Les chênes sont des arbres remarquables à la réputation de vivre très vieux. Il n’est pas rare de trouver des Chênes plusieurs fois centenaires. Très majestueux, ils sont très utiles à l’homme depuis des siècles. Certains sont naturellement présents en France et ainsi complètement adaptés à notre climat.

1. DESCRIPTION

1.1 Caractéristiques

Malgré des formes parfois différentes surtout au niveau des feuilles, les chênes se rejoignent en bien des points communs. C’est pourquoi vous pourrez les reconnaître à :

                  - Leur racine pivotante qui leur donne un solide ancrage pour durer durant de longues années sans craindre les vents qui essayeraient de les déraciner.

Source Wiki Darkone

Leur fructification couramment appelé gland et facilement reconnaissable à sa forme arrondie surmontée d’une sorte de petit chapeau appelée cupule. La forme du gland varie en fonction des espèces mais se décompose toujours en ces deux parties distinctes. C’est bien sûr grâce à ses glands que le chêne est en mesure de se ressemer et donc de se reproduire.

                  - Leur feuillage dont la forme est très variable d’une espèce à l’autre. Bien souvent, la forme est lobée ou dentée de façon plus ou moins arrondie. Lorsque l’on parle de chêne, vous aurez toujours en tête la feuille de chêne pédonculée ramassée en forêt mais ce n’est qu’une forme parmi les nombreuses autres. Ici, un chêne des marais en coloration automnale.

On remarque deux catégories de chênes grâce à leur feuille, les caducs et les persistants. La première catégorie regroupe aussi les chênes à feuillage marcescent, c’est-à-dire que les feuilles brunissent à l’automne mais restent collées aux branches jusqu’au grossissement du bourgeon la remplaçant au printemps. Les chênes persistants étant toutefois plus rares et surtout présents dans les régions plus douces comme pour le chêne vert au bord de la Méditerranée.

                  - Leur croissance plutôt lente faisant leur durabilité. De manière générale, un chêne qui ne sera pas exploité aura une durée de vie d’au moins 500 ans et même plus car certains sujets dépassant les 1000 ans. C’est bien entendu le cas du chêne le plus remarquable de notre région mais aussi le plus vieux de France : le chêne d’Allouville-bellefosse du haut de ses 1200 ans !

Source wiki Ji-Elle

À l’âge adulte, sa hauteur varie de 3 m à plus de 30 m selon les espèces, veillez donc à bien choisir le vôtre même si cette taille adulte ne sera atteinte qu’après plusieurs dizaines d’années. Vous ne devrez pas oublier que vous ne le plantez pas que pour vous, s’il peut vivre 500 ans, mieux vaut lui trouver une place où il pourra tenter d’atteindre cet âge !

1.2 Les utilisations

Les chênes sont des arbres au bois très dense résultant d’une croissance plutôt lente. C’est pour cela qu’ils sont utilisés depuis des centaines d’années pour la fabrication de poutres nécessaires aux charpentes des maisons, de traverses de chemin de fer, de tonneaux, dans la construction navale ou encore pour des terrasses en bois avec une bonne durabilité. En effet, il s’agit du bois le plus dur et dense des forêts européennes.

Le bois des chênes se montre aussi très calorifique faisant de lui une denrée recherchée pour les personnes se chauffant au bois.

Enfin, certaines espèces ayant une particularité sont utilisées à d’autres fins :

                  - le chêne pubescent associé à un mycélium de champignon permet la culture des truffes,

                  - le chêne liège est utilisé pour son écorce dans la conception du liège et donc par exemple des bouchons de vin ou de champagne.

A savoir : Même si l’écorce est récoltée directement sur le tronc du chêne liège, cela ne tuera pas l’arbre, elle repoussera puis sera à nouveau récoltée quelques années après !

1.3 Les différentes variétés

Il existe 600 espèces de chênes recensées. On estime que 40% des forêts françaises sont plantées de chênes, ce qui représente tout de même un très grand pourcentage.

Parmi les plus courants en France des espèces cultivées pour leurs côtés ornementaux, voici notre sélection :

Source wiki Pixeltoo

Quercus cerris 30 m x 25 m

On le connaît mieux sous le nom de Chêne chevelu en raison des excroissances présentes sur la cupule du gland semblables à de petits cheveux. Ses feuilles ressemblent au Chêne pédonculé mais avec des rebords arrondis et pointus à la fois.

Source wiki Jean-Pol GRANDMONT

Quercus coccinea 20 m x 15 m

L’un des plus beau Chênes à l’automne tant son feuillage prend de belles teintes. Il se colore d’un rouge écarlate absolument somptueux surtout que les feuilles ont une forme fine, profondément lobées et dentées.

Quercus frainetto 30 m x 20 m

Il s’agit du Chêne de Hongrie qui déploie une couronne assez large composée de feuilles longues, lobées et aux pointes arrondies. Il est original car peu commun en France.

Quercus cerris ‘argenteovariegata’ 10 m x 4 m

Une très belle et rare variante de l’espèce type aux feuilles largement panachées de blanc. L’ensemble est très lumineux et de plus petite taille. Attention tout de même au plein soleil au Sud de la Loire car la panachure peut y être sensible.

Quercus ilex 20 m x 10 m

Voici le Chêne vert que l’on surnomme ainsi du fait qu’il est persistant. Ses feuilles ressemblent un peu à celles d’un Houx, vert très foncé sur le dessus et grisâtres sur le dessous. Il n’est pas très résistant au froid (-10 °C) et à l’humidité mais bien à la chaleur et à la sécheresse.

Quercus ilicifolia 6 m x 5 m

Petite espèce reconnaissable à ses feuilles coriaces rappelant un peu celles du Tulipier de virginie. Elles sont marcescentes et très belles à l’automne. Ce sont surtout ses glands qui sont originaux car ils sont de petite taille et groupés par dizaines en grappes. On l’appelle aussi Chêne des Ours.

Quercus palustris 20 m x 12 m

Le Chêne des marais est une espèce à croissance rapide qui apprécie les sols secs à frais en été, ce qui peut paraître étonnant au vu de son nom vernaculaire. Ses feuilles sont très lobées, beaucoup plus que le Chêne rouge d’Amérique mais avec des couleurs similaires à l’automne. Evitez de le planter en sol lourd argileux.

Quercus palustris ‘green dwarf’ 3 m x 2 m

Une variante du précédent au port nanifié mais aux même caractéristiques même si ses feuilles sont un peu moins profondément lobées.Idéal pour petit jardin car on le trouve sur tige en magasin.

Quercus palustris ‘green pillar’ 18 m x 3 m

Une autre variante au port fastigié que vous pourrez aussi planter comme point focal en fond de jardin ou au milieu d’un gazon. Une merveille avec de belles couleurs automnales.

Source wiki Nikanos

Quercus petraea 30m x 25 m

Quercus petraea 30m x 25 m

Plutôt ressemblant au Chêne pédonculé (Quercus robur), celui-ci se différencie au pétiole qui relie la feuille de la branche, ce qui est absent ou presque absent sur le Chêne pédonculé. Il s’agit d’une des plus grandes espèces du genre qui offre un beau feuillage dorée en automne. En français, on le reconnaiît sous le nom de Chêne sessile ou chêne rouvre.

Quercus robur 30 m x 25 m

Voici le Chêne français par excellence tant il est présent sur notre territoire. Ses feuilles sont assez tardives au printemps mais tombent vraiment en fin de saison à l’automne. Le pétiole qui relie la tige à la feuille est très court voire inexistant, c’est comme cela qu’on le reconnaît et c’est pour cela qu’on l’appelle Chêne pédonculé.

Quercus robur ‘fastigiata’

15 m x 3 m

C’est le Chêne fastigié que l’on voit le plus souvent en ville du fait qu’il ne prend que peu de place au sol et sa racine pivotante n’endommage pas la voirie.
Il est bien marcescent et garde son feuillage bruni une partie de l’hiver.

Quercus robur ‘timuki’ 10 m x 8 m

Très belle variante du Chêne pédonculé au feuillage vert pourpré au printemps puis intensément pourpre jusqu’en automne. Placez-le au soleil sans quoi cette couleur verdira.

Quercus rubra 25 m x 20 m

Ce Chêne dispose d’une croissance plus rapide que les précédents. Plus communément appelé Chêne rouge d’Amérique, il est surtout planté pour ses fabuleuses couleurs automnale et son port large très majestueux.Q

Quercus suber 20 m x 20 m

Tout comme le Chêne vert, le Chêne liège est persistant et demande les mêmes exigences de chaleur et d’humidité. Il est utilisé rappelons-le pour son écorce épaisse qui est destinée à la fabrication de différents objets en liège comme les bouchons ou les panneaux isolants.

2. LA PLANTATION

Même s’il est vrai que tous les chênes n’ont pas exactement les mêmes exigences, ils se rejoignent tout de même sur de grands points et surtout sur ce qu’il faut absolument éviter.

Tout d’abord, vous devrez vous intéresser à la période de plantation pour optimiser les chances de bonne reprise. C’est ainsi que vous pourrez vous atteler à la tâche d’octobre à avril et plutôt au printemps pour les espèces persistantes plus frileuses.

L’achat est possible en racines nues, réduisant ainsi leur coût surtout si vous décidez de créer un alignement ou même un reboisement.

En ce qui concerne les exigences de sol, plantez-les dans un sol profond en raison de leur système racinaire bien développé en profondeur. Ils affectionnent également les sols frais mais bien drainés, évitez à tout prix les sols asphyxiant, gorgés d’eau ou trop lourd au profit de ceux limoneux ou sablonneux. Ils n’aiment pas non plus être transplantés donc faite en sorte de les planter et pour de bon, d’où l’intérêt de bien étudier l’emplacement à l’avance.

Ce même emplacement devra, rappelons-le, aller de pair avec leur développement important excepté si vous vous tournez vers des cultivars plus petits. Choisissez alors un endroit bien dégagé (à part dans le cas d’un alignement) pour les mettre en avant seuls un peu à la manière d’un arboretum. Le vent ne leur porte pas préjudice, la seule vraie exigence est l’espace !

3. L'ENTRETIEN

Comme pour tout arbre de haut jet, l’entretien est quasi nul car le but est de les laisser se développer à leur guise. Vous devrez simplement vous contenter d’enlever le bois mort, les branches abîmées ou qui se croisent pour éviter la formation d’écorces incluses. Évitez les élagages sévères qui dénaturent complètement le port naturel et surtout sur les formes fastigiées.

Ils peuvent être aussi atteints par différentes maladies et ravageurs assez peu dommageables mise à part pour le champignon pourridié, signe d’une fin de vie pour l’arbre. En effet, ce champignon contamine les racines de l’arbre puis les fait pourrir, ce qui entraîne son dépérissement puis sa mort. On reconnaît l’infestation par des colonies de champignons jaunes et bruns. Lorsqu’on les aperçoit, c’est déjà malheureusement trop tard car il est très difficile de décontaminer une zone infestée.

Les autres ravageurs existants, comme les pucerons ou bien la mineuse du chêne, sont moins dommageables et apparaitront uniquement dans un climat humide.

4. Les bonnes associations

Il n’y a pas vraiment d’association pour les chênes puisqu’ils sont toujours plus jolis plantés en isolé et donc seul. Ici, il s’agit d’un Quercus ilex (chêne vert).

Leur grande largeur fait qu’ils créent une trop grande concurrence pour les autres plantes aux alentours. Contentez-vous de planter des plantes vivaces couvre sol au pied afin d’éviter de laisser le gazon. Choisissez par exemple les pervenches, le lierre, les pachysandres, le carex…

Vous pourrez toutefois faire exception à la plantation en isolée pour les formes fastigiées ou nanifiées qu’il sera possible d’intégrer en massif d’arbustes et plantes vivaces diverses car ils demeureront peu encombrants au sol, même adultes. Choisissez ensuite les espèces que vous voulez tant qu’il ne s’agit pas de plantes acidophiles ou trop frileuses.

Notre Boutique en ligne