Nom commun : Couleuvre à collier 'Natrix natrix'

Nom scientifique : Natrix natrix

Famille : Natricidae

Genre : Natrix

Espèce : Natrix

Longévité : 25 ans en moyenne

Taille : 60 cm pour la plupart et jusqu’à 1,6 m pour les plus gros sujets

Origine : Europe, Afrique du Nord

1. SES CARACTERISTIQUES

Photo-2-source-wiki-Meky

Ce serpent largement répandu sous nos climats est très reconnaissable de part le contour blanc et noir qui orne sa tête et qui lui a valu le nom de couleuvre à collier. Cette caractéristique est également visible sur les juvéniles. Sa tête est plus foncée que son corps qui peut être gris pâle, marron, voire légèrement vert mais toujours ponctuée de petites tâches noires sur l’ensemble du damier.

Lorsqu’elle se sent menacée, elle émet une sécrétion odorante, siffle et peut également élargir sa tête pour lui donner une forme triangulaire rappelant un peu celle d’une vipère.

Photo-3-source-wiki-Sigurdas

En dernier recourt, la couleuvre à collier se mettra sur le dos, la bouche ouverte et la langue pendante, qui associé à l’odeur fétide, fera croire au prédateur qu’elle est en putréfaction.

Photo-4

Quoi qu’il en soit, même si elle parcourt nos jardins, surtout lorsqu’un point d’eau se trouve à proximité, n’ayez crainte, elle est inoffensive pour l’Homme et ne mordra que très rarement, ou vraiment en dernier recours. Si vous l’ignorez, elle fera de même !

2. SON HABITAT

Vous pourrez rencontrer la couleuvre à collier dans une large aire de répartition. Ses préférences pour les milieux semi-aquatiques font qu’elle s’adapte très facilement à différents habitats autour d’un point d’eau et c’est au final cette diversité qui lui convient le mieux. Sa préférence va plutôt vers les eaux stagnantes mais les bords de rivières ou les mares lui conviennent aussi.

Photo-5

Hors de l’eau, elle n’aime pas les espaces trop dégagés et a besoin de broussailles pour ce cacher et se loger. C’est aussi dans ce type de milieu qu’elle trouvera une protection lors de sa phase d’hibernation.

A titre exceptionnel, vous pourrez parfois trouver la couleuvre à collier dans des milieux urbanisés, comme dans des terrains vagues, ou encore dans les jardins de ville, du moment que la nourriture y est abondante. Elle pourra donc venir s’installer ponctuellement dans un jardin et repartir aussi rapidement qu’elle est venue.

3. SON ALIMENTATION

Photo-6

La couleuvre à collier se nourrit quasi exclusivement d’amphibiens, et c’est pourquoi elle loge à proximité des points d’eau. Les grenouilles, crapauds, tritons, têtards ou quelques fois salamandres seront ses mets les plus courants. En cas de manque dans ces ressources, elle pourra aussi s’attaquer à de petits mammifères comme les campagnols ou musaraignes mais aussi de petits poissons. De manière générale, la couleuvre à collier capture une grosse proie tous les 20 jours en période d’activité soit de mai à septembre.

Elle chasse de jour comme de nuit et majoritairement dans l’eau grâce à ses capacités de nageuse redoutable. Sur terre, c’est principalement grâce à sa vue qu’elle est en mesure de capturer ses proies, mais une fois dans l’eau, elle utilisera plutôt l’ensemble de ses sens chimiques.

Elle ne peut mordre ses proies du fait qu’elle n’est pas venimeuse. Cependant, elle n’étouffe pas non plus ses proies. Elle les avale vivantes grâce à sa mâchoire très efficace qui s’écarte à l’extrême lors de la phase de déglutition.

4. SA REPRODUCTION

C’est à partir des mois d’avril/mai que la couleuvre à collier sort de son hibernation pour s’accoupler. A cette saison, vous pourrez donc apercevoir dans les endroits choisis par les couleuvres, de véritables rassemblements de femelles et de mâles. Généralement c’est le plus gros mâle qui domine, les petits mâles ne s’accouplent que rarement.

Une fois la femelle en gestation, son alimentation s’en trouve réduite. Elle consommera environ une proie par mois, pas plus !

Photo-7-Source-wiki-Georg-Wilhelm

Chaque femelle pond en juillet entre une dizaine et cent œufs qui, en fonction des températures et de l’humidité, écloront 4 à 8 semaines plus tard. Elles choisissent généralement des tas de feuilles ou de déchets organiques qui en se décomposant, apportent une petite source de chaleur aux œufs. Si elles ne trouvent pas d’endroits comme ceux-là, des terriers de souris ou des broussailles denses lui sont aussi favorables.

Lors de l’éclosion des œufs, les petits couleuvreaux mesurent déjà de 10 à 20 cm et sont complètement autonomes. Les petits sont généralement des proies faciles pour certains oiseaux et peu d’entre-eux ne parvient à l’âge adulte. Leur maturité sexuelle arrive après trois ans pour les mâles et cinq ans pour les femelles.

5. UNE ESPECE EN DANGER

Même si bon nombre de jardiniers prendront les couleuvres à collier comme des animaux nuisibles, il n’en est rien, bien au contraire.

Photo-8

Nous l’avons vu, leur aire de répartition est assez large et ces serpents s’adaptent facilement à divers habitats. Cependant, la couleuvre à collier souffre de plus en plus de l’impact de l’homme direct ou indirect sur les milieux naturels (d’anthropisation). Elles entrent au sein des chaînes alimentaires indispensables à la régulation des populations d’amphibiens. La destruction de ces écosystèmes réduit de plus en plus les populations d’amphibiens qui sont leur première source de nourriture. Sans proies, leur déclin est lui aussi actionné depuis quelques années.

La pollution des eaux, liée à l’utilisation d’insecticides et l’introduction de prédateurs comme certain poissons dans des milieux destinés à la pêche, favorise aussi déclin.

Si on regarde leurs effectifs à l’échelle mondiale, ils ne connaissent pour le moment qu’une baisse mineure mais dans certaines régions, le constat est beaucoup plus inquiétant.

Aujourd’hui, la couleuvre à collier est une espèce protégée en Europe, c’est pour cela qu’il vous sera strictement interdit de tuer des individus ou même d’éradiquer des nids. Leur protection ne concerne malheureusement pas leur habitat, et c’est en grande partie le fait que la couleuvre à collier soit une espèce menacée.

Il est non seulement interdit de les tuer, mais aussi de les capturer. C’est la raison pour laquelle il est impossible de les garder en captivité dans un terrarium.

Notre Boutique en ligne

  • Ensemble "Sofa" - DESJARDINS

    599,00 € 799,00 €

  • Ensemble ''Mauritius'' - marron - DESJARDINS

    799,00 € 999,00 €

  • Ensemble "Malaga" gris - DESJARDINS

    799,00 € 999,00 €