Originaire du Moyen Orient et du Sud-Est de l’Europe, cet arbre possède de nombreux atouts faisant son originalité. Très décoratif toute l’année, il est facile d’entretien et peut se planter partout en France à condition qu’il se trouve dans de bonnes conditions.

On le connaît également sous le nom de Gainier ou Saougras, il fait partie de la famille des Fabacées. L’ensemble des plantes de cette famille possède la particularité de pouvoir fixer l’azote atmosphérique dans le sol, faisant ainsi office de fertilisant naturel pour les plantes aux alentours.

1. CARACTERISTIQUES DU JUDEE CERCIS

judée-cercis_1L’arbre de Judée possède souvent plusieurs troncs relativement tortueux, irréguliers, lui donnant ce port inhabituel. Il ne dépasse jamais les 6 à 8 mètres de haut à taille adulte, lui permettant de s’implanter dans de nombreux jardins même de petite taille. Son branchage, de faible densité, laisse entrer la lumière à son pied.

judée-cercis_2

Son écorce est très foncée, noirâtre, alors que ses jeunes pousses son plutôt de couleur pourpre. Le feuillage caduc est très arrondi, en forme de cœur et de couleur bronze puis vert au printemps. A l‘automne, il passe par différentes teintes de jaunes.

De couleur rose ou blanche, les fleurs du Cercis sont reconnaissables à leur forme irrégulière et leur petite taille. Elles sont ainsi regroupées en bouquets, apportant un effet de masse plus visible sur l’arbre.

La plus grande originalité du Cercis est d’avoir la capacité de fleurir directement sur le tronc, les fleurs sont donc réparties sur l’ensemble de l’arbre. Celles-ci apparaissent en mars/avril avant le débourrement du feuillage, ce qui est relativement précoce pour un arbre. C’est la raison pour laquelle l’arbre de Judée craint les gelées tardives à cause de sa montée en sève qui se fait très tôt au printemps. Cependant il est très rustique, pouvant supporter des températures jusqu’à -15°C.

judée-cercis_3


Des fruits apparaissent après la floraison et durant l’été. Ils prennent la forme de petites gousses de 7 à 10 cm (caractéristiques des plantes de la famille des Fabacées). Elles perdureront attachées à l’arbre, même après la chute des feuilles, mais les graines seront très vite consommées par les oiseaux de la nature.

Il doit être planté systématiquement en pleine terre mise à part pour quelques cultivars nains.

2. LES DIFFERENTES VARIETES DE JUDEE CERCIS

On compte 7 espèces de Cercis dans le monde mais seules 4 sont bien connues dans nos régions. Le plus courant se nomme Cercis siliquastrum (c’est aussi celui-ci auquel la description faisait référence).

judée-cercis_4

3. L’ACHAT D'UN JUDEE CERCIS

Il est possible toute l’année. Vous le trouverez ainsi en conteneurs ou bien plus rarement en racines nues à partir du mois de novembre. Il pourra être sur tige ou en touffes, et de toutes les tailles.

Il sera bien souvent mis en avant en magasin lors de la période de floraison où il sera le plus attractif.

4. LA CULTURE AU JARDIN D'UN JUDEE CERCIS

4.1. La plantation d'un Judée Cercis

Où ?

La plantation au jardin peut se faire en isolé ou bien au sein des massifs d’arbustes et de vivaces. Laissez donc libre court à votre imagination.

Seul le Cercis chinensis ‘avondale’ pourra rester en pot quelques années puis être remis en pleine terre.

Quelle exposition ?

Le Cercis est un arbre qui se plaît uniquement aux expositions ensoleillées. Placez-le aussi dans un endroit abrité des vents forts et froids qui peuvent nuire à sa floraison précoce.

Il faut savoir que cet arbre peut également être planté en ville ou en bord de mer car il résiste très bien à la pollution et aux embruns.

judée-cercis_5

Quel sol ?

De préférence sec, donc bien drainé, le Cercis ne supporte pas d’avoir les pieds dans l’eau. Il affectionne également les sols relativement riches à tendance plutôt calcaire. Il redoute l’acidité qui risquerait de développer des décolorations anormales du feuillage.

Le Cercis est un arbre capable de résister à la sécheresse une fois installé.

Quand ?

La meilleure période pour la plantation de l’arbre de Judée est l’automne à partir du mois d’octobre lorsque les températures commencent à baisser et que le sol n’est pas encore trop refroidit. De plus, l’enracinement commencera et l’arbre souffrira moins lors de sa floraison printanière que s’il était planté à cette même époque.

Néanmoins, si vous le souhaitez, la plantation pour un Cercis en conteneur est possible toute l’année hormis lors des périodes de gel. Les soins à apporter (arrosage, protection) devront être aussi plus rigoureux.

Comment ?

La plantation en pleine terre est la seule conseillée pour cette espèce. Le Cercis est un arbre de taille significative et même pour les cultivars nains, la plantation en pots n’est recommandée que durant 2 à 3 ans. Il devra ensuite rejoindre le jardin.

Pour ce qui est de la technique de plantation, vous pouvez suivre les étapes suivantes afin de favoriser la reprise :

- faites tremper environ 10 minutes la motte de l’arbre dans une bassine d’eau de pluie ou d’eau du robinet (le Cercis affectionne le calcaire donc même une eau de ville calcaire ne lui sera pas néfaste, bien au contraire),

- creusez ensuite un trou de plantation d’au moins 3 fois le volume du conteneur d’origine. Le but étant d’ameublir le sol sur une profondeur et une largeur significative pour que les racines puissent s’enfoncer rapidement et facilement dans le sol,

judée-cercis_6- si votre sol n’est pas naturellement drainé ou caillouteux, prévoyez un mélange de billes d’argile et de terre au fond du trou de plantation.

- préparez un mélange composé d’un tiers de terre végétale, un tiers de terreau de plantation et un tiers de compost bien décomposé ; ajoutez aussi quelques billes d’argile qui draineront aussi le sol autour des racines principales ; le tout sera aussi complété de 2 ou 3 poignées d’engrais organique en granulés pour le coté humifère apprécié par le Cercis,

- étalez ensuite le mélange préalablement préparé de telle façon à ce que le dessus de la motte du Cercis affleure le niveau final du sol,

- mettez-le en place puis rebouchez avec le mélange préparé tout en veillant à bien tasser la terre autour de la motte,

- arrosez abondamment,

- étalez un paillage organique ou minéral à son pied pour le côté esthétique ; le paillage minéral (pouzzolane, schiste, etc…) a le gros avantage de retenir la chaleur accumulée pendant la journée pour la restituer la nuit, un atout de taille lors d’une plantation au Nord de la Loire.

Evitez toute transplantation d’un sujet planté depuis plus d’un an car le Cercis est un arbre qui ne supporte pas d’être déterré lorsqu’il est installé. Son système racinaire pivotant s’en trouverait détérioré et votre arbre aurait les plus grandes difficultés à reprendre.

4.2. L’entretien d'un Judée Cercis

judée-cercis_7

L’arrosage

La première année qui suit la plantation est toujours la plus importante dans la vie d’un arbre. C’est pourquoi, même s’il résiste à la sécheresse, l’arrosage devra être régulier et abondant pour que les racines puissent s’enfoncer en profondeur. C’est une fois le système racinaire déployé que l’arbre pourra résister aux sécheresses estivales.

Prévoyez donc au moins un bon arrosage de 20 litres d’eau par semaine pendant les 4 premiers mois suivant la plantation. Ensuite la fréquence et les quantités se feront en fonction des conditions climatiques.

La fertilisation

Pour le cas du Cercis, la fertilisation est nécessaire les premières années car c’est lorsqu’il est jeune que sa croissance est la plus rapide. Les éléments nécessaires à sa bonne croissance devront lui être apportés afin qu’il ne manque de rien pendant ses premières années. Des engrais organiques universels et du compost lui seront profitables à raison d’un apport en automne et un au printemps au moins les 5 premières années suivant la plantation.

Préférez les fertilisants en granulés disposant d’une diffusion plus lente que les liquides.

Une fois installé, il poussera plus lentement et sera en mesure de capter des éléments minéraux plus en profondeur. Un apport de compost une fois par an à son pied sera donc suffisant. La quantité à apporter sera variable selon la taille de l’arbre.

La taille

Sa tendance à pousser dans tous les sens comme les buissons, rend la taille indispensable si vous souhaitez arriver à dégager les tiges principales et ainsi former une ou plusieurs ramifications. Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de couper régulièrement les nouveaux rameaux qui se formeront sur toute la surface que vous souhaitez dégager.

Taillez également toutes les branches mortes, abimées et celles qui se croisent. Le but sera d’éviter les écorces incluses, phénomène courant chez les Cercis. Il s’agit de 2 branches qui se touchent et finissent par se souder entre elles en grandissant.

judée-cercis_8

(Sur cette photo, il s’agit d’une écorce incluse sur Magnolia grandiflora mais le principe est toujours le même peu importe l’arbre).

Les maladies

Le Cercis est un arbre relativement résistant aux maladies et ravageurs. Ces derniers ne provoquent que de faibles dommages. Parmi les parasites les plus connus, on note :

La maladie du corail

Il s’agit d’une maladie cryptogamique provenant d’un champignon appelé Nectria cinnabararina. Ce nom a été donné à la maladie à cause des champignons se manifestant par de petits coussinets ronds couleur corail. Ils libèrent des spores qui propagent l’infection rapidement. Les tissus de l’arbre sont alors contaminés et peuvent mener à son dépérissement.

Pour en venir à bout, préférez les méthodes préventives qui nécessitent la désinfection de votre matériel de taille et le recouvrement des plaies avec du mastic cicatrisant. C’est par les plaies que la maladie peut facilement se propager.

Si la maladie est déjà déclarée, grattez les boursouflures formées qui apparaissent sur le tronc, et coupez les branches trop atteintes. Brulez tous les déchets de taille.

Nettoyez ensuite au mieux l’ensemble des plaies et pulvérisez une solution de bouillie bordelaise.

Renforcez-le enfin en épandant du compost bien décomposé à son pied et du purin d’ortie.

Les psylles

judée-cercis_9Il s’agit de petits insectes suceurs de sèves qui blessent et nécrosent le feuillage à partir du mois de juin. Ils sécrètent également une substance gluante qui peut développer de la fumagine (champignon noirâtre). Le feuillage sera ainsi recouvert d’une couche noire sur l’ensemble du feuillage.

Un traitement insecticide ou un lâché de punaise anthocoris (lutte biologique) en viendront à bout. Pour la fumagine, lavez le feuillage et le champignon partira de lui-même lorsque les psylles seront éliminés.

La multiplication

Elle se fait essentiellement par semis, greffe ou bouturage de tiges semi-aoûtées. Ce bouturage se fait à la fin du mois d’août lorsque le bois commence à se lignifier (durcir). Coupez un rameau d’environ 7 cm sous un nœud (endroit boursouflé où peuvent se former de nouveaux bourgeons). Trempez la coupe dans de l’hormone de bouturage puis mettez la bouture en godet à l’étouffé (avec un verre en plastique par-dessus qui fera office de mini serre et maintiendra l’humidité).

Une fois enraciné, plantez le au jardin dans une situation abrité. Il mettra environ 5 à 6 ans pour commencer à fleurir.

5. LES BONNES ASSOCIATIONS DE JUDEE CERCIS

judée-cercis_10La plantation en isolé sera possible mais il sera mieux mis en valeur entouré de plantes vivaces. Ils feront aussi une couche végétale qui protègera les racines durant l’hiver.

Le Cercis est un arbre qui apprécie le calcaire, c’est pourquoi vous devrez l’associer à des plantes calcicoles (qui aiment le calcaire) comme les Acanthes, Bergenia, Gypsophiles ou Hellébores (photo ci-dessous) pour les vivaces.

Les arbustes quant à eux permettront de lui couper le vent s’il est présent et rendront le massif plus coloré et garni. Vous pourrez par exemple planter à ses côtés des Abelias (photo ci-dessous), Buddleias (arbre aux papillons), Chaenomeles (cognassier du japon) ou autres Philadelphus (seringat).

judée-cercis_11

Notre Boutique en ligne

    • Avez vous catalogue?suis intéressé par palmier chinois et arbre de l’idée ect

    • Paris

      Bonjour, j’ai un arbre de Judée qui cette année est envahi sur ces feuilles de perles blanches qui ressemblent à du sucre. Est ce normal? Comment peut on s’en débarrasser? Merci