Le Pigeon est l’oiseau le plus présent en ville, il s’est adapté complètement au mode de vie urbain des hommes et est à présent bien installé à nos côtés. Souvent considéré comme indésirable par les citadins en raison des quelques nuisances qu’il occasionne, il l’est aussi au jardin lorsqu’il s’attaque au potager. Nous allons voir les différentes techniques qu’il existe pour les éloigner d’un endroit donné.

1.LE PIGEON

Les Pigeons ne font pas partie des mêmes espèces en ville et à la campagne.

1.1. En ville 

Il s’agit du Pigeon biset ou Columba livia. Cette espèce, à l’état sauvage, vivait à proximité des falaises ou autres milieux rocheux. Depuis des siècles, le pigeon s’est rapproché de plus en plus de l’homme. Il a été élevé et choyé dans les pigeonniers pour être consommé et a servi très tôt de facteur. Il a naturellement suivi l’homme pour profiter des réserves de grains et de la nourriture produite par ce dernier. Au fil de l’évolution, il a donc naturellement rejoint nos villes où ses prédateurs sont quasiment absents et la nourriture toujours abondante.

Cette espèce vit environ 6 ans et pèse entre 240 g et 300 g. On le reconnaît à son plumage gris, plus foncé autour de la tête et avec de jolis reflets violacés. Il ne doit pas être confondu avec la tourterelle, un oiseau plus fin et plus clair.

Source wiki Grendelkhan

En termes de reproduction, il effectue de 3 à 6 pontes par an entre mai et octobre avec 2 œufs le plus souvent. Les deux parents élèvent ensemble leur progéniture. C’est cette rapidité de reproduction qui accentue aussi leur prolifération en ville où le taux de mortalité est faible.

1.2. En campagne 

Source wiki Jpbazard

Le pigeon biset est assez rare, celui qui fait parfois des ravages dans les cultures est le pigeon ramier ou Columba palumbus. On le différencie à sa taille plus importante que le précédent avec ses 450 à 520 g pour un individu adulte, soit presque le double du pigeon biset. Il a lui aussi tendance à se rapprocher de plus en plus des villes mais vit néanmoins plus couramment en lisière de forêt, dans les jardins et les zones cultivées. Son espérance de vie est aussi plus longue avec 16 ans en moyenne. On le différencie aussi facilement à ses deux tâches blanches de chaque côté du cou. Tout comme le pigeon biset, il est omnivore et opportuniste, il peut donc se nourrir de tout, que ce soit des graines, des feuilles, des fruits des racines, mais aussi des vers, insectes ou autres mollusques. Il nidifie quant à lui dans les arbres avec 2 petits également à chaque ponte, ils sont autonomes après 5 semaines et les parents peuvent faire de 1 à 3 pontes par an si les conditions sont favorables.

Pour les 2 espèces, les moyens de lutte seront semblables mais différents d’un endroit à l’autre, à vous de choisir celui qui vous apportera le plus de satisfaction.

2. EN VILLE

Source wiki Sergi Larripa

En ville, il est appréciable de recevoir la visite des oiseaux du jardin comme les mésanges, rouges gorge ou autre chardonnerets. Il en est tout autre pour les pigeons qui peuvent, eux, se montrer très envahissants. C’est surtout au moment du printemps qu’ils sont les plus entreprenants en raison de leur besoin de nidifier. Ils viendront alors s’installer dès qu’ils trouveront une petite surface horizontale, qu’elle soit en béton ou en terre, cela lui importe peu.

De plus, ils s’avèrent dérangeant pour leurs déjections importantes et très salissantes sur les façades, rambardes, sols ou même sur les véhicules. Ils roucoulent tôt le matin et viennent même grignoter les plantations dans vos jardinières, vous aimeriez donc remédier au problème.

Le meilleur moyen d’éviter qu’il ne trouve votre bord de fenêtre ou balcon attractif est de faire en sorte qu’il ne prenne pas l’habitude de venir. Il faut donc agir rapidement dès les premiers signes d’attraction de leur part. Utilisez alors les méthodes suivantes :

2.1. Les pics

Les pigeons sont des oiseaux qui ne volent pas durant des heures et apprécient particulièrement se poser. Dès lors qu’il est possible pour eux de le faire, ils peuvent trouver l’endroit propice à une installation et y revenir régulièrement par confort. La solution est toute simple pour les espaces restreint comme les rebords de fenêtres, les gouttières ou les corniches… les empêcher de se poser.

Les pics métalliques sont alors fréquemment utilisés en ville pour leur efficacité et leur facilité de pose. Ce sont des petits pics positionnés les uns à côté des autres qui dissuadent obligatoirement l’oiseau de se poser. N’importe quelle surface dure peut en être équipée.

Des pics à sceller qui sont plus durables et plus solides, sont utilisés par des professuionnels. Pour les particuliers, il existe des supports plastique à coller sur lesquels sont enfoncés les pics.

Astuce : Dans les jardinières pour protéger les plantations, plantez des pics à brochettes en bois, ils seront tout aussi efficaces que les métalliques mais moins dangereux lorsque vous manipulerez vos plantations.

2.2. Les fils tendus

Une seconde solution de ce genre avec le même effet mais moins durable sont les fils tendus. Bien souvent métalliques et d’un diamètre trop petit pour qu’ils puissent s’y poser, ils sont tendus au niveau des surfaces à protéger. Ils sont tout aussi efficaces que les pics mais un peu moins esthétiques et demande d’être un minimum bricoleur pour concevoir leur installation de manière durable. Si vous choisissez un fil de qualité, ce système peut aussi être plus onéreux.

2.3. Les sprays, gel et granulés

Un autre moyen de lutte est le répulsif organique. Qu’il prenne l’apparence d’un gel, d’un spray ou des granulés, le but reste le même. Ils agissent sur les pigeons olfactivement avec une odeur qui les dérange. Le gros avantage est qu’ils sont efficaces mais à court terme puisque les huiles essentielles qu’ils dégagent peuvent être facilement lessivées par la pluie. Selon leur forme, ils sont adaptés à une surface plus ou moins grande. Pour les petits endroits comme un bord de fenêtre, préférez les gels ou les sprays qui sont sous forme aqueuse et donc à utiliser sur des surfaces minérales.

Les granulés sont quant à eux mieux pour les surfaces plus importantes comme au jardin puisqu’ils peuvent s’épandre à la volée. Il faudra quoi qu’il en soit que vous renouveliez les applications assez régulièrement. Notez quand même que quelques semaines de répulsions peuvent parfois suffire à les éloigner pour un bon moment.

2.4. Les boitiers à ultra-sons

Après les méthodes physiques et organiques, il existe enfin une méthode que l’on pourrait qualifier de technologique, il s’agit des boîtiers à ultrasons. Ce sont, comme leur nom l’indique, des petits boîtiers qui émettent de ultra-son que l’homme ne parvient pas à entendre. Il n’en est pas de même pour certaines espèces animales comme ceux qui nous intéressent ici, les pigeons. Ces boîtiers sont assez couramment utiliser pour éloigner les chats ou même bon nombre de rongeurs, mais ils ont toutefois fait aussi leurs preuves sur les pigeons. Attention car ils n’ont pas une portée extrêmement large, veillez donc à les installer à des points stratégiques où vous avez remarqué leur dérangeante présence.

3. EN CAMPAGNE

En campagne, les choses sont un peu différentes puisque les pigeons de villes sont très peu présents. Ce seront plutôt les pigeons ramiers qui posent problème en raison de leur voracité. Au jardin d’ornement leur présence n’est pas un problème majeur, ça l’est en revanche au potager. Ils apprécient tout particulièrement les jeunes légumes tendres comme les salades ou plants deHaricots mais ont aussi tendance à picorer les semences avant même qu’elles ne lèvent. Les moyens de lutte devront donc couvrir une plus large surface, que ceux utilisés en ville.

3.1. Les filets

Au potager, une autre solution toute simple pour protéger les cultures les plus vulnérables est le filet. Recouvrez alors ces cultures d’un filet anti-oiseaux couramment vendu et utilisé par de nombreux jardiniers. Ces filets sont aussi efficaces contre les papillons venant pondre leurs œufs sur les choux par exemple. Dans le cas d’un filet, les pigeons pourront certes se poser à côté de la culture qu’ils convoitent mais ne parviendront pas à l’atteindre. C’est sans doute le moyen le plus sûr puisque c’est une barrière physique. Il peut être contraignant et inesthétique de l’installer mais il aura tout de même le mérite d’assurer une protection complète de vos légumes.

3.2. Les châssis ou serres

La serre ou le tunnel de production reste aussi une alternative protégeant de la même façon que le filet mais bon nombre de cultures ne supportent pas cette culture chaude surtout pour les cultures estivales. Ils pourront par contre être un bon investissement pour tous les légumes du soleil (tomates, aubergines, poivrons, etc...)

3.3. Les statues et effaroucheurs artificiels

Une autre solution pour les éloigner est tout simplement de les effrayer. A ce titre ils détestent ce qui réfléchit la lumière, des feuilles d’aluminium ou un CD suspendus à des fils peuvent suffire à les faire déguerpir. Les objets en mouvement s’avèrent aussi redoutables car les pigeons sont effrayés au moindre mouvement qui leur paraît inhabituel. Un simple moulin à vent ou une girouette avec hélice peut donc suffire à les repousser. En revanche, les épouvantails fixes ne fonctionnent que durant un temps donné, toujours par cet effet d’habitude. Veillez à les déplacer si vous optez pour cette solution toutefois plus adaptable au jardin qu’en ville.

De même, les pigeons redoutent particulièrement les oiseaux de proies comme les hiboux ou autres rapaces.  Une technique toute simple au jardin est l’effaroucheur. Vous pourrez en trouver en magasins  soit gonflables suspendus au bout d’un fil ou bien en statue directement à poser au sol. Pour accentuer leur efficacité, pensez à déplacer vos effaroucheurs régulièrement afin d’éviter que les pigeons n’y soient habitués. Ils sont plus facilement utilisables pour ‘défendre’ un potager car ils couvrent une plus grande surface et sont surtout trop fantaisistes pour un balcon ou un bord de fenêtre.

Nous terminerons par un conseil qui coule de source mais pour ne pas avoir de pigeon surtout en ville, mieux vaut éviter de les nourrir. Cette action est de toute façon interdite par la loi dans l’article L 1311-2 du code de la santé publique. Involontairement, vous pourriez laisser des miettes ou des graines destinés à d’autres oiseaux des villes mais cette nourriture ne manquera pas d’attirer les pigeons …

Notre Boutique en ligne