Qui ne connait pas encore les célèbres Photinias aux nouvelles pousses rouge écarlate ? Tout aussi populaires que les Forsythias, ils sont de plus en plus omniprésents dans les jardins, autant en haies qu’en arbustes d’ornements.

1.DESCRIPTION

Originaire de l’Extrême Orient, de Chine et de l’Himalaya, les Photinias représentent un genre d’arbustes et de petits arbres assez vaste dont certains sont caducs et d’autres persistants.

Leur nom vient du grec ‘Photeinos’ qui veut dire brillant, en référence à leurfeuillage.

Tout comme les Pommiers, ils appartiennent à la famille de Rosacées très reconnaissables par les fleurs aux 5 pétales arrondis.

1.1; Caractéristiques

Massivement utilisés en haies taillées, les Photinias sont pourtant bel et bien des arbustes magnifiques en port libre. À la fois gracieux tout en étant compact, ils disposent d’un feuillage bien souvent ressemblant à celui des Lauriers du Caucase, eux aussi utilisés en haies.

Le plus populaire étant le Photinia hybride ‘red robbin’, c’est pour cela que nous nous attarderont un peu plus sur ses caractéristiques.

C’est au printemps qu’il déploie toute sa splendeur de par ses nouvelles pousses rouges et brillantes jusqu’en été. Ensuite, son feuillage deviendra vert profond et perdurera ainsi tout l’automne et l’hiver puis les pousses de l’année suivante prendront le relais.

Malgré des feuilles persistantes, leur rusticité est assez bonne, jusqu’à -15° C dans les bonnes conditions et si l’hiver n’est pas trop long et tardif, ce qui provoque bien souvent des dommages sur les jeunes feuilles de l’année qui commencent à débourrer.

Lorsqu’ils ne sont pas taillés, les Photinias déploient d’abondantes inflorescences composées d’un brouillard de petites fleurs blanches en fin de printemps de mai à juin. Après cette floraison, suivront de petites baies rouges qui persisteront une bonne partie de l’automne. Elles sont aussi très appréciées des oiseaux, c’est pour cela qu’ils devront être conservés sur l’arbuste et non taillés !

En ce qui concerne leur taille en général, elle pourra être de 1 m à plus de 10 m de hauteur. Leurs dimensions alliées à une croissance relativement rapide font qu’ils pourront procurer de très beaux volumes au jardin.

1.2. Les différentes variétés

On recense environ 60 espèces de Photinias dans le monde mais seules 2 espèces et quelques hybrides sont couramment plantés en France.

Photinia glabra ‘robusta’ - 3m x 3 m

Espèce aux jeunes feuilles bronze rougeâtre puis vert intense. Son plus grand avantage est sa taille assez modeste. En revanche, sa rusticité n’est pas très bonne surtout en cas d’hiver froid et prolongé.

Photinia serratifolia ou serrulata - 6 m x 5 m

Ce Photinia est classé dans les arbres de petit développement. Il dispose d’un feuillage vert au-dessous jaunâtre très contrastant. Il résiste beaucoup mieux que les autres espèces aux sols calcaires mais aussi au froid.

Photinia X fraseri ‘curly fantasy’ - 2 m x 1,5 m

Cultivar très peu connu aux feuilles finement dentelées  rappelant un peu celle d’un Houx. Lorsqu’elles sont jeunes, elles prennent une belle teinte rouge cuivré comme beaucoup d’autres cultivars.

Photinia X fraseri ‘little red robbin’ - 1 m x 1 m

Forme naine de Photinia tout aussi resplendissante en termes de coloris printanier. Ses feuilles, elles aussi plus petites montreront leur atout dans les petits jardins et en forme taillées.

Photinia X fraseri ‘pink marble - 3 m x 2 m

Très belle variante du Photinia ‘red robbin’ de par ses couleurs flashy et innovantes. Chaque printemps, ses jeunes pousses deviennent rose vif puis le feuillage perdure vert panaché de blanc et de rose bonbon, une merveille attractive toute l’année.

Photinia X fraseri ‘red robbin’ - 4m x 3 m

Cultivar le plus répandu et le plus multiplié. Il résulte du croisement entre l’espèce glabra et serratifolia et allie parfaitement rusticité, couleur et taille.

Photinia X fraseri ‘red select’ - 2,5 m x 2 m

Forme plus petite que ‘red robbin’ au feuillage plus gros et aux couleurs printanières plus cuivrées.

Moins courant mais tout aussi resplendissante.

2. L'ACHAT

Même si les Photinias ne sont pas les rois de la rusticité en Normandie, ils trouvent une place de choix en rayon toute l’année autant dans les plantes de haies que dans les arbustes persistants. Vous les trouverez aussi dans toutes les tailles des jeunes plants de 40 cm aux grands sujets sur tige de plusieurs mètres.

3. LA CULTURE DE LA PLANTE

3.1. La plantation

Où ?

Étant donné leur taille naturelle relativement importante et leur côté dense, les Photinias seront majoritairement plantés en haies persistantes ou fleuries. La culture en isolé est elle aussi possible en pleine terre pour certaines scènes. En ce qui concerne leur plantation en pots, préférez les cultivars de petit développement comme ‘little red robbin’ ou ‘curly fantasy’.

Dans quelle exposition ?

La règle d’or en termes de situation pour la plantation est de choisir un endroit abrité des vents de Nord et d’Est qui pourront toutefois être problématiques en sortie d’hiver si la plante reprenait en vigueur et qu’un coup de gel succédait à une période plus douce.

Pour ce qui est de l’ensoleillement, il devra être bon car les Photinias ont tendance à s’étioler s’ils sont plantés trop à l’ombre.

Dans quel sol ?

Les Photinias ne sont pas très exigeants en termes de sol du moment qu’ils ne sont ni calcaires, ni trop lourds, asphyxiants ou argileux. Quoi qu’il en soit, leur croissance et leur santé sera toujours meilleure en sol riche et drainant mais frais.

Quand ?

C’est une fois les risques de grosses gelées passés que la plantation des Photinias sera possible. En l’occurrence, vous pourrez vous atteler à la tâche à partir du mois de mars. L’automne sera aussi une bonne période mais le risque de perte pourra être plus important en cas d’hiver froid car ils ne seront pas encore enracinés en profondeur.

Comment ?

Que ce soit en pot ou en pleine terre, gardez toujours à l’esprit que votre substrat devra être équilibré à raison de 50 % de terre de jardin et 50 % de terreau de plantation. Ajoutez-y également quelques poignées de fertilisant organique comme du compost ou de la corne broyée.

Faite aussi un trou suffisamment grand pour que les racines s’enfoncent facilement et à contrario, choisissez aussi un contenant d’un volume suffisant s’il était planté en pot. En ce qui concerne la plantation en haie linéaire, la conception d’une tranchée peut aussi vous faciliter la tâche tout en leur étant bénéfique.

Terminez toujours votre plantation par un arrosage abondant et l’étalage d’un paillis organique qui enrichira le sol et conservera sa fraîcheur naturelle.

3.2. L'entretien

L’entretien des Photinias sera variable d’une utilisation à l’autre, par exemple l’arrosage sera plus important en pot et la taille indispensable pour une plantation en haie linéaire.

L’arrosage

Indispensable après la plantation, l’arrosage devra être réguliers durant ses premiers mois car il entrera fortement en jeu lors de la reprise de la plante surtout si elle est en phase de croissance et que le temps est sec. C’est d’autant plus vrai si vous plantiez un Photinia en pot car il devrait être arrosé et ce même en hiver : Eh oui ! Les plantes persistantes ont aussi besoin d’eau en hiver pour alimenter leur feuillage.

La fertilisation

Cette étape est absolument indispensable surtout si vos Photinias sont plantés en haie. En effet, les tailles répétées font que vous exporter la matière organique formé par la plante et déstockée au sol. Si rien n’était fait, ce dernier finirait par s’épuiser et la haie s’affaiblirait elle aussi. C’est pour combler ce déficit qu’un apport printanier et automnal en compost et fumier décomposé sera nécessaire.

Pour une plantation en isolé ou en pot, favorisez plutôt les fertilisants organiques en bouchons ou liquides qui seront plus simples d’utilisation. Répétez ces apports 2 fois par ans ou 3 fois pour les solutions liquides moins durables.

La taille

Il faudra différencier la taille en transparence pour les sujets libres et les tailles plus sévère utilisées sur les Photinias en haies ou formés de toutes autres façons.

Dans le premier cas, vous laisserez l’arbuste se comporter naturellement tout en l’aidant à ne pas se déséquilibrer et garder un port le plus naturel possible. Cette taille se pratiquera à l’aide d’un sécateur préalablement désinfecté ou d’un coupe branche si nécessaire.

Dans le second cas, la taille suit plus une logique de forme prédéfinie, cubique ou ronde en général. Vous pourrez vous tourner, pour y parvenir, vers les taille-haies ou les cisailles à main pour des Photinias en boules ou sur tiges. Pour l’époque, une taille annuelle au mois de juin sera suffisante. De plus en le faisant à cette époque pour pourrez à nouveau profiter des belles pousses rouges à l’automne car la plante en émettra de nouvelles après une taille.

Pensez également  à aérer un peu les branches au niveau de la zone de taille en en rabattant quelques-unes afin de ne pas former une croute de taille qui leur porterait préjudice.

Quoi qu’il en soit, n’ayez pas peur, les Photinias supportent très bien les tailles même sévères, c’est pour cela qu’ils pourront parfois être rabattu dans le cas de vieilles haies !

Les maladies et ravageurs

Il existe certaines maladies pouvant affecter les Photinias mais les ravageurs sont quant à eux très rares. Parmi les plus récurrentes, vous trouverez :

                  - La tavelure du Pommier : Même si ce champignon cryptogame peut sembler réservé aux Pommiers, il peut aussi venir se loger sur le feuillage des Photinias. Il se remarquera facilement par la présence de taches grises ou verdâtres sur une partie ou l’ensemble du feuillage qui feront qu’elles tomberont de façon plus précoce.

Pour en venir à bout, commencez tout d’abord par ramasser les feuillages malades puis brûlez-les. Ensuite, vous pourrez effectuer un traitement à l’aide d’un produit fongicide à base de triforine.

                  - L’Entomosporiose : Beaucoup moins courante mais tout aussi répandue sur ces arbustes, la maladie affecte l’ensemble des plantes de la famille des Rosacées. Elle aussi cryptogamique, elle se manifeste par des tâches rosâtres évoluant de taille et de couleur pour devenir au fur et à mesure beige foncé.

Pour résoudre ce problème, les traitements préventifs à base de cuivre, d’oxyde cuivré ou bouillie bordelaise seront nécessaires. De même, pour éviter qu’elle apparaisse, évacuez les déchets contaminés, désinfectez vos outils entre chaque taille et évitez également les conditions trop humides au jardin.

Pour lutter en préventif contre cette maladie, il est nécessaire d'effectuer un traitement au cuivre, vous pouvez aussi utiliser un produit à base de mancozèbe.

                  - Le Feu bactérien : Cette maladie est très reconnaissable sur les Photinias. Elle se remarque par un dessèchement rapide et spontané du bout des branches qui se recourbent comme si elles avaient été brulées.

Pour y remédier, taillez les branches malades sur une partie saine puis désinfectez vos outils et utilisez un produit à base d’Aliette.

La multiplication

Avec un très bon taux de reprise, vous pourrez multiplier très facilement les Photinias par bouturage. Faite cela sur un bois semi-aoûté et donc vers les mois de juillet août.

- Prélevez une bouture d’environ 7 cm coupée sous un œil et sur laquelle vous ne conserverez que les deux feuilles à l’extrémité qui seront-elles même coupées en leur moitié afin d’éviter l’évapotranspiration de la bouture,

- Trempez ensuite l’extrémité inférieure de votre bouture dans une solution appelée ‘osiryl’ de manière à favoriser l’émission de racines puis plantez-la dans un petit godet rempli de terreau humide,

- Vous pourrez aussi concevoir un bouturage à l’étouffé en enfermant le godet humide et la bouture dans un sac plastique qui fera office de mini serre.

À savoir : Les boutures en question seront prélevées sur un Photinia n’ayant pas subi de tailles au courant du mois de juin. En effet, si tel était le cas, la bouture recueillie ne serait pas encore aoûtée, ce qui rendrait la reprise assez difficile.

Le semis pourra aussi s’envisager à condition de laisser le Photinia fleurir puis monter en graine.

4. LES BONNES ASSOCIATIONS

Comme nous l’avons dit, c’est en haies que les Photinias sont les plus utilisés pour tous les avantages qu’ils présentent.

La haie linéaire monospécifique :

Cette solution peut être envisagée pour les jardiniers qui souhaitent un rendu carré et net en utilisant exclusivement du Photinias. Plantés en linéaire, joueront le rôle de brise vue, hiver comme été tout en étant beaucoup plus jolis que les Thuyas ou autres Lauriers.

La haie linéaire libre et variée :

Voici une façon différente et de plus en plus utilisée pour concevoir des haies à la fois belles et favorisant la biodiversité. Vous utiliserez ainsi plusieurs genres d’arbustes de développement à peu près similaire, à floraison alternée mais aussi caducs comme persistants. Ils seront plantés entre 1 m et 1.50 m d’écartement de manière à ce que chaque arbuste puisse s’exprimer le plus possible. L’idéal est aussi de les laisser en forme libre en taillant chaque arbuste après sa floraison. Cependant, vous pouvez toutefois tailler tout ce petit monde au carré mais le rendu est beaucoup moins intéressant.

Parmi la liste d’arbustes possibles pour les associations courantes, choisissez :

- Floraison printanière : Forsythia, Ribes sanguineum, Spirea vanhouttei, Amelanchier, Physocarpus.

- Floraison estivale : Weigela, Philadelphus, Cotinus, Deutzia.

- Floraison automnale : Abelia, Leycesteria, Clethra.

- Floraison hivernale : Corylus, Viburnum bodnatense, Chimonanthus, Stachyurus.

- Feuillages persistants : Viburnum tinus, Photinia, Viburnum burkwoodii, Choisya, Prunus lusitanica variegata.

L’isolé :

Dans ce cas rarement utilisé, vous laisserez votre Photinia s’épanouir librement. Vous pourrez ainsi profiter d’une belle et abondante floraison comme sur ce Photinia X fraseri ‘red select’. La taille sera donc très douce et surtout en transparence.

Le pot :

Même si ce sont les Buis qui sont encore les plus utilisés pour la culture d’un arbuste en pot, sachez que les Photinias comme X fraseri ‘little red robbin’ sur tige par exemple offriront un rendu aussi efficace et encore plus coloré. Vous pourrez également si vous le souhaitez planter quelques plantes vivaces à son pied comme les Ophiopogons qui donneront une belle touche contemporaine surtout si les Photinias sont utilisés en symétrie.

Le matériau du pot n’a que peu d’importance, choisissez donc de la terre cuite, du plastique ou de la résine.

Notre Boutique en ligne