img-1


(Photo ci-dessus : ©wallsave)

Des herbes de cuisine aux plantes médicinales il n’y a qu’un pas. Saviez-vous par exemple que le basilic, outre son goût gorgé de soleil, a également bon nombre de vertus thérapeutiques ? Ou encore connaissez-vous les bienfaits du piment ? Depuis des centaines d’années beaucoup de plantes ont été utilisées à des fins thérapeutiques sous toutes les formes (onguents, cataplasmes ou encore tisanes). Bien évidemment ces plantes et les remèdes qui les accompagnent ne doivent être utilisés que pour soulager les maux les plus bénins dont vous souffrez et si vous sentez que votre état ne s’améliore pas il vous faudra alors consulter votre médecin rapidement.

1. VOTRE PETIT JARDIN MEDICINAL

A la ville ou à la campagne, vous pourrez facilement réaliser votre petit jardin médicinal. Un peu de terre et une sélection de plantes feront l’affaire car cultiver ses propres plantes médicinales n’est finalement pas si sorcier ! Il faudra toutefois veiller au respect de quelques règles de base comme l’arrosage et l’exposition. Si vous êtes apprenti jardinier, n’ayez crainte, privilégiez simplement la culture en carrés potager, méthode connue depuis bien longtemps et qui servait au Moyen-Âge à cultiver les plantes officinales. Pour ce faire rien de plus simple, prenez 8 planches de cultures non-traitées de mêmes dimensions, du terreau pour plantes aromatiques et le tour est joué ! Vous n’avez pas de place pour jardiner ? Une jardinière remplie de terreau spécial plantes aromatiques fera l’affaire. Veillez simplement à ne pas tasser les plants choisis car ceux-ci vont se développer très rapidement et risquent alors de se retrouver à l’étroit.

2. QUELQUES PLANTES MEDICINALES ET LEURS SECRETS

2.1. Le piment (Capsicum)

pimentAdoré par certains, détesté par d’autres, le piment c’est certain, risque bien d’apporter un peu de piquant à votre quotidien. Généralement utilisé en cuisine pour rehausser le goût de certains plats, le piment est également une plante très intéressante d’un point de vue thérapeutique. Naturellement riche en antioxydants, le piment aide à lutter contre le vieillissement de la peau, et est reconnu pour prévenir les risques de maladies cardiovasculaires. Egalement composé de capsaïcine, élément qui provoque la sensation de piquant, le piment favorisera la satiété et agira donc comme un régulateur naturel, utile pour les personnes qui doivent faire attention à leur poids. Le piment fort est également très riche en vitamine C, nécessaire pour la protection des os ou encore des dents et des gencives. La vitamine C permet également de protéger le corps humain des infections en tout genre.

Le piment douloureux pour l’estomac, info ou intox ?

De nombreuses études scientifiques ont démontré que le piment n’est finalement pas si néfaste que ça pour l’estomac. Cependant, même s’il semble être épargné du piquant du piment, il doit tout de même être consommé avec modération afin d’éviter les problèmes intestinaux.

2.2. Cynorrhodon (Rosa canina)

cynorrodhonCe drôle de nom est donné aux fruits de l’églantier (rosier sauvage). Ce fruit est très connu en cuisine où on l’utilise plutôt en confiture. Le cynorrhodon se récolte en hiver et il faut attendre les premières gelées avant de pouvoir le consommer car le froid à tendance à ramollir la chair et la rendra ainsi plus propice à la consommation. Très riche en vitamines C, ce fruit est idéal pour combattre les infections hivernales et plus particulièrement la grippe. De plus, ce fruit est, de par ses propriétés naturelles, idéal pour lutter contre la lassitude ou les premiers signes de déprime.

Le plus simple pour utiliser le cynorrhodon est de préparer une forme de purée avec les fruits en écrasant tout simplement la chair prélevée et en laissant les graines et les poils de côté. Passez la pulpe au mixeur et dégustez. Vous pouvez rajouter cette purée de baies à une compote de fruits ou la déguster tout simplement sur une tartine au petit déjeuner pour faire le plein d’énergie dès le matin.

2.3. Violette (Viola odorata)

violetteVous avez sans doute déjà vu ces jolies petites fleurs mauves joncher les prairies de notre belle campagne française, mais outre son élégance naturelle et ses qualités olfactives, la violette dont les variétés à travers le monde se comptent par centaines, est également réputée pour son goût délicat ainsi que pour ses vertus officinales. Naturellement riche en vitamines, la fleur et les feuilles de violette possèdent également bon nombre de sels minéraux indispensables à notre santé. Mais ce n’est pas tout, la violette soigne également très bien les légères toux et c’est pourquoi elle était si réputée pendant l’âge d’or des apothicaires.

L’hiver approche et avec les premiers symptômes de toux ? Alors rien de tel qu’un sirop à la violette préparé maison dont voici la recette pour en venir à bout :

Ingrédients : 450 g de fleurs de violette, 1½ litre d’eau, sucre en poudre.

Faites chauffer l’eau à 45°C et versez-la sur les fleurs de violette, remuez une dizaine de minutes puis passez le tout au tamis en pressant bien pour en extraire le liquide. Pesez les pétales de violette et rajoutez-y deux fois leur volume d’eau bouillante puis laissez infuser douze heures, passez de nouveau l’ensemble au tamis en conservant cette fois le liquide que vous aurez extrait, pesez ce fameux nectar et rajoutez-y deux fois son volume en sucre. Laissez fondre en partie le sucre et faites chauffer le tout au bain-marie jusqu’à la totale dissolution des cristaux de sucre. Votre sirop est prêt, vous pouvez le conserver au réfrigérateur dans une bouteille fermée hermétiquement. Dès les premiers symptômes de toux vous pouvez prendre (pour un adulte) jusqu’à 50 g par jour de sirop. Si la toux persiste, consultez votre médecin.

2.4. Pissenlit (Taraxacum officinale)

pissenlit-botanique

Idéale pour remettre de l’ordre dans son organisme, une bonne cure de pissenlits va permettre à votre corps de se débarrasser des toxines accumulées tout au long de l’année. Outre sa réputation de mauvaise herbe, le pissenlit regorge de bon nombre de qualités très appréciées par notre organisme. Tout se mange dans le pissenlit : les feuilles, les fleurs et même la racine, très riche en vitamine D et en sels minéraux.

Dans un premier temps réalisez des infusions afin de commencer votre cure de pissenlit comme il se doit.Vous pouvez récolter les feuilles et les fleurs dès le printemps et préférez le début de l’automne pour faire le plein de racines de pissenlits.

Décoction de pissenlit

Dans 1 litre d’eau froide faites macérer pendant 2 heures, 30 g de feuilles préalablement séchées et 30 g de racines de pissenlit. Chauffez l’ensemble à feu doux et faites bouillir une dizaine de secondes pas plus. Laissez infuser 15 mn. Vous pouvez boire 3 tasses par jour avant chaque repas.

Et pour le plaisir des papilles, à l’heure du goûter ou du petit déjeuner vous pourrez déguster du miel de pissenlit, c’est un délice !

Miel de pissenlit (cramaillotte)

365 fleurs de pissenlit

1L d’eau

1kg de sucre roux

2 oranges non traitées

2 citrons non traités

2 pommes non traitées

1 gaze (pour le gélifiant)

Au printemps récoltez vos fleurs de pissenlit en ne gardant que la partie jaune. Laissez sécher une heure au soleil afin de délivrer les effluves de pollen qui rajouteront du goût à votre miel. Coupez les citrons et oranges en portions égales, conservez la peau uniquement s’ils ne sont pas traités. Faites cuire à petit bouillons les fleurs et le citron pendant 40 minutes environ. Filtrez en pressant bien les fleurs afin de récupérer le plus de jus possible. Placez la gaze à plat et déposez en son centre les graines ainsi que la peau des deux pommes puis refermez la gaze en faisant un nœud solide ou à l’aide de ficelle alimentaire. Dans une marmite, faites chauffez le jus des fleurs avec le sucre roux puis placez la gaze qui contient les restes des pommes. Cette dernière produira la pectine naturellement présente dans la pomme. Faites cuire l’ensemble à feu doux jusqu’à ce que le mélange épaississe (soit environ 45 mn).

Vous l’aurez compris, les plantes médicinales ont depuis longtemps prouvé leur efficacité et même si de nos jours il est plus facile de se procurer des plantes médicinales sous forme de teinture déjà prêtes à l’emploi ou encore sous forme de comprimés, le simple fait de voir pousser ses plantes à domicile et de créer son propre herbier reste très agréable et motivant.

Notre Boutique en ligne