Indispensable à n’importe quel jardinier, les outils de jardinage peuvent s’adapter à bon nombre d’opérations. Tailler, sarcler, bêcher ou encore ramasser, chaque outil à son utilité. Certains sont manuels, d’autres à moteur pour des travaux plus conséquents mais nous ne nous intéresserons ici qu’à la première catégorie.

1. TRAVAILLER LE SOL

Le travail du sol est incontournable du plus petit au plus grand jardin. Il peut être nécessaire avant une plantation, dans les massifs du jardin ou même en entretien dans le potager.

Il existe différentes façons de travailler son sol, plus ou moins profondément en fonction du résultat désiré.

1.1. Le travail en profondeur

Vous serrez amener à travailler votre sol en profondeur pour différentes occasions au jardin.

Que ce soit dans des travaux au potager pour la préparation d’une culture ou bien la conception d’un massif de plantes, vous devrez forcement avoir recourt aux outils adaptés si vous souhaitez travailler efficacement et sans que cela ne devienne une corvée.

Evidemment, les outils suivant ne seront pas adaptés à de grandes surfaces où vous devrez plutôt vous tourner notamment vers un motoculteur.

  • La bêche :

C’est sans doute l’outil le plus connu, il sert à retourner la terre sur une profondeur de 35 cm maximum. On peut aussi s’en servir pour décompacter le sol, l’ameublir et même lors de l’arrachage de certaines plantes en coupant plus efficacement les racines qu’avec une fourche à bêcher.

  • La pioche :

L’un des plus vieux outils de travail au monde. Il servait principalement aux travaux durs du sol ou à l’extraction de minéraux dans les mines. Au jardin, son utilité vient pour extraire des pierres du sol ou faire un trou dans un sol très compact. Une partie plus pointue et une autre plus plate permettent de travailler plus facilement tout en faisant levier.

  • La fourche à bêcher :

Cet outil permet un travail équivalent à la bêche mais en étant plus efficace et moins nocif pour la faune du sol (moins de risques de coupures des vers de terre). Son travail se fait aussi sur une trentaine de centimètre de profondeur et les mottes se décompactent d’autant plus facilement par le retournement de la terre.

  • La grelinette :

Particulièrement appréciée par les jardiniers écologiques, la grelinette permet un travail profond du sol en ayant un impact très réduit sur la faune du sol. Les couches naturelles du sol ne sont pas mélangées, ce qui ne lui empêche pas d’être décompacté et bien aéré. Son utilisation se fait simplement par un geste d’avant en arrière, vous permettant ainsi d’adopter de bonnes postures lors du travail.

  • Le cultivateur :

Son action est plus superficielle mais le cultivateur permet d’aérer rapidement et facilement le sol principalement entre des rangs de légumes déjà installés. Les 3 pointes permettent une bonne pénétration dans la terre et facilitent aussi l’infiltration de l’eau. Il peut parfois servir à concevoir de petits lits de semences en l’utilisant en ligne droite.

  • Le croc à bêcher :

Le croc à bécher dispose de dents plus larges que le croc à défricher. En effet, son rôle est de travailler le sol sur une moyenne profondeur tout en le décompactant.

1.2. Les finitions

Une fois la terre travaillée en profondeur et bien décompactée, un travail de finition pourra être apporté de manière à obtenir une surface la plus lisse possible dans le cas d’un semis. Plus la terre sera fine et plus les graines pourront germer facilement car les bulles d’air seront moins présentes et elles seront directement en contact avec la terre et l’humidité. D’autres finissions comme le buttage assurera une croissance secondaire d’un certain type de plantes potagères comme les Haricots ou les Pommes de terre.

  • Le croc à défricher :

Le croc est en fait une fourche aux dents recourbées en angle droit qui s’utilise sur un sol déjà travaillé auparavant. Il permet à la fois de niveler le sol finement, sans trop de traces, en faisant ressortir les éléments grossiers comme les pierres tout en les ramenant vers soit pour les évacuer. Des mouvements d’avant en arrière sont nécessaires pour un travail de qualité.

  • Le râteau :

Il s’agit du dernier outil utilisé lors d’un petit engazonnement. Ses nombreuses petites dents permettent d’émietter très finement le sol et de faire ressortir les derniers cailloux éventuellement en surface. Vous pourrez aussi l’utiliser au potager pour la préparation du sol avant un semis à la volée puis ensuite pour recouvrir et damer la terre. Préférez les râteaux à dents droites car plus faciles à utiliser.

  • Le butteur :

Cet outil, est utilisé pour le potager et la culture des légumes, nécessitant d’être mottés. C’est par exemple le cas des Pommes de terre ou il assure un gain de temps pour les butter en ligne droite entre chaque rang.

1.3. Le travail de précision

Pour un travail plus précis ou tout simplement complémentaire, d’autres formes d’outils sont mis à votre disposition. Ils ont plus un rôle d’entretien du sol que d’un réel travail en profondeur. Certains pourront s’utiliser pour les jardiniers ne disposant que d’un petit balconnet agrémenté de quelques plantes en pots.

  • L'émietteur :

Assez peu connu, l’émietteur est un outil très simple d’utilisation. Il est composé d’étoiles rotatives aux longues dents pointues qu’il suffit de faire rouler sur le sol. Ses pointes pénètrent dans le sol pour l’aérer et le rendre plus perméable sans forcément le travailler difficilement. Son poids et sa méthode d’utilisation feront que vous travaillerez sans vous fatiguer même dans de petits recoins peu accessibles.

  • La griffe piocheuse :

Cet outil à 3 griffes recourbées s’utilise pour travailler en surface d’une façon très précise au pied d’une plante par exemple. L’affinage de la terre est particulièrement facile grâce à la griffe piocheuse et le déracinement d’adventices éparses peut aussi se faire à son passage.

  • La serfouette :

La serfouette est un outil très polyvalent composé de deux parties appelées pannes (parties plates) et dents (deux pointes). La première peut être utilisée pour sarcler, biner, creuser, butter ou encore arracher tandis que la seconde permettra d’aérer le sol entre des plantations. Il existe aussi son modèle réduit pour de plus petits travaux.

  • La fourche à main : :

A nouveau un outil pour les jardiniers de villes possédant un jardinet ou un balcon. Cette fourche miniature peut servir à préparer le sol en surface tout en l’aérant et le décompactant. Dans un seconde temps, vous pourrez aussi l’utiliser pour planter de petites plantes en griffant le système racinaire préalablement.

2. PLANTER

Savoir planter c’est bien mais le faire avec de bons outils permet un travail plus qualitatif, adapté à chaque situation et surtout en réduisant au mieux la pénibilité. Vous ne planterez pas un bulbe comme vous planterez un arbre, c’est pour cela qu’ont été créé des outils spécifiques à chacune de ces tâches.

  • Le loucher :

Bien souvent apparenté à la bèche, le louchet est pourtant légèrement différent. Sa lame métallique est plus allongée, moins large sur sa partie inférieure de manière à creuser plus facilement et surtout en profondeur.

  • Le transplantoir :

Certain l’appelleront truelle de jardin en raison de sa forme mais le transplantoir est bien différent. Arrondi et plutôt étroit à son extrémité, elle permet de creuser de petits trous en surface dans une terre déjà ameublie. Comme son nom l’indique, il sert donc à repiquer de petites plantes ou bien planter des plantes vivaces en godets avec une plus grande précision qu’un louchet. Pour une utilisation fréquente, nous vous conseiller de vous tourner vers des produits de marque plus solide et qui auront ainsi une meilleure durée de vie.

  • Le plantoir :

Il existe plusieurs types de plantoirs. Ce premier a un peu la forme d’un pistolet au bout pointu et conique. Il s’avère très utile pour faire facilement de petits trous dans le sol afin d’y repiquer de jeunes plants voir même des graines. Nul besoin d’évacuer la terre du trou avec cet outil, il suffit de l’enfoncer dans le sol puis de reboucher ensuite.

  • Le plantoir à bulbes :

Ce second plantoir est de forme cylindrique surmonté d’une poignée facilitant la prise en main. Il est donc destiné à planter les bulbes sans grandes difficultés. Vous l’utiliserez en l’enfonçant dans le sol puis en le relevant. La terre se trouve maintenu dans le cylindre à la base plus étroite. Placez ensuite votre bulbe dans le trou pour retourner le plantoir pour libérer la terre à l’intérieur. Certains modèles sont amovibles et permettent d’ouvrir le cylindre pour libérer la terre sans le retourner.

3. TAILLER

La taille a toujours été un problème majeur pour n’importe quel jardinier novice. Se munir des bons outils est déjà une chose indispensable pour effectuer un travail propre en blessant le moins possible la plante. Pour ce qui est de la technique, il en existe des dizaines suivant le résultat escompté mais nous ne les développeront pas dans ce sujet.

  • Le sécateur :

Il existe des dizaines de modèles de sécateurs adaptées à des branches d’un diamètre plus ou moins gros. En règle générale, un sécateur manuel sera en mesure de couper des branchages jusqu’à 2.5 cm de diamètre, ils sont donc adaptés à de petites tailles en transparence, de nettoyage ou de mise en forme. Une lame vient frotter sur une contre lame, ce qui permet la coupure nette sans déchirer. La qualité du sécateur est quant à elle directement liée à sa durée de vie et sa performance !

  • Le coupe branche :

Le coupe branche est en fait un gros sécateur. Il permet de couper des branches beaucoup plus grosses en faisant également une coupe nette et propre, garant d’un plus faible impact sur la plante. Là encore, plusieurs modèles sont en concurrences et pourront couper des branches plus ou moins grosses. Des systèmes permettent aussi de démultiplier la force pour une coupe avec moins d’efforts à fournir.

  • La scie de jardin :

Il s’agit d’une bonne alternative aux tronçonneuses mais vous ne l’utiliserez cependant qu’à une échelle inférieure car il va de soi que vous ne pourrez pas abattre un arbre avec une scie de jardin. Elle s’utilise avec une grande maniabilité comme n’importe quelle scie par des mouvements de va et vient sur des branches que vous ne pourrez pas couper à l’aide d’un coupe branche.

  • La cisaille :

L’équivalent du taille haie mais à main. La cisaille s’emploie pour tailler de petits arbustes ou des formes en topiaire car elle s’avère assez précise une fois que le coup de main est venu. Elle est donc réservez pour couper du feuillage et non pas des branches. Là encore, plusieurs tailles sont à votre disposition avec une maniabilité et une longueur de lame plus ou moins grande.

  • Le coupe bordures :

Il existe des coupes bordures électriques qui s’utilisent pour couper l’herbe, celui-ci n’est pas destiné exactement à la même utilisation. Il permet en fait de marquer et de tailler les bordures de terre à la verticale entre le gazon et les massifs fleuris en faisant une délimitation nette, vous ne pourrez donc pas vous en servir pour couper l’herbe !

  • La cisaille à herbe :

Elle s’emploie à la fois comme un sécateur et comme une cisaille mais elle permet surtout de couper l’herbe. Pour faire les contours du gazon, la cisaille à herbe est le bon outil. Le plus gros de la surface étant tondu après les bordures à l’aide d’une tondeuse.

4. RAMASSER

Au jardin, le ramassage des déchets verts est tout aussi courant que la taille ou le travail du sol, si ce n’est plus ! Dans cette nouvelle catégorie, chaque outil aura une fois de plus une utilité particulière, vous n’utiliserez donc pas un balai pour ramasser des branchages dans un massif.

  • La fourche :

Bien connue dans le monde agricole pour manœuvrer la paille et le foin en vrac, la fourche peut également s’avérer utile au jardinier lors du ramassage des déchets de tailles, feuilles mortes ou bien pour retourner le compost régulièrement. Elle dispose de 3 ou 4 dents fines facilitant le transport de ce type de matériaux.

  • Le balai à gazon :

Parfois appelé peigne, cet outil permet comme son nom l’indique de ramasser facilement des branchages ou des feuilles sur une surface gravillonnée ou sur un gazon sans l’aplatir et l’arracher. On l’utilise en le tirant vers soit pour faire des tas qui seront ensuite ramassés à l’aide d’une fourche par exemple.

  • Le râteau scarificateur :

Scarifier son gazon est absolument indispensable pour évacuer la mousse, l’aérer et le garder en bonne santé. Des outils électriques ou thermiques existent pour de moyennes ou grandes surfaces. Si vous disposez d’une petite surface, le râteau scarificateur vous coutera beaucoup moins cher. Tirez-le aussi vers vous pour arracher la mousse sans endommager votre pelouse.

  • le balai de cantonnier :

Voici un balai adapté spécialement pour le jardin. Il est non seulement plus résistant mais permet de balayer plus simplement sur différentes surfaces. Son utilisation est quant à elle identique à n’importe quel balai car il est utilisé pour ramasser des déchets fins à grossiers en tout genres en laissant ensuite la surface propre.

  • La pelle :

Destinée à ramasser facilement des gravillons, du sable ou encore de la terre, la pelle s’utilise donc au jardin lorsque l’on veut déplacer la terre plus facilement qu’avec un louchet du fait de sa forme recourbée contrairement à ce dernier. Cet outil est donc polyvalent en fonction des travaux que vous réaliserez.

  • Le cueille fruit :

Cet outil est composé d’une poignée, d’un cercle garnit de dents rondes et d’une toile permettant de recueillir le fruit de la récolte un peu à la manière d’une épuisette. Vous pourrez l’utiliser pour des fruits comme les Groseilles, Cassis, Cerises ou Prunes par exemple. D’autres modèles seront adaptés à certains fruits comme pour les Myrtilles ou les Pêches notamment.

5. DÉSHERBER

L’éternel problème du jardinier : Le désherbage. Les produits pesticides n’étant pas une solution durable, les techniques de désherbage manuel sont une très bonne alternative. Certes plus difficiles physiquement que d’appuyer sur la poignée d’un pulvérisateur, vous jardin vous en saura d’autant plus reconnaissant et sa biodiversité progressera.

Les techniques manuelles ne sont malheureusement pas des plus pratiques pour les allées, c’est donc dans le potager, les massifs ou le gazon que vous pourrez les utiliser.

  • Le grattoir :

Très simple d’utilisation, le grattoir est composé d’une lame assez tranchante horizontale et d’une ouverture permettant de couper les adventices directement au niveau de leurs racines sans les amasser à vos pieds.  C’est par cette coupure qu’elles seront tuées car elles ne seront plus en mesure d’émettre de nouvelles tiges. Vous pourrez ensuite ramasser les parties aériennes sectionnées surtout si elles commençaient à fleurir afin qu’elles n’aient pas le temps de s’égrainer à nouveau.

  • La binette :

L’outil incontournable du désherbage manuel, la binette traditionnelle est composée d’une lame verticale et non ajourer pour une utilisation identique au grattoir assurant par la même occasion le rapprochement des déchets vers soit. L’inconvénient de cette binette est quelle amasse non seulement les déchets coupés mais aussi la terre, creusant ainsi des trous si vous n’avez pas le coup de main. Des nouvelles formes ont vu le jour associant l’efficacité du grattoir d’un côté et de l’autre côté une sorte de petit râteau permettant de ramasser avec le même outil les produits du désherbage.

À savoir : Sous d’autres termes, la binette ou le grattoir permettent aussi de casser la croute superficielle du sol et ainsi le rendre plus perméable !

  • Le désherbeur :

Vous l’aurez certainement aperçu à la télévision, le désherbeur est un nouvel outil crée pour vous faciliter la tâche et arracher complètement des adventices même pivotantes (mauvaises herbes à racines profondes et verticales). Sa technique d’utilisation est des plus simples, il suffit d’enterrer la mâchoire, serrer, arracher puis desserrer pour libérer l’adventice ainsi capturée.

Vous avez à présent tous les outils en main pour devenir un pro du jardinage, à vous de jouer …

Notre Boutique en ligne