Reconnaissable entre tous les arbres, l’Araucaria ou plus communément le ‘Désespoir des singes’ est unique en son genre. Très apprécié pour son côté ornemental, il s’avère simple à planter, même si vous devrez certainement attendre longtemps avant d’obtenir un sujet majestueux.

1. DESCRIPTION

Originaire de diverses régions du monde, les Araucarias sont aujourd’hui présents à l’état naturel en Amérique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Guinée et en Nouvelle-Calédonie. Ils appartiennent à la famille des araucariacées, dont ils sont l’une des 3 espèces. Parmi ces 3 espèces, vous pourrez aussi trouver le rare pin de Wollemi.

1.1. Caractéristiques

Présent sur terre depuis 250 millions d’années, l’Araucaria a existé durant l’ère des dinosaures, on peut ainsi le considérer tout comme le Ginkgo biloba comme un véritable « fossile vivant ». Il s’agit d’un arbre appartenant aux conifères qui est très simple à décrire au vu de ses caractéristiques si uniques.

Photo 2

La première chose qui le rend si particulier est son feuillage. Il ne s’agit ni d’aiguilles ni d’écailles, mais des sortes de petites feuilles plates, dures, vert sombre, très piquantes et imbriquées comme chez la plus grande partie des conifères. Elles sont donc agencées de façon très serrée autour de la tige comme une armure intouchable. Le tronc en dispose également, les conservant quelques années avant de laisser apparaître un tronc brun, ridé et dur. Le tout formant un arbre dans lequel il est impossible de grimper ! Nos cousins primates n’y parvenant pas eux-mêmes le nom ‘Désespoir des singes’ devint alors le nom sous lequel il est le plus connu.

Photo 3

Lorsqu’il est jeune, on trouve chez lui un côté quasiment symétrique tant ses branches sont régulièrement réparties. Sa forme est plutôt conique avec des branches beaucoup plus longues au pied cependant une grande partie des branches de la base chutent avec l’âge (uniquement chez de vieux sujets) pour laisser apparaître le tronc dénudé et un port plutôt en boule ou parasol.

Sa croissance est lente, voire très lente, il dégagera chaque année seulement un nouvel étage de branches. Sa taille adulte peut avoisiner les 30 m dans son milieu naturel mais dépasse rarement les 20 m X 10 m sous nos latitudes sachant que des sujets de cette taille sont déjà au moins centenaires. Selon de très vieux sujets observés au Chili, on dit que les Araucarias seraient capables de vivre 1000 ans.

Photo 4 Source wiki Tangopaso

Ses cônes sont bien spécifiques, surtout les femelles : ils portent les graines, qui une fois à maturité, peuvent être comparées à des noix de coco recouvertes d’écailles serrées et piquantes.

À savoir : l’Araucaria porte aussi bien des cônes mâles que femelles, ces premiers étant néanmoins plus petits.

1.2. Les autres espèces

Il existe de nos jours 19 espèces d’Araucaria, dont 3 relativement connues. Elles peuvent pousser en France, parfois en extérieur mais aussi en intérieur. Ces trois espèces pourront éventuellement être acquises en magasin.

tab_Le desespoir des singes_ok

2. LA CULTURE

Rappelons-le, la culture n’est possible en pleine terre que pour les espèces angustifolia et araucana. De même, vous devrez bien prendre conscience que ce sont des arbres à grand développement que vous planterez, non seulement pour vous mais aussi pour les générations futures car il n’y a aucune chance que vous puissiez le voir à taille adulte. L’endroit devra donc être particulièrement bien pensé mais surtout assez grand pour accueillir un sujet de cette ampleur. Le but de cette réflexion est bien sûr de ne pas être obligé de l’abattre après seulement quelques années s’il devenait gênant !

Lorsque vous êtes sûr de votre choix, vous devrez acquérir un sujet de préférence en conteneur, car ils disposent de l’intégralité de leurs racines. En effet, les Araucarias n’affectionnent pas tellement la transplantation et c’est aussi pourquoi vous devrez plutôt vous tourner vers un sujet inférieur à 1.50 m qui reprendra plus rapidement dans votre jardin. Notez que plus il sera petit, plus il s’adaptera rapidement une fois en place. Pour ce qui est du prix, ne soyez pas surpris car ce sont des arbres assez coûteux à l’achat. Leur croissance est lente et ils demandent plusieurs années de cultures et de soins, ce qui justifie le prix.

Vous devrez cependant respecter quelques exigences en terme de sol et d’exposition :

- Sol frais, riche mais bien drainant. Le calcaire, l’eau stagnante ou encore la pollution sont à éviter.

- Exposition ensoleillée et abritée des vents froids ou desséchants.

Photo 10

Pour procéder à la mise en terre, faites un trou de plantation d’au moins trois fois le volume de la motte autant en profondeur qu’en largeur. Ce trou vous permettra d’incorporer à la terre d’extraction du terreau, du compost et du fertilisant organique complet en granulés. Enterrez votre Araucaria au ras de la motte et arrosez-le abondamment pour tasser la terre autour de ses racines.
Pour un sujet supérieur à 1 m, prévoyez un système de tuteurage par haubans car les tuteurages bois traditionnels peuvent l’abîmer.

ATTENTION : les racines des Araucarias sont puissantes et traçantes, ne le plantez donc jamais à proximité d’une terrasse, d’un drainage ou d’une façade de maison.

3. L'ENTRETIEN

Une fois en terre, l’entretien du ‘Désespoir des singes’ est assez simple.

Photo 11

L’arrosage se fait en période sèche ainsi qu’au début de la plantation, lorsque l’arbre n’est pas encore enraciné. Fertilisez également votre sol chaque année en sortie d’hiver, avec un apport du même fertilisant organique complet que celui utilisé lors de sa plantation. Pour garder la fraîcheur et enrichir aussi naturellement votre sol, paillez son pied avec du broyage de branches ou des paillis de chanvre par exemple.

Le fait de planter des plantes à son pied ne lui posera pas de problèmes. Mais cela pourrait plutôt être un souci pour les plantes l’accompagnant, du fait de son fort système racinaire.

Effectuer une taille est inutile, si ce n’est éventuellement pour couper une branche cassée ou morte. Conservez donc le plus possible son port naturel car cela pourrait le déformer. Si votre sujet a été planté dans un espace lui étant favorable au point de vue de son volume, il ne doit en aucun cas être gênant à l’avenir, donc pas besoin de le martyriser !

Les ravageurs et maladies sont relativement rares sur l’Araucaria, car dans un jardin, bien des plantes sont plus attractives que lui. Ce n’est que très rarement que vous pourrez le voir attaqué par des pucerons, cochenilles ou araignées rouges, et ils s’élimineront tous très facilement avec un traitement adapté. Des champignons pourront aussi lui nuire, mais seulement en cas d’excès d’eau dans le sol, d’où l’utilité d’avoir un sol drainé ou bien de le drainer soi-même.

Photo 12

Les symptômes sont un brunissement de rameaux entiers qui peuvent même mener jusqu’à sa mort. Un traitement à l’aliette est encore possible, mais il ne fera que reculer le problème si le sol retient trop l’eau. La seule solution demeure, une nouvelle fois, en un bon drainage du sol !

4. LA MISE EN SCENE

L’Araucaria peut se mettre en scène de bien des façons. Pour vous donner quelques exemples, vous pourriez faire :

Photo 13

Un alignement : Cette solution n’est possible que si vous disposez d’un parc digne de ce nom car les arbres ne doivent pas être collés entre eux. Un écartement d’au moins 10 mètres est conseillé. L’alignement permet de créer un point de fuite, de donner des verticalités, mais aussi apporter du volume dans un jardin.

Un isolement : C’est la technique la plus utilisée en parcs et châteaux car c’est ainsi que des arbres d’une telle ampleur sont les mieux mis en valeur. Plantez-en un au beau milieu d’un gazon où l’on verra sa si belle architecture de tous les côtés. Un rayon d’au moins 15 mètres tout autour pourra se trouver dénudé de tout autre arbre ou arbuste.

Photo 14

Photo 15

Un thème préhistorique : Il est vrai qu’on ne voit pas ce genre d’aménagement dans tous les jardins. Il peut toutefois apporter une touche d’originalité pour les personnes qui affectionnent les plantes d’apparence si atypique. Vous pourriez ainsi l’associer à des plantes comme les Dicksonias, fougères en tout genre, Ginkgo biloba, Cycas, Equisetum, etc… Veillez tout de même à avoir un endroit bien abrite des vents froids, car toutes ces plantes ne sont pas rustiques. De même, vous pourriez installer des brumisateurs à proximité des Dicksonias, et pourquoi pas, installer un point d’eau artificiel marécageux planté de plantes carnivores. Laissez toujours libre cours à votre imagination et le résultat pourra être unique en son genre !

Notre Boutique en ligne

  • Fontaine - DESJARDINS

    1 599,00 €