photo-1


Tous les jardins possèdent une surface engazonnée qu’elle soit petite ou grande. Cependant, on peut penser que l’entretien se résume à deux tontes par mois et que le semis se fait après avoir passé du désherbant sur la surface à engazonner.

Le gazon est en fait un petit écosystème assez complexe qui demande quelques soins afin d’être esthétique et bien vert, saison après saison. Chaque utilisation et chaque situation demandera un gazon bien spécifique.

Le travail du sol avant un semis est lui aussi primordial pour obtenir les meilleurs résultats.

1. COMMENT CHOISIR SON GAZON ?

Un gazon est une surface végétalisée composée d’un mélange de graminées de petites taille. Chaque espèce présente dans le mélange aura un rôle et un esthétisme spécifique. Certaines plantes peuvent venir s’implanter naturellement dans le gazon sans forcément lui nuire. Par exemple les pâquerettes, pissenlits ou encore le trèfle (très utile dans un gazon).

Des mélanges tout prêts sont vendus en jardinerie et déjà adaptés à chaque situation. On différenciera donc un gazon d’ombre ou de soleil, un gazon de golf ou un gazon rustique.

1.1. Les espèces de graminées du gazon les plus courantes

photo-2

On pourrait croire que connaitre les variétés n’est pas vraiment nécessaire. Or, il sera plus facile de faire son choix en regardant directement la composition du mélange marqué sur l’emballage.

A titre d’exemple si vous avez une exposition ombragée et humide, un gazon dit d’ombre ne sera pas forcément une bonne idée si le mélange ne contient  pas de pâturin (graminée adaptée au sol humide et lourd). La composition vous permettra vraiment de choisir le gazon adapté à votre situation.

Le ray-grass anglais :

C’est l’une des espèces les plus couramment utilisées. Pourtant considérée comme une espèce bas de gamme, elle s’adapte facilement à beaucoup de situations et présente beaucoup d’avantages :

- Supporte le soleil, la mi-ombre voir l’ombre si le sol n’est pas détrempé

- Bonne résistance au piétinement

- Forte vigueur capable d’étouffer les herbes indésirables

- Installation rapide et couleur bien verte en hiver

Il est adapté aux gazons rustiques et faciles, voir destiné aux sports familiaux.

La fétuque rouge gazonnante :

C’est une espèce à feuilles très fines et esthétiques. Elle aura besoin d’une certaine fraicheur au niveau de ses racines car elle a tendance à jaunir en cas de sécheresse. Un piétinement excessif donnera les mêmes effets, il ne faudra donc pas l’installer pour un gazon destiné à faire du sport.

- Couleur bien verte en hiver car les conditions sont généralement plus humides

- Pousse peu vigoureuse mais bonne durée de vie sur le long terme

- Gazon très fin et léger

- Accepte les tontes rases et régulières

Vous pourrez l’utiliser si vous souhaitez un gazon très court et que votre sol est frais.

La fétuque rouge traçante :

C’est la fétuque rouge la moins esthétique car elle couvre de plus grandes surfaces que les autres et le gazon s’en trouve plus creux. Cependant, elle reste bien verte en été si elle n’est pas trop exposée en plein soleil.

- supporte les tontes rases et régulières

- bonne durée de vie

- préfère les situations ombragées

Placez-la en complément d’autres espèces dans des zones humides et ombragées, elle donnera un peu de finesse au gazon.

La fétuque rouge demi-traçante :

C’est la fétuque rouge la plus résistante aussi bien en été qu’en hiver. Tout comme la traçante, elle se propage assez facilement et son recouvrement est plus dense. Comme les autres fétuques, son gazon est lui aussi très fin et esthétique.

- supporte la sécheresse, le froid, le soleil voir un léger ombrage

- bonne résistance aux piétinements

- accepte les tontes rases et très fréquentes

Elle s’acclimatera dans la plupart des situations, c’est une des espèces fines les plus utilisables. Autant dans un gazon long que très raz.

La fétuque ovine durette :

C’est sans aucun doute la fétuque du gazon donnant l’aspect le plus compact et fin. Elle n’aime pas le piétinement, ce qui lui donne donc une place dans les gazons hauts de gamme dont le rôle n’est principalement qu’esthétique. Son aspect l’hiver n’est pas très bon surtout si elle se trouve à l’ombre mais en été, c’est la reine !

- aspect très dense et compact même si le sol est pauvre

- bonne résistance aux maladies et à la sécheresse

- accepte les tontes très rases et très régulières

La fétuque ovine sera utilisée en compagnie des agrostides pour les greens de golf ou les gazons qui seront tondus très courts. Utilisez la aussi si votre sol est drainé et pauvre.

La fétuque élevée :

C’est l’une des graminées du gazon qui connaîtra sans doute de plus en plus de succès. En effet, elle résiste aux piétinements, à la sécheresse et a une croissance relativement rapide. Tout cela donne un gazon rapidement vert et bien résistant. Son feuillage fin est aussi un atout non négligeable pour son côté esthétique.

- résistance à la chaleur et à la sécheresse

- supporte une forte humidité et des conditions ombragées

- résiste aux piétinements et aux maladies

Cette fétuque s’adaptera à presque n’importe quelle situation.

Les agrostides :

Peu utilisés en général, les agrostides sont des graminées « miniatures », elles seront surtout semées si vous souhaitez avoir un gazon très ras (entre 3 et 6 mm). Son aspect est donc très compact et extrêmement fin.

- acceptent les tontes très fréquentes et courtes

- peu résistants à la sécheresse du fait d’un système racinaire de surface

- aspect esthétique incontournable

Ce sont des espèces notamment utilisées pour les greens de golf où la tonte est quotidienne.

Le pâturin des prés :

C’est la graminée « tout terrain », elle est très résistante du moment que votre terre est humide. Sa capacité à reboucher des trous très rapidement en fait la reine des terrains de sports. Son feuillage est assez grossier, ce qui donne un gazon très dense s’il n’est pas couper trop court.

- bonne résistance aux piétinements et à l’arrachement

- résiste à la chaleur et au froid

- reverdit une zone nue très rapidement

C’est une graminée incontournable si vous avez un terrain qui a tendance à garder l’eau et où les graminées fines comme les fétuques ne pourraient s’installer. Vous pourrez aussi le placer pour un gazon d’ombre.

1.2. Les mélanges  de gazon proposés

Vous trouverez bien sûr en jardinerie des mélanges de semences déjà prêts et adaptés à certaines situations. Cela vous permettra d’être orienté plus facilement si vous souhaitez de la rapidité et de la simplicité.

Comme chaque situation demande un mélange spécifique, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un vendeur pour trouver le mélange le plus adapté à votre situation. Dans les mélanges prêts à l’emploi, les plus courants sont:

Le gazon de plein soleil

Composition: 40% de fétuque élevé, 30 % de fétuque rouge traçante et 30% de ray-grass anglais.

Ce mélange de 3 graminées donnera un gazon relativement fin et dense. Sa résistance à la sécheresse et au soleil ui permettra de rester relativement vert en été. Seul la fétuque rouge traçante aura tendance à jaunir en cas de forte chaleur mais elle garde cependant un très bel aspect en hiver. Il sera également résistant aux piétinements mais ne devra pas être tondu trop ras au risque de le fragiliser.

Le ray-grass et la fétuque élevée sont utilisés pour leur densité et leur bonne résistance aux périodes de carences en eau. 

Le gazon de sous-bois ou d’ombre

Composition: 20% de pâturin, 25% de fétuque rouge demi-traçante, 35% de fétuque rouge gazonnante et de 20% de ray-grass anglais.

L’ombre étant peu propice à l’installation d’un gazon, le fait d’avoir un mélange aussi divers permettra de s’adapter à cette situation. Chaque graminée jouera son rôle afin d’avoir un gazon:

- bien vert et dense même par sol humide avec le pâturin

- fin et vert en hiver avec la fétuque rouge gazonnante

- résistant et adapté aux piétinements avec le ray-grass

La fétuque rouge demi-traçante remplira quant à elle, tous ces critères.

Le gazon rustique

Composition: 50% de fétuque rouge traçante, 10% de fétuque rouge demi-traçante et 40% de ray-grass anglais.

Un gazon rustique est un gazon devant remplir des critères de simplicité, de résistance et de beauté. Avec un mélange composé de moitié de fétuque rouge traçante, le gazon sera adapté a beaucoup de situations et aura une très bonne pérennité, il supportera même une tonte régulière.

En complément du ray-grass, le gazon sera bien dense et pourra se regarnir relativement vite en cas de dégradation. La fétuque rouge demi-traçante donnera un bel aspect si la pelouse est laissée plus longue.

Le gazon de sport

Composition: 40% de fétuque élevé, 35 % de ray-grass anglais et 25% de fétuque rouge traçante.

Un gazon de sport doit être vert en toutes situations, il est constamment piétiné et subit sans cesse des agressions comme des arrachements ou des tontes rases. Ce type de mélange sera également utilisé si votre sol est pauvre et que vous souhaitez avoir un gazon qui s’installe et se régénère vite.

Le gazon sera :

- vert, dense, se régénérant rapidement avec le ray-grass anglais

- perrin, esthétique et fin avec la fétuque rouge traçante

- résistant à la sécheresse et aux piétinements incessants avec  la fétuque élevé

Le gazon de regarnissage

Il sera utilisé pour regarnir un gazon ayant subi une scarification, un rajeunissement ou tout simplement pour densifier une pelouse vieillissante. Le plus souvent, le gazon de regarnissage est composé exclusivement de ray-grass connu pour toutes ses qualités et notamment pour le fait de s’installer rapidement. Certains mélanges comportent 50% de fertilisants, ce qui évite d’en ajouter en complément.

Le gazon éco-durable

Les semences de gazon éco-durable sont un mélange adapté pour des pelouses à entretien réduit. Elles sont quasiment autonomes en éléments fertilisants du fait que le mélange est composé de semences de trèfle. Ce trèfle à la capacité de fixé l’azote de l’air dans le sol afin de le restituer aux graminées du gazon, ce qui fera office d’engrais naturel. Il résistera aussi naturellement à la sécheresse et ne nécessitera pas de désherbage.

Composition: 30% de ray-grass pour la rusticité et la densité, 35% de fétuque rouge traçante pour la pérennité du gazon, 20% de fétuque rouge gazonnante qui conservera une belle couleur verte en hiver, 10% de fétuque élevé pour la résistance à la sécheresse et 5% de trèfles pour la fixation de l’azote.

Ce mélange saura donc s’adapter à la plupart des situations.

2. QUAND SEMER SON GAZON ?

Plusieurs époques sont propices pour le semis d’un gazon, le printemps comme l’automne.

2.1. Semis de gazon au printemps

Procédez au travail grossier du sol (voir plus loin) en octobre/novembre afin que le sol puisse se reposer tout l’hiver puis terminez l’enrichissement et les finitions avant le semis. Le problème du semis de printemps est que votre sol reste à nu tout l’hiver et vous risquez d’avoir des problèmes d’érosion ou de ruissellement avec les eaux de pluies. Cette technique est donc positive comme négative. Vous devrez aussi être vigilant en ce qui concerne l’arrosage au cours du printemps car les pluies sont généralement moins abondantes qu’à l’automne.

2.2. Semis de gazon en automne

Il est davantage recommandé. Vous pourrez préparer votre sol dès le mois d’août afin de semer le gazon en septembre/octobre. L’avantage est que le sol est encore chaud mais les périodes de sécheresse seront plus rares. Les graminées du gazon vont donc pouvoir s’enracinées rapidement avec le retour des pluies d’automne et avant que les gelées ne réapparaissent un mois et demi plus tard.

Avec le semis d’automne, vous gagnerez quasiment une année car le gazon ainsi enraciné à l’automne occupera plus vite le terrain au printemps et sera plus résistants aux sécheresses potentielles l’année suivante.

3. LA PREPARATION DU SOL

C’est la chose la plus importante lorsque que vous voulez entreprendre un engazonnement. Vous devrez préparer votre sol de façon à ce qu’il soit le plus meuble et fin possible pour que les graminées puissent s’enraciner facilement.

Pour cela, vous devrez suivre plusieurs étapes si vous partez d’un sol vierge.

3.1. Le travail du sol

LE TRACAGE : Pour commencer, délimitez la surface de votre futur gazon afin de quantifier vos quantités de semences à prévoir.

LE DESHERBAGE : 

photo-8

Ensuite, il faudra dégrossir le terrain et nettoyer la surface du sol afin de pouvoir préparer votre futur engazonnement. Commencez par désherber la surface si besoin à l’aide d’un désherbant systémique et qui ne soit pas anti-germinatif (sinon le gazon ne pourra pas germer par la suite). Ce traitement devra se faire avec des équipements de protections individuels car ce sont des produits dangereux pour la santé. Vous devrez traiter par temps sec et en soirée pour que le produit soit plus efficace tout en respectant bien les doses préconisées d’utilisation.

Après avoir laissé agir le produit pendant une bonne semaine vous pourrez ensuite passer au travail du sol.

photo-9LE LABOUR : Travaillez votre sol en profondeur afin d’éliminer les gros éléments pouvant être nuisibles par la suite comme les pierres où les mauvaises herbes préalablement désherbées. Vous pourrez effectuer ce travail à l’aide d’une bêche si la surface est petite, d’un motoculteur pour une surface intermédiaire ou d’un petit tracteur munit d’une charrue pour de plus grandes surfaces.

Enlevez ensuite manuellement ou mécaniquement les pierres remontées à la surface. Si toutefois vous souhaitez installer un arrosage automatique enterré, vous devrez le faire à ce moment-là.

3.2. L’enrichissement du sol

Peu importe votre type de sol, vous devrez apporter certains éléments en complément, pour enrichir, amender ou bien encore drainer celui-ci.

Déterminez la texture de votre sol (lourde, sableuse, pauvre, etc…) afin de déterminer les matières à apporter.

Par exemple :

photo-10

- Pour un sol lourd qui retient l’eau, il faudra apporter du sable en plus ou moins grande quantité

- Pour un sol drainant où l’eau ne stagne jamais et qui a tendance à être soumis aux sécheresses estivales, amendez par un apport de compost et de terreau en mélange. Cela permettra d’augmenter la capacité du sol à retenir naturellement l’eau

- Pour un sol pauvre, vous devrez l’enrichir en apportant, du compost, du terreau et des éléments fertilisants organiques. Les cornes broyées ou encore les fertilisants concentrés sous forme de billes organiques à diffusion lente sont bien adaptées.

Etalez donc votre amendement sur toute la surface à engazonner puis repassez une nouvelle fois le motoculteur afin de mélanger tout cela à votre terre de jardin.

LE GRIFFAGE :

photo-11

Après avoir labouré le sol, griffez votre sol à l’aide d’un croc afin de finir le mélange de l’amendement apporté de façon un peu moins grossière. Cette action permettra aussi de casser les gros éléments présents naturellement dans la terre (agrégats ou billots de terre) et de commencer à affiner la surface du sol.

LE FAUX SEMIS : Une fois tout le sol griffé, laissez-le reposer pendant environ trois semaines. C’est la fameuse technique du faux semis. Les adventices (mauvaises herbes) présentes dans le sol vont se mettre à germer pendant cette période. Si vous aviez semé, elles se seraient mélangées au gazon en plus ou moins grande quantité polluant ainsi dès le départ votre jeune pelouse.

3.3. Les finitions

Ce sont les dernières étapes avant le semis, elles sont généralement plus minutieuses mais aussi très importantes pour avoir une pelouse bien.

LE NIVELLAGE : Une fois cette période du faux semis passée, binez à nouveau toute la surface du sol à l’aide d’un croc afin d’élimer les mauvaises herbes. Ce binage déracinera les adventices avant qu’elles n’aient eu le temps de s’égrainer. Ramassez-en le plus possible une fois qu’elles seront déracinées. Les quantités d’adventices présentes dans votre sol diminueront donc naturellement.

LE RATISSAGE :

photo-12

Après avoir passé le croc et dégrossi les plus grosses mottes présentes à la surface du sol, munissez-vous d’un râteau ou d’un balai à gazon. Cela permettra :

- De finir l’émiettement des mottes de terres

- D’établir le nivellement désiré

- D’extraire les derniers petits cailloux

Pour réaliser ce nivelage, passer le râteau ou le balai à gazon dans le sens de la longueur puis dans le sens de la largeur. Ce travail en croix aérera et nivellera plus facilement le sol qu’un travail linéaire produisant très souvent des buttes de terre plus ou moins hautes à la surface du sol.

Vous avez à présent terminé le travail du sol et vous pourrez donc passer au vif du sujet : le semis.

Notre Boutique en ligne

  • Fontaine - DESJARDINS

    1 599,00 €