Proche des azalées japonaises, l’azalée de Chine est bien plus grande que sa cousine mais conserve tout de même ses caractéristiques au point de vue de la floraison. Abondantes et colorées, ses fleurs illumineront votre jardin durant tout le mois de mai.

Voici un petit rappel concernant la classification scientifique des azalées.

Toutes les Azalées appartiennent à la famille des éricacées. Également très proches des rhododendrons, les deux genres étaient autrefois séparés par une caractéristique propre à leur espèce : le nombre d’étamines (organe produisant le pollen dans une fleur). Chez les azalées, elles étaient au nombre de 5 et chez les rhododendrons, au nombre de 10.

De nos jours, les hybridations ont fait que ce nombre d’étamines varie entre 5 et 10 dans un genre comme dans l’autre. C’est pour cette raison que le genre des azalées se trouve inclut dans celui des rhododendrons bien que le grand public ne les nomme pas comme cela pour autant. Il s’agit d’une appellation purement scientifique.

Pour en revenir aux azalées de Chine, on les trouve naturellement en Chine dont le climat s’approche un peu de celui de la France. C’est pourquoi il est tout à fait possible de les planter dans toutes les régions de France même si elles auront des préférences pour le nord et l’ouest où les climats sont plus doux et frais.

1. LES CARACTERISTIQUES

Ce groupe d’azalées de Chine est également connu sous d’autres noms comme azalea mollis, azalées molles ou encore azalées à feuillage caduc.

Le feuillage :
Photo 2 bis

Leur nom d’azalées à feuilles molles vient bien évidement de leur feuillage plus long qu’une azalée japonaise et bien moins charnu qu’un rhododendron classique. Ces azalées sont aussi caduques, ce qui veut dire que leurs feuilles chutent en hiver et réapparaissent le printemps suivant. Chez beaucoup d’hybrides, le feuillage apparaît avec des teintes bronze puis verdit ensuite. En automne, certain arborent même de belles couleurs rougeâtres.

Photo 23

 

La floraison :

Photo 3

Les racines :

Elles sont très nombreuses et ramifiées mais peu développées en profondeur. Il n’y aura donc aucun risque de les planter près d’un dallage car elles ne sont absolument pas puissantes même pour une plante de cette taille.

Les dimensions :

Comme nous l’avons déjà dit, les azalées de Chine sont bien plus grandes que les japonaises au port plutôt compact. Elles s’érigeront à des hauteurs comprises entre 1.50 m et 3 m à l’âge adulte pour autant d’envergure. Prévoyez-leur une place suffisante en second plan de massif par exemple.

2. QUELQUES HYBRIDES

La quantité d’hybride d’Azalées mollis est aussi importante que chez les azalées japonaises. Il serait donc difficile de toutes les lister d’autant que certaines sont très proches. Dans toutes celles que vous pourrez acquérir en magasin, voici les plus courantes :

tab_Azalée de chine

3. LA PLANTATION

Cette tâche ne se fait pas sur un simple coup de tête, plusieurs choses sont à prendre en compte avant d’acquérir une azalée de Chine car tous les jardins et toutes les terres ne lui conviendront pas. Avant de commencer, prenez connaissance des exigences suivantes :

3.1. Quand ?

Photo 17

Choisir une azalée c’est bien sûr choisir avant tout un coloris de floraison suivant la scène que vous souhaitez créer.

Vous les trouverez ainsi en magasin, toute l’année, dans le rayon des plantes de terre de bruyère. Cependant, les azalées sont des plantes qui développent leur système racinaire principalement en automne. C’est pour cela que vous pourrez vous y atteler à ce moment. Vous vous direz certainement que le choix est plus facile en mai car les coloris sont plus abondants et surtout vous serez sûr de la couleur. Ceci est tout à fait vrai et vous pourrez donc les acheter à ce moment pour les planter juste après. Le seul inconvénient est qu’avec une plantation de fin de printemps, vous devrez veiller à suivre l’arrosage régulièrement car les racines ne seront encore cantonnées qu’à la motte de culture qui émettra les racines à l’automne.

3.2. Dans quelle exposition ?

La mi-ombre est l’idéal pour la culture des azalées. Evitez donc le plein soleil qui les assèchera trop rapidement et pourra nuire à leur développement. Etant donné qu’elles sont caduques, leur rusticité au froid est bien meilleure que leurs cousines japonaises. C’est pourquoi le froid ne sera pas vraiment un souci contrairement aux vents desséchants.

3.3. Dans quel sol ?

Photo 18 bis

L’azalée est une plante acidophile, elle poussera donc naturellement dans des sols à pH acide et aura en horreur les seuls calcaires. Les terres poreuses, fraîches, légères et bien drainées sont les meilleures. Si ce n’est pas le cas, vous pourriez éventuellement corriger les écarts par un apport de terre de bruyère en plus ou moins grande quantité (au moins 1/3 ou plus en fonction des cas). En cas de sol argileux et trop souvent détrempé, le drainage s’avère indispensable si vous voulez vraiment les cultiver. Apportez pour cela un lit de gravillons au fond du trou de plantation qui sera souvent de 50 cm x 50 cm pour ameublir au mieux le sol et pouvoir incorporer en mélange la fameuse terre de Bruyère.

Démêlez toujours le système racinaire avant plantation pour ne pas qu’un chignon racinaire continue à se former même dans le sol.

4. L'ENTRETIEN

Comme pour une très grosse partie des plantes dites de terre de bruyère, les azalées de Chine sont des plantes sans soucis une fois qu’elles sont installées. Les travaux d’entretien sont donc très limités et n’ont rien de fondamentalement obligatoire si la plantation a été bien réalisée.

4.1. L'arrosage

Nous l’avons vu, l’arrosage est indispensable après la plantation pour éviter que les racines ne dessèchent en terre alors qu’elles seront toujours contenues dans l’ancienne motte de culture. Cet arrosage est d’autant plus important si vous choisissez de les planter au moment de leur floraison, soit avant l’été. Utilisez toujours de l’eau de pluie car cette dernière ne sera pas calcaire comme pourrait l’être celle du robinet. Retenez que le calcaire est l’un des principaux ennemis des azalées.

Photo 19

En complément de l’arrosage, un paillis organique comme des écorces de pin par exemple permettent de garder la fraîcheur naturelle du sol et ainsi limiter les arrosages.

4.2. La fertilisation

Fertiliser, c’est aussi une garantie de bonne santé de votre azalée mais aussi un petit coup de pousse naturel qui lui sera apporté pour une floraison toujours plus abondante d’année en année. Apportez pour cela vers le mois d’avril un fertilisant liquide riche en potasse pour stimuler la floraison. Ensuite, effectuez un second apport après la floraison avec un engrais organique complet qui permettra à l’azalée de reconstituer de bonnes réserves et surtout produire un feuillage beau et en bonne santé.

4.3. La taille

Photo 20

Elle est plutôt déconseillée dans la plupart des cas car des tailles inadaptées peuvent affaiblir l’arbuste et le rendre inesthétique. Contentez-vous uniquement de couper le bois mort, malade ou abîmé. Eventuellement, en cas de déséquilibre d’une partie de la plante, une taille douce peut aussi être réalisée de manière à reformer une structure dense et bien proportionnée. Enfin, la suppression des inflorescences fanées peut aussi avoir lieu pour éviter qu’elles ne pourrissent sur les branches. La coupe sera aussi nette et cela évitera à la plante de mal cicatriser.

4.4. Les maladies et ravageurs

Les azalées de Chine n’aiment ni les excès d’eau, ni le calcaire. C’est donc naturellement ces deux éléments qui, s’ils sont présents, feront que votre plante se portera mal. L’excès d’eau favorise la prolifération de champignons qui sont capables de tuer votre azalée alors que le calcaire ouvrira la porte à la chlorose ferrique. Cette carence en fer due à la présence de calcaire se traduit concrètement par une décoloration des feuilles et des nervures plus vertes que le reste de la feuille. Dans les deux cas, vous devrez soit réaliser un drainage, alléger votre terre soit acidifier votre sol et apporter du fer en quantité.

En ce qui concerne les ravageurs, ils sont assez peu nombreux et vous ne pourrez apercevoir les pucerons ou cochenilles que sur les jeunes feuilles tendre du printemps. Les conditions trop confinées et peu aérées permettent leur prolifération. En cas de faible attaque pulvérisez une solution de savon noir et en cas de plus forte attaque, choisissez un insecticide systémique.

5. LA MISE EN SCENE

Photo 21

Photo 22

Tout comme pour le cas des azalées japonaises, le meilleur moyen de mettre en scène celles de Chine est de les intégrer dans un massif de terre de bruyère. Dans ce cas, une moyenne à grande zone (au moins plusieurs mètre de longueur pour autant de largeur) devra être consacrée à l’implantation de plantes acidophiles qui s’associent toutes à merveille. L’ensemble de la surface sera travaillé et enrichi de terre de bruyère et de tourbe afin de l’acidifier.

Dans le cas où l’ombrage n’est pas créé naturellement, il peut se concevoir par la plantation d’arbres à grand développement. En effet, l’implantation d’arbres à fort système racinaire n’est pas un souci pour les plantes acidophiles qui, rappelons-le, disposent de racines superficielles tout à fait adaptées à la concurrence de racines plus profondes.

Pour ce qui est de l’association en elle-même, la liste pourrait être la suivante : pieris, érables du Japon, corylopsis, daphnés, rhododendron, hortensias, etc…

Bien évidemment, l’association de plusieurs hybrides d’azalées de Chine est aussi une très bonne chose puisque vous pourrez ainsi multiplier les nuances et créer un véritable spectacle lumineux durant tout le mois de mai.

Notre Boutique en ligne