Depuis quelques années, les méthodes de cultures au potager ont bien évolué. Le temps est révolu où l’on avait une parcelle rectangulaire, au cordeau, la terre à nue et chaque culture en ‘rang d’oignons’. Des techniques, nouvelles, plus orientées vers la compréhension du sol, de la nature et de l’écologie voient le jour. Elles permettent d’obtenir des fruits et légumes sains, sans traitements, en accord avec le juste équilibre et la protection mutuelle des plantes.

Ces techniques sont si nombreuses que nous allons voir ici l’une d’entre elle, peu utilisée, mais qui présente bien des avantages : la culture en lasagnes.

1. QU’EST CE QUE LA LASAGNE ?

1.1. Description

Vous vous doutez bien que cette technique n’a rien de culinaire, mais l’aspect se rapproche en effet du plat que nous connaissons tous. Une lasagne est une superposition de différentes couches. Dans le cas du potager, ces couches sont des matières organiques compostées de diverses origines qui, une fois superposées entre elles, forment un support de culture idéal. Des couches vertes azotées et d’autres brunes carbonées, lorsqu’elles s’associent et se décomposent, forme un support de culture idéal.

1.2. Les avantages

La technique de la lasagne peut paraître un peu fantaisiste pour certains jardiniers avertis qui ont toujours eu l’habitude de cultiver leurs légumes en pleine terre. Mais ce n’est pas une méthode de culture qui remplace la pleine terre, elle peut simplement venir en substitution pour agrandir ou diversifier votre surface de production.

La lasagne peut se mettre en place n’importe où, sa flexibilité est son plus grand avantage puisqu’on peut même l’utiliser hors-sol. Voilà tout l’intérêt de la substitution à la culture pleine terre puisque vous pourrez cultiver vos légumes facilement même si votre sol est très mauvais, pollué, pauvre, caillouteux, etc. Le carré potager surélevé s’en rapproche un peu mais avec un support de culture pas exclusivement organique.

La lasagne s’inscrit aussi dans un objectif de recyclage et d’écologie en termes de déchets organiques. Un peu comme un compost, vous utiliserez pour le confectionner des cartons, tontes de pelouse, feuilles mortes ou autres branchages.

La durée de vie d’une culture en lasagne peut être  d’une ou plusieurs années mais pour autant, si vous souhaitez ne tenter l’expérience qu’une saison, rien ne se perd ! En fin de saison, toutes les matières compostées ayant servi de substrat peuvent rejoindre le compost ou le jardin potager classique comme fumure… rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, comme nous le dit la célèbre citation.

1.3. Les inconvénients

La surface exploitable en lasagne est de toute façon restreinte, vous ne pourrez pas couvrir des dizaines de mètres carrés ainsi. Il s’agit d’une solution originale, efficace et d’appoint mais assez rapidement limitée.

De plus, sa mise en place demande un peu de travail à la conception mais aussi de renouvellement des couches tous les ans. Ils faut aussi disposer des différents éléments la composant, aussi simples soient-il en grande quantité à un instant T.

Des cultures sont impossibles durant cette première année comme les légumes racines (Carottes, Panais, Betteraves, etc.) mais aussi certaines plantes qui préfèrent les sols pauvres (Ail, Échalotes, oignons)

Enfin, l’arrosage doit être plus suivi car une structure surélevée est toujours plus drainante.

2. L’INSTALLATION

2.1. Dans quel endroit ?

La culture en lasagne à justement le précieux avantage de pouvoir s’installer quasiment partout, en présence d’un sol ou non. Toutefois, afin d’obtenir le meilleur résultat possible, quelques notions sont à connaître.

Privilégiez une exposition ensoleillée orientée nord/sud et de préférence abritée du vent. Les différentes couches s’assèchent assez vite, le vent vous obligerait à arroser d’autant plus. Avec cette exposition, vos cultures bénéficieront d’un maximum d’ensoleillement.

Que ce soit aux abords de la maison ou au fond du jardin, n’ayez crainte, la lasagne ne dégage pas d’odeurs car les différents éléments se positionnent en couches dont il est indispensable de respecter les proportions. De ce fait, il n’y a pas de fermentation anaérobie (sans oxygène) responsable de mauvaises odeurs.

L’endroit à son importance mais le moment aussi. La lasagne se prépare au tout début du printemps vers mars/avril, en même temps que la reprise du potager traditionnel.

2.2. Comment ?

Un potager en lasagne doit respecter certaines dimensions, à savoir 30 cm de hauteur minimum pour que les légumes poussent. Les dimensions de confort pour le travail et la récolte sont d’environ 1 m de large pour 2 m de longueur. Ces deux dimensions n’ont rien d’obligatoire mais permettent de travailler avec plus de facilité.

Pour ce qui est de la mise en place en elle-même, vous devrez suivre les étapes suivantes :

- Avant toute chose griffez légèrement votre sol à l’aide d’un croc pour le décompacter et faire remonter plus facilement la vie  par la suite (lombrics, vers, micro-organismes, etc.).

- Commencez par la première couche, une couche de délimitation mais aussi d’isolation entre le sol et les couches supérieures. Pour ce faire, choisissez du carton, il dispose de deux avantages. Le premier est d’empêcher les graines d’adventices du sol de germer dans les strates supérieures et le second d’être biodégradable donc de permettre à la faune du sol de pouvoir quant à elle remonter en assurant une bonne vie biologique et micro-biologique dans les différentes couches au fur et à mesure de leur compostage.

- Recouvrez ensuite le carton d’une fine couche de fumier de préférence composté. Peu importe son origine, qu’il soit équin, bovin ou ovin.

- Continuez avec une couche de 5 cm maximum de déchets verts fins comme des feuilles, des déchets de cuisine ou plus facilement des tontes de pelouse fraîche. Respectez rigoureusement l’épaisseur car c’est justement la finesse de la couche qui évite la fermentation anaérobie, responsable de mauvaises odeurs.

- Après la couche ‘humide’ qui apporte l’azote, c’est au tour de la couche sèche qui apporte le carbone. Les matières peuvent être variées, du broyage de branches aux feuilles mortes, en passant plus simplement par de la paille. La hauteur sera plus importante, de l’ordre de 10 cm.

- Alternez ces deux couches au minimum deux fois dans le but d’obtenir les 30 cm de hauteur recommandés. Vous pouvez alterner plus de couches si vous le souhaitez car le tas finira de toute façon par se tasser naturellement.

- Terminez par une fine couche de terreau mélangé avec du compost mûr à raison de 50 % chacun. Recouvrez bien l’ensemble et votre lasagne est prête à être plantée.

Ne pas oublier : Il est très important d’arroser copieusement les différentes couches au fur et à mesure de leur étalage, l’hydratation de la lasagne sera ainsi parfaite dès sa conception.

3. LA PLANTATION ET L’ENTRETIEN DES CULTURES

Lorsque votre lasagne est prête, vous pourrez la planter comme un potager de pleine terre mais avec quelques petits changements. La lasagne étant un support de culture très riche, les matières organiques et minérales s’y trouvent en abondance, les plantes ont alors besoin de moins de place pour se développer. Les différentes cultures peuvent être plus tassées sans qu’il y ait de problème de stress ou de concurrence excessive.

Sur une même lasagne, plantez des légumes hauts, moyens et rampants. Respectez simplement les différentes strates encore une fois pour faciliter l’entretien, les tailles et récoltes. Les plus hautes se placent au sommet (tomates, tournesols, haricots géants, etc…) les intermédiaires à leur pied (Aubergines, Pois, Choux, etc.) et enfin les petites ou rampantes en bas (Fraisiers, Concombres, Salades, plantes aromatiques, etc.)

Lors de vos différentes plantations, gardez toujours à l’esprit que certaines cultures aiment pousser ensemble, mais d’autres en revanche, ne s’apprécient guère. Renseignez-vous sur les plantes compagnes afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

Le point le plus important en termes d’entretien au-delà des tailles est bien sûr l’arrosage. Un potager en lasagne ne souffrira jamais d’un excès d’eau puisqu’il est naturellement très drainant. Arrosez donc abondamment et de préférence le soir à l’eau de pluie afin que toutes les cultures puissent en bénéficier durant les nuits plus fraîches. Ce point fondamental ne doit surtout pas être oublié car si la couche de terreau/compost venait à sécher, ceci pourrait être fatal pour les cultures les moins enracinées.

Afin d’éviter cette déshydratation naturelle de surface, pensez à étalez un paillis après les différentes plantations. Ce peut être à nouveau de la paille comme des éclats de bois blanc ou des paillis plus fin de type Miscanthus ou Chanvre.

Vous observerez naturellement qu’au fil des semaines le tas va baisser mais sans pour autant entamer sa fertilité. Si toutefois, vous ne voulez pas recommencer votre lasagne chaque année de zéro, il est aussi possible de rajouter des couches et la lasagne vous deviendra alors un sol fertile dans lequel les cultures de légumes racines seront possibles.

Vous savez à présent tout sur cette technique simple et ludique à mettre en place seul ou avec les enfants. Tout comme les carrés potagers, la lasagne est une façon nouvelle et pédagogique d’aborder la question de l’autosuffisance en légumes et l’agriculture vivrière à l’échelle familiale.

Notre Boutique en ligne