La mûre est un fruit endémique au niveau européen et bien connu de tous. Seuls ses fruits sont réellement appréciés puisque la plante en elle-même est plus considérée comme une nuisible à éliminer qu’une plante gracieuse et décorative.

1.DESCRIPTION

Originaire des sous-bois et des clairières dans toute l’Europe, la ronce est une plante de la famille des Rosacées  au même titre que les Rosiers ou plus proche encore, les Framboisiers. Ces dernières appartiennent d’ailleurs à la même famille des Rubus, seule l’espèce est différente ; idaeus pour le Framboisier et fruticosus pour la Mûre.

1.1. Caractéristiques

Avant toutes choses, il faut bien distinguer la Ronce du Mûrier. En effet, beaucoup de jardiniers confondent à tort ces deux plantes bien différentes, peut-être en raison du nom de leur fruit qui est similaire.

Le Murier est un arbre plus souvent appelé Mûrier platane en raison de son feuillage. Il répond au nom latin de Morus alba et produit des fruits très ressemblant aux fruits de la Ronce avec un goût s’en rapprochant également. Mais leurs similitudes s’arrêtent là ! Cet arbre sert également à l’élevage des vers à soie qui se nourrissent des feuilles.

Pour la Ronce, ses caractéristiques sont bien différentes. Il s’agit là d’une plante peu ligneuse composée d’une multitude de tiges longues et arquées pouvant dépasser 3 mètres.  Chez l’espèce type, ces tiges sont recouvertes d’épines, tout comme ses feuilles et ses grappes de fruits. C’est sans doute pour cette raison que cette plantes est tant détestée au naturel dans les jardins.

La seconde raison vient de son côté plutôt envahissant. Sa souche est coriace, ses racines également et un seul fragment dans le sol permet sa repousse. De plus, lorsque l’extrémité de ses tiges touche le sol, elles s’enracinent par marcottage naturel. L’ensemble de ces caractéristiques réunies permet à la Ronce de former des buissons pouvant prendre de très grandes proportions en recouvrant plusieurs mètres carrés au sol et même plusieurs mètres de hauteur. Aux pieds d’arbres, elles sont également capables de s’en servir comme support et ainsi de pousser encore plus haut.

Source Wiki Renardeau

PSes feuilles sont composées de 3 à 5 folioles recouvertes d’épines sous de la nervure centrale. La floraison se produit durant l’été, en juillet août avec de petites fleurs blanches réunies en belles grappes. Les fruits se forment ensuite en fin d’été, début d’automne sous la forme de petites boules groupées, noires, juteuses et très sucrées.

Au niveau rusticité, le froid ne pose aucun problème à la Ronce puisqu’elle est capable d’endurer des températures comprises entre -25 et -30°C

1.2. Les différentes variétés

Nous avons vu que la Ronce est surtout appréciée dans des zones délaissées où elle ne gêne pas car au-delà de ses fruits, on la considère plus comme une mauvaises herbe. N’ayez crainte, il existe de plus en plus de variétés aux caractéristiques bien moins problématiques au jardin portant les avantages sans les inconvénients. Notamment l’absence d’épines, une plus forte productivité et une taille bien plus modeste tout en étant bien moins envahissante.

Celles présentées ci-dessous réunissent justement ces points positifs et sont couramment proposées en magasin.

Asterina

Couleur : Noire

Récolte : juillet / août

Rendement : Fort

Calibre : Gros

Goût : Saveur Douce

Dirksen thornless

Couleur : Noire

Récolte : juillet / août

Rendement : Très fort

Calibre : Moyen

Goût : Doux


Dorman red

Couleur : Rouge

Récolte : Mi-juillet / août

Rendement : Fort

Calibre : Gros

Goût : Intense et très goûteux


Little black prince

Couleur : Noire

Récolte : Mi-août / Septembre

Rendement : Moyen

Calibre : Moyen

Goût : Doux mais acidulé


Reuben

Couleur : Noire

Récolte : Juillet / Septembre

Rendement : Très fort

Calibre : Très gros

Goût : Intense mais acidulé


Thornless evergreen

Couleur : Noire

Récolte : Août / Septembre

Rendement : Fort

Calibre : Moyen

Goût : Très sucrée à maturité. Idéale pour la congélation


Triple crown

Couleur : Noire

Récolte : Août / Septembre

Rendement : Fort

Calibre : Gros

Goût : Excellent arôme

2. LA PLANTATION

Le plus difficile lorsque vous choisissez de planter une Ronce au jardin est encore de choisir la variété parmi celles disponibles. En effet, leur culture va de pair avec leurs origines et leur résistance. Ce sont des plantes qui se contentent de quasiment rien et offrent tout de même une bonne productivité, même dans les situations les plus ingrates.

2.1. Les conseils de base

Pour bien faire et ne pas regretter ce choix par la suite, vous devrez suivre avec soin les conditions suivantes :

                  - Plantez de préférence entre septembre et avril,

                  - Prévoyez un espace suffisamment dégagé pour que les Ronces ne deviennent pas un frein à la croissance d’autres plantes. Plantez-les de préférence dans le coin potager et non pas directement dans les massifs,

                  - Si vous plantez plusieurs variétés ou tout simplement plusieurs pieds, espacez-les d’au moins 2 mètres les uns des autres,

                  - Prévoyez un palissage de façon à contenir leur croissance avec une taille adaptée mais aussi de récolter plus facilement. Le long d’un mur ou des fils tendus reste l’idéal.

Pour ce qui est de l’exposition, ne vous inquiétez pas de cela, elle supporte tout mais vous aurez tout de même une meilleur productivité et surtout de meilleures qualités gustatives si vous choisissez un endroit ensoleillé.

2.2. La bonne méthode

Une fois toutes ces choses faites, vous pourrez procéder à la plantation. Pour ce faire :

                   - Faites un trou d’au moins 4 fois le volume du contenant en largeur et 2 à 3 fois en profondeur. Le but est d’ameublir le sol de façon à ce que la Ronce s’enracine sans difficultés tout en émettant de nouveaux drageons assez rapidement.

                  - Enrichissez la terre extraite d’un tiers de terreau de plantation et de quelques poignées de corne torréfiée. Il s’agit d’un fertilisant organique avec une action à court et long terme.

                  - Rebouchez une partie du trou avec ce mélange créé de telle manière que la base de la motte de la Ronce affleure le niveau final du sol.

                  - Positionnez-la puis reboucher l’ensemble du trou sans tasser la terre fortement.

                  - Arrosez abondamment à l’eau de pluie puis épandez un paillage organique tout autour du pied. Ce paillis gardera la fraicheur, formera une protection naturelle et enrichira votre sol. À l’inverse, le fait de conserver du gazon au pied des Ronces n’est absolument pas conseillé !

Quoi qu’il en soit, ne paillez jamais le pied avec une toile de sol synthétique car cela empêche le pied de grandir comme il le souhaite. L’émission de nouveaux sarments au sol doit être facilitée car ils seront garant des récoltes futures !

Il en est de même pour la plantation en pot qui n’est absolument pas conseillé car cette plante a besoin de place pour produire et pousser correctement.

Enfin, vous pourrez si vous le souhaitez, les associer à d’autres plantes fruitières plus basses qui garniront sont pied. C’est le cas des fraisiers, groseilles à maquereaux ou des plantes aromatiques ne dépassant pas 30 cm de hauteur.

3. L’ENTRETIEN

Source wiki Jpbazard

Contrairement aux Framboisiers, pourtant du même genre, l’entretien de la Ronce n’est pas du tout le même. Celui-ci est très limité et ne vous prendra que peu de temps !

3.1. La fertilisation

Cette opération est sans doute l’une des plus importantes lorsque l’on souhaite avoir au potager des rendements quantitatifs mais surtout qualitatif. Une plante en bonne santé et dans les conditions optimale de vie sera toujours bien plus généreuse. Vous n’avez pas pour autant besoin d’arroser toutes les semaines avec un fertilisant liquide. Pour la Ronce, un bon apport de compost au pied de chaque sujet à l’automne s’avère être la fertilisation idéale, ni plus, ni moins.

3.2. La taille

Tout comme pour la fertilisation, la taille permet de favoriser un rajeunissement perpétuel de la plante en évitant son vieillissement mais aussi un excès de croissance rendant ses proportions vite ingérables.

Elle s’avère être un véritable jeu d’enfant. Vous devrez tailler simplement une fois par an en fin d’hiver avant la formation des feuilles. Coupez au ras du sol toutes les branches ayant déjà produits des fruits. Conservez ensuite 5 à 6 branches ayant poussé l’année précédente et coupez l’extrémité pour arrêter leur allongement. Ce sont ces mêmes branches qui assureront la production de l’année.

De nouvelles sortiront du pied pendant le printemps et elles assureront la production de l’année suivante.

La Ronce est très simple puisqu’elle suit toujours un cycle en deux temps :

                  - La première année avec la formation de nouvelles tiges en feuillage,

                  - La seconde année elles fructifient, d’autres prennent le relais et ainsi de suite.

3.3 Le rajeunissement et la multiplication

Il est très compliqué et surtout inutile de vouloir rajeunir un pied de ronce puisque ce dernier forme une souche compacte et ligneuse. Ce n’est pas du tout comme une plante vivace où la division de souche est la meilleure méthode. Considérez qu’un pied de Ronce pourra perdurer environ dix ans au même endroit avant de commencer à voir ses rendements baisser. C’est donc le moment d’intervenir et même si la division est impossible, d’autres techniques existent.

La première est le prélèvement de drageons naturels. En effet, cette plante dispose de bons nombres de racines superficielles qui affleurent le sol. Lorsque l’une d’elle s’expose à la lumière elle émet naturellement des bourgeons qui se transforment ensuite en tige et peuvent créer un nouveau pied à part entière. Il suffit juste de sectionner la racine mère de chaque côté pour en récupérer le jeune et le replanter à un autre endroit.

Source wiki Sphks

La seconde est le marcottage. C’est une forme de propagation de la Ronce sauvage tout à fait naturelle et automatique. Pour le faire artificiellement et de manière contrôlée, vous n’aurez qu’à choisir une tige de l’année et l’enterrer en plusieurs endroits dans le sol en scarifiant légèrement l’écorce sur sa longueur à ces endroits. De cette façon, l’émission de racines sur les zones enterrées sera automatique. La plante formera alors des tiges secondaires l’année suivantes.

Vous n’aurez alors qu’à dissocier les nouveau plants créés de la mère et la encore les replanter dans un endroit différent.

Notre Boutique en ligne