Les vieux murets en pierres ont un charme sans égal. Leur aspect rustique et authentique reflète la solidité et la durabilité des maçonneries d’autrefois. Bien loin d’être lisses comme pourraient l’être les murs en parpaings, les empierrements apportent un caractère non négligeable qu’il est possible de végétaliser malgré la quasi absence de substrat.

Certaines plantes sont capables de se contenter du strict minimum en s’implantant durablement entre les pierres. Voici le meilleur moyen d’obtenir un muret le plus naturel possible comme ils sont visibles aux détours d’un sentier de montagne. Cette sélection de plantes vivaces vous permettra d’opter allègrement pour ces conditions de culture dans lesquelles elles pourront se naturaliser.

1. ALYSSUM MONTANUM

Hauteur x Largeur : 15 cm x 50 cm

Exposition : Ensoleillée

L’Alysse des montagnes est une petite vivace tapissante qui affectionne les sols caillouteux comme les éboulis. C’est pour cette raison qu’elle s’intègre avec brio au sein de murets de pierres. Pas aussi résistante au sec que les plantes grasses, mieux vaut l’installer dans les régions suffisamment arrosées dans des conditions aussi drainantes. Elle fleurit en fin de printemps de mai à juillet avec de petits bouquets de fleurs jaune citron au délicat parfum de miel. Généreuse, elle forme un tapis qui peut devenir assez dense avec le temps, signe d’une durée de vie plutôt longue pour une plante vivace.

2. ASPLENIUM TRICHOMANES

Hauteur x Largeur : 15 cm x 20 cm

Exposition : Ombre à mi-ombre

Cette Fougère fausse capillaire efface à elle seule tous les préjugés que l’on peut avoir sur les Fougères, ces plantes d’ombre en sol humide et léger. À l’inverse de toutes les autres, elle pousse dans des sols drainants et se ressème dans les murets de pierre qui ne sont pas exposés au plein soleil. Elle y pousse en petites touffes çà et là mais toujours avec beaucoup de discrétion et de subtilité. Ses frondes sont très fines, garnies de minuscules folioles décoratives à souhait. Elle est aussi persistante, ce qui lui donne un atout de plus quant dans les scènes hivernales dans les jardins en compagnie des mousses.

3. CAMPANULA MURALIS

Hauteur x Largeur : 10 cm x 60 cm

Exposition : Ensoleillée ou mi-ombragée

Quelle plante est plus connue que la Campanule des murs ? Elle est star incontestable des murets. Couramment plantée dans ces circonstances, elle peut également se ressemer et pousser malgré une absence manifeste de substrat entre les pierres. Elle arrive à faufiler ses racines dans les moindres brèches pour y trouver eau et minéraux. On la reconnaît à son abondante floraison bleue violacée de juillet à septembre mais aussi à la touffe dense et compacte qu’elle peut produire avec le temps… Un véritable coussin végétal et vertical indémodable. Chaque petite fleur est étoilée, elles se succèdent jour après jour avec toujours la même abondance.

4. CAMPANULA PYRAMIDALIS

Hauteur x Largeur : 1,50 m x 40 cm

Exposition : Plein soleil

Une seconde espèce de Campanule que l’on ne penserait pas forcement présente dans cette liste en raison de sa taille importante. Plus bisannuelle que vivace, sa capacité à se ressemer est très importante et surtout dans des endroits qui semblent de base peu propices au développement d’une plante herbacée de cette dimension. Alors qu’elle peut tout à fait se planter en fond de massif, elle s’installe d’elle même dans les vieux murs. Vous pourrez la rencontrer dans les vieux murs de château dans lesquelles elle s’installe çà et là. Dans ces conditions, le semis spontané offre de meilleurs résultats qu’une plantation en godet car la plante s’adapte dès sa levée sans jamais avoir été habituée à un support de culture riche. Elle fleurit avec une longue hampe florale pyramidale bleue qui ne manque pas d’attirer le regard.

5. CENTRANTHUS RUBER ‘COCCINEUS’

Hauteur x Largeur : 80 cm x 50 cm

Exposition : Plein soleil

La Valériane compte parmi les plantes vivaces avec le meilleur taux de germination de ses graines, à tel point qu’elle peut même devenir envahissante si elle n’est pas contrôlée. Son goût pour les endroits délaissés comme les terrains vagues ou les mauvais sols font d’elle une vivace passe-partout qui résiste à tout. Elle tolère la sécheresse et la quasi absence de terre pour pousser et fleurir, ses dimensions en sont juste légèrement atténuées. L’empierrement n’est donc pas un emplacement défavorable pour elle. Elle pousse en touffe érigée et arbore une floraison de début d’été en panicules rouge écarlate. Très généreuse, elle apporte lumière et chaleur au jardin. Une vivace connue et reconnue qu’il faut apprendre à dompter.

6. CYMBALARIA MURALIS

Hauteur x Largeur : 5 cm x 30 cm

Exposition : Ombre à mi-ombre

Aussi appelé Ruine de Rome, le Cymbalaria est une petite vivace persistante que l’on retrouve souvent spontanément dans les murets sauvages mais aussi sur les empierrements d’anciens lieux médiévaux. Cette espèce indigène bien que sauvage n’est pas pour autant envahissante. Elle fleurit de mai à septembre avec de petites fleurs mauves très gracieuses au-dessus du feuillage. Le fruit se dissimule ensuite sous les feuilles afin d’en protéger les graines qui pourront se ressemer dans la moindre brèche. Rampante et retombante, elle peut former une petite touffe assez rapidement même en l’absence manifeste de terre.

7. ERIGERON KARVINSKIANUS

Hauteur x Largeur : 20 cm x 30 cm

Exposition : Toutes, moins florifère à l’ombre

La vergerette, souvent confondu avec les Pâquerettes des pelouses pour ses fleurs similaires est une petite vivace avec beaucoup de qualités. La première vient justement de sa floraison petite, gracieuses et tellement généreuse. Ce sont des petites inflorescences aux pétales roses lorsqu’elles s’ouvrent puis de plus en plus blanches avec un large cœur jaune d’or. Elles se succèdent durant tout l’été jusqu’en automne sans jamais flancher. La seconde vient de sa facilité de culture puisqu’elle tolère quasiment tous les sols même les plus mauvais. Elle se ressème très facilement et partout, c’est pour cette raison que la planter dans un muret viendra diversifier la palette végétale et les différentes floraisons.

8. SOLEIROLIA SOLEIROLII

Hauteur x Largeur : 5 cm x 50 cm

Exposition : Ombragée

L’Helxine, contrairement à toutes les autres espèces de cette liste est une petite vivace frileuse qui demande beaucoup d’humidité pour prospérer. L’ombre et la fraîcheur sont les deux éléments clés à la réussite de sa culture. Au même titre qu’une mousse, elle peut pousser dans les endroits les plus exigus. Un empierrement à proximité d’un ruisseau ou d’un bassin et le tour est joué. Ne vous fiez cependant pas à sa petite taille et son aspect chétif, l’Helxine pousse très vite et peut rapidement coloniser l’espace si les conditions lui plaisent. Elle peut en revanche vite disparaître l’hiver en cas de gelée, privilégiez donc un endroit bien protégé. Sa floraison blanche est quasi invisible.

9. SEDUM ALBUM

Hauteur x Largeur : 5 cm x 60 cm

Exposition : Plein soleil même brûlant Très largement utilisé dans a conception des toitures végétales, le genre des Sedum et plus particulièrement les espèces rampantes, sont adaptées aux conditions les plus arides. Sécheresse intense, forte chaleur, très faible quantité de substrat… rien dans ces conditions ne leur pose problème. Le Sedum album est l’un des plus sympathiques pour ses feuilles en forme de petites boules, tantôt vertes, tantôt rouges en fonction des conditions météo. Il est persistant et une seule petite partie de tige peut s’enraciner d’elle-même. Ce Sedum s’étale donc lentement mais sûrement en nous offrant en juillet une belle inflorescence blanche érigée au-dessus de ses feuilles gorgées d'eau

10. SEMPERVIVUM ARACHNOÏDEUM

Hauteur x Largeur : 5 cm x 30 cm

Exposition : Plein soleil

Les Joubarbes sont les reines de la résistance aux conditions arides avec un minimum de substrat. Elles sont reconnaissables à leur forme de choux et aux colonies qu’elles forment année après année. Contrairement aux Echeveria dont elles sont proches visuellement, les Joubarbes sont très résistantes au froid. L’espèce arachnoïdeum est l’une des plus originales en raison des filaments blancs qui tapissent ses feuilles à la manière d’une toile d’araignée. Cette plante persistante émet sans cesse de nouveau rejets autour de la plante mère. La floraison des ‘têtes’ arrivées à maturité se produit en juillet /août par une hampe florale surmonté de petites fleurs roses. Le pied meurt après floraison mais les nombreux rejets prennent le relais pour les remplacer. Sur une seule touffe, vous observerez des sujets prêts à fleurir, d’autres en croissance et de nouveaux émis par ceux en développement.

Notre Boutique en ligne