il en existe des centaines de variétés, elles donnent un peu de légèreté au jardin et ne demande quasiment aucun entretien. Elles garniront vos abords de bassin comme vos massifs ombragées ou bien encore des lieux plutôt humides où la végétation pousse difficilement. Les fougères sont des plantes vivaces, elles reviennent donc tous les ans et mieux encore, il existe bon nombre de variétés persistantes qui verdiront le jardin l’hiver.

 

Nous parlerons donc dans cette fiche des fougères de jardin rustiques et non pas des fougères d’intérieur, exotiques, qui ne peuvent vivres dehors en France.

1. LA PLANTATION

1.1. Les conditions de plantation

La plupart des fougères apprécient les sols légers, acides mais pas calcaires, frais et relativement bien drainés. Bien entendu, elles affectionnent également l’ombre d’arbustes plus grands.

Pour revenir à l’acidité, elle est absolument nécessaire. Si vous plantez une fougère dans un sol basique (pH > 7), elle risque de ne pas pousser. Analysez au préalable votre sol ou bien ajoutez de la terre de bruyère, ceci aidera la fougère à mieux s’adapter.

 

Pour les plantations au soleil, elles sont possibles si votre sol est bien frais. Cependant, certaines variétés ne le supporte pas du tout, renseignez-vous avant d’en placer une au soleil. Votre sol ne doit jamais dessécher complètement sans quoi la fougère serait vite amenée à dépérir.

Leur système racinaire étant peu développé, vous pourrez tout à fait les planter dans les trous d’un muret ou dans une rocaille d’ombre, tant que le sol reste frais. Si vous avez un muret ou une rocaille située au plein soleil, préférez les Sedum, Crassula ou autres Sempervivum.


Certaines fougères sont arborescentes dans leur état naturel, les Dicksonia antartica, elles ne peuvent être cultivées en France en extérieur car elles sont trop frileuses. Celles-ci peuvent vivre plusieurs centaines d’année.Vous pouvez également planter une fougère en pot dans vos compositions d’hiver, elle sera ensuite replantée au jardin.

 

C’est aussi l’un des plus grands atouts des fougères en règle générale. Même si elles ne vivent pas toutes des centaines d’années, les variétés utilisables au jardin peuvent tout de même rester en place plus d’une dizaine d’années.

1.2. La technique de plantation

Une fois que toutes les conditions sont réunies pour la plantation d’une fougère, vous pouvez passer à la pratique. Suivez donc les étapes suivantes :

schema2

-       Faites tremper la motte de votre fougère 10 minutes dans une bassine d’eau de pluie

-       Creusez un trou de 2 à 3 fois le volume de la motte.

-       Préparez un mélange d’1/3 de terre de jardin avec 1/3 de terre de bruyère pour l’acidité et 1/3 de sable pour le drainage. Ajoutez un peu de compost bien décomposé au mélange.

-       Placez votre fougère dans le trou puis rebouchez avec le mélange préalablement préparé.

Pour recréer une ambiance sous-bois qu’elles apprécient tant, étalez un paillage organique de broyage de bois blancs. Il maintiendra la fraicheur à son pied et enrichira le sol au fil des années

Afin de donner des effets de masses, vous pourrez mélanger les variétés en plantant 3 à 5 pieds au mètre carré. Ces tâches vertes et légères donneront un peu de vie à votre jardin en hiver. Vous pouvez donc tout à fait mélanger des variétés caduques (perdant leur feuillage en hiver) et des variétés persistantes (gardant leur feuillage en hiver).

2. L’ENTRETIEN

Comme cité précédemment, les fougères sont des plantes ne réclamant pas beaucoup d’entretien, seules quelques petites attentions seront nécessaires pour les maintenir bien vertes et en bonne santé.

2.1. L’entretien global

ARROSAGE : C’est sans doute l’une des choses les plus importantes. Les fougères aiment les sols frais mais pas détrempés qui les font pourrir. Pendant la belle saison, pensez donc à les arroser si le temps est sec, au contraire, si le temps est humide, abstenez-vous.

Pour arroser, mouillez l’ensemble du feuillage pour que les feuilles se nettoient et absorbe l’humidité. Les racines absorberont l’eau qui aura pénétré dans le sol. Le fait de couvrir le sol d’un paillage organique maintiendra une certaine fraicheur que les fougères aiment tant.

 

Arrosez uniquement à l’eau de pluie car l’eau du robinet est parfois calcaire, ce qui nuit aux fougères et leur apporte des chloroses du fait qu’elles apprécient l’acidité. (cf maladies)

Les fougères ont la faculté d’absorber beaucoup l’humidité par leur feuillage. Quand celui-ci se fane par manque d’arrosage, il est impossible de l’humidifier de nouveau. Coupez le feuillage et arrosez votre fougère qui émettra de nouvelles feuilles.

FERTILISATION : Les fougères apprécient les sols riches, cependant, vous devrez toujours leur apporter des fertilisants doux et organiques. Les engrais chimiques, trop forts risquent de les affaiblir plutôt que de leur être bénéfique.

Utilisez du compost bien décomposé, de l’engrais liquide pas trop riche en azote (ce qui ferait pousser les frondes énormément et les affaibliraient) ou encore des billes d’engrais organiques à diffusion lente.

Pour la fréquence d’apport, une seule fois courant mars sera suffisant quand de nouvelles feuilles repousseront.

TAILLE : En fin d’hiver, vers la mi-février, coupez les frondes fanées pour les variétés caduques et nettoyez le cœur de la fougère afin que l’humidité n’y stagne pas. Cette taille permettra aux frondes suivantes de se développer.

schema1

Pour les variétés persistantes, vous pouvez couper les frondes âgées d’un an avant l’apparition des nouvelles. Cela évitera d’endommager les nouvelles frondes si elles sont sorties quand vous taillez. Vous pouvez aussi vous abstenir et laisser les feuilles fanées d’elles mêmes après quelques années avant de les couper.

Ici, on peut voir un massif d’athyrium filix femina après avoir été taillé.

 

HIVERNAGE : La plupart des variétés sont très résistantes au froid, tant qu’elles ne sont pas dans un endroit trop venté. Dans un massif, les arbustes plus hauts lui procurent déjà une certaine isolation.

Si vous habitez dans une région où les hivers sont particulièrement humides, laissez votre fougère tranquille pendant l’hiver. Elles seront couvertes d’un paillis de feuilles mortes et d’un voile d’hivernage si les températures descendent en dessous de -10°.

Pour les régions où l’hiver est un peu moins humide, vous pourrez les couvrir d’un paillis de feuilles mortes couvert d’un voile d’hivernage spontanément pendant l’hiver afin de les protéger du froid et 

de maintenir le cœur à une certaine fraicheur.

ATTENTION : Le feuillage des fougères persistantes ne sera couvert que si les températures descendent sous les -10°. Si elles étaient couvertes tout l’hiver, elles perdraient leur attrait hivernal et les frondes viendraient à pourrir par manque d’air et de lumière. En revanche, si les températures descendent aux alentours de -7°, vous pouvez tout de même couvrir le cœur et la souche de la fougère d’un voile d’hivernage pour qu’elle ne gèle pas du pied.

Si vous n’avez pas de feuilles mortes, ramassez de la fougère aigle bien sèche à l’automne en forêt pour couvrir vos plantes pendant l’hiver, cela s’avère être un très bon isolant.

2.2. Les maladies

Les maladies sont très rares chez les fougères, seulement deux peuvent leur nuire :

La Chlorose : C’est une mauvaise assimilation du fer par la plante lorsque le sol est trop calcaire. Cela se traduit par une décoloration et un jaunissement des feuilles. Sur la photo, on peut voir la fougère de droite qui en souffre alors que celle de gauche est saine.

La seule solution est d’acidifier le sol par un apport de terre de bruyère ou des traitements anti chloroses mais ce n’est pas une solution sur le long terme. Déplacez là et plantez la dans un mélange de  50% terre de bruyère et 50% terre végétale « neuve ». Le but sera de créer une ambiance plus acide que la terre de votre propre.

Evitez également d’arroser avec de l’eau du robinet qui est très souvent calcaire.

Les Cochenilles : Elles ne constituent pas une réelle menace car les attaques sévères sont assez rares.

Pour vous en débarrasser, utilisez tout simplement une solution écologique à base de savon noir plutôt qu’un traitement avec un produit chimique de synthèse.

Les frondes de fougères, utilisées en purin s’avèrent aussi être un répulsif très efficace contre les pucerons. Une manière très écologique et économique de se débarrasser de ces ravageurs indésirables.

3. LA MISE EN SCENE

Les fougères sont des plantes très faciles de culture et qui pourront se combiner avec énormément d’autres plantes. Aussi bien en pot qu’en pleine terre, elles sauront donner le meilleur d’elles-mêmes si les conditions leurs conviennent.

3.1. En pot

Vous pourrez les associer dans vos compositions hivernales avec les petits arbustes décoratifs persistant ou fleuris, des vivaces colorées comme les Hellébores, les Heuchères, les Pulmonaires, seules en compagnie de plantes annuelles comme les primevères, cyclamens. Enfin bref, vous avez le choix.

 

3.2. Dans les massifs

Dans les massifs, n’hésitez pas à les associer avec des arbustes à écorce décorative ou à floraison hivernale, comme par exemple : Cornus alba, Elaeagnus ‘gilt edge’, Betula utilis ‘jacquemontii’, Acer griseum, Stewartia pseudocamelia, Lonicera fragrantissima, Hamamelis mollis, Chimonanthus precox, Photinia ‘pink marbe’etc…

Elles pourront aussi être associées avec des bulbes de début de printemps comme les Narcisses, Crocus ou autres Galanthus, ou bien avec des vivaces colorées à floraison précoce comme les Helléborus, Pulmonaria, Brunnera, et autres Heuchera.

Vous pourrez aussi les installer dans vos massifs de terre de bruyère en compagnie d’Hydrangea, de Rhododendrons ou de Pieris.

QUELQUES EXEMPLES :

 (Polystichum setiferum ‘dahlem’ en compagnie d’arbuste à feuillages décoratifs)

 

(Athyrium trichomanes mise en scène avec des vivaces persistantes et des arbustes à floraison hivernale)

 

 (Polystichum setiferum ‘dahlem’ plantée avec des arbustes à feuillages persistants et une Hellébore pour une belle composition hivernale)

 

Vous pouvez aussi les placer en bordure de pièce d’eau avec d’autres plantes de berges, elles y prospèreront sans soucis !

Notre Boutique en ligne

  • Fontaine - DESJARDINS

    1 599,00 €

  • Entourage gonflable "Pure Spa" rond - INTEX

    69,99 €

  • Entourage gonflable "Pure Spa" octogonal - INTEX

    86,99 €

  • Francois

    Vous parler des hiver a – 7 – 10…. Moi je cherche des information a ce propos, mais ici les hiver descendent jusqua -25 c’est quoi je fait? J’y mets des feuilles mortes et un voile d’hivernage??