photo-1


Les plantes vivaces sont une des grandes catégories du règne végétale. Ce sont des plantes qui sont pour la plupart de petite ou de moyenne taille. Le feuillage disparait durant l’hiver pour mieux repousser au printemps suivant. Certaines peuvent être persistantes mais elles ne représentent qu’une part infime des vivaces. Malgré les proportions extrêmes de la rhubarbe géante, elle entre tout de même dans cette catégorie.

La Gunnera manicata, nom scientifique, fait partie de la famille des Gunneracées. Originaire des forêts chaudes et humides du Brésil, on la considère comme une plante tropicale, elle n’en est pas pour autant inadaptée au climat Français, bien au contraire ! Pour la laisser s’exprimer dans toute sa splendeur, il faudra tout simplement lui reconstituer une atmosphère riche et humide.

1. LES CARACTERISTIQUES

La Rhubarbe géante, comme son nom l’indique dispose d’une grande ressemblance avec la rhubarbe comestible de nos jardins. Ce sont pourtant deux plantes bien différentes, ne vous avisez donc pas de consommer les tiges de votre Gunnera, elles sont toxiques. Leur seul point commun repose dans l’agencement et la forme de leur feuillage.

1.1. Le feuillage

Il est très imposant, à taille adulte, une feuille peut atteindre un diamètre de plus de 2 mètres. Ce feuillage exubérant gorgé d’eau est pourtant bel et bien caduc, c’est-à-dire qu’il disparait tous les hivers pour être entièrement renouvelé le printemps suivant. La feuille en elle-même est de couleur verte, épaisse, légèrement palmée, rêche à épineuse surtout sur le dessous. L’ensemble de ces feuilles sont portées par de gros et grands pétioles (tiges) droits et épineux.

Malgré une prédominance d’épines sur l’ensemble de la plantes, elles sont elles aussi gorgées d’eau, il est donc difficile de se blesser par inadvertance.

1.2. La floraison

Tout comme la plante elle-même, la floraison est tout aussi inattendue. Elle apparait au cœur des nombreux rhizomes (souche) de la plante dès le mois de Juin. Ce sont des grosses inflorescences rouges orangées comportant de nombreux petits épis. Les fruits et les graines apparaitront par la suite sous forme de petites boules orangées.

A savoir que ces inflorescences perdureront jusqu’aux premières gelées quand le feuillage disparaitra. La floraison demande beaucoup d’énergie à la plante. Pour concentrer cette énergie vers le feuillage, coupez entièrement les inflorescences au ras au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Vous obtiendrez ainsi des feuilles encore plus grosses et une plante toujours plus imposante.

1.3. La croissance

Comme citée précédemment, la taille de cette vivace est imposante. A l’âge adulte, elle pourra atteindre des dimensions de 3 mètres de hauteur par plusieurs mètres d’envergure. Chaque feuille pourra elle-même faire un diamètre de plus de 2 mètres. Le plus impressionnant est que cette géante ne forme ses feuilles qu’en seulement quelques semaines.

On remarque deux types de croissance, la croissance des feuilles et celle de la souche. Pour une plante adulte, la croissance des feuilles est extrêmement rapide, en l’espace d’un mois, l’ensemble des feuilles sortent de terre et atteignes leur taille annuelle définitive.

Sur les photos suivantes, vous pouvez voir la croissance d’une même plante à 4 semaines d’intervalle.

 

En ce qui concerne la croissance de la souche, elle est rapide mais toutefois plus lente que celle du feuillage. En hiver et en l’absence de feuilles, la Gunnera stock toute son énergie dans ses rhizomes. Ce sont les grosses protubérances d’où sortent les feuilles et fleurs au printemps. Ces rhizomes grossissent et s’allongent au fur et à mesure des années comme le fond les iris par exemple. La plante s’étalera ainsi lentement mais surement, il faudra jusqu’à une dizaine d’années de croissance à un jeune plant pour devenir adulte. Sur la photo suivante vous pouvez voir les rhizomes d’une Gunnera en période hivernale quand les feuilles ont disparues.

1.4. La rusticité

C’est sans aucun doute l’un de ses plus grands points faibles. En effet, la rhubarbe géante n’apprécie pas les températures négatives en dessous de -10°C. Pour éviter toutes mauvaises surprises, il est préférable de la couvrir spontanément tous les hivers.

1.5. Le sol

Elle apprécie les sols très riches en humus organique et gorgés d’eau mais surtout pas calcaires. La Gunnera pourra être plantée dans des zones marécageuses ou en bordures de bassins les pieds dans l’eau. Il est tout de même préférable que le sol se ressuie un peu en hiver pour éviter que les racines superficielles ne gèlent.

Durant la période estivale le sol devra toujours être humide sans quoi le feuillage se mettrait à dessécher rapidement.

1.6. Les maladies

On ne connait pas de maladies pour cette plante. Les ennemis les plus courants sont les escargots et les limaces qui peuvent grignoter les nouvelles pousses quand elles sont encore tendres. Les dégâts occasionnés ne sont que très superficiels mais pas mortels. Le gel et la sécheresse sont les seuls éléments qui peuvent venir à bout d’une Gunnera.

2. LA PLANTATION

Avant toute chose, il est indispensable de bien choisir l’endroit où vous désirez planter votre Gunnera au jardin :

- Un bord de bassin

- Une zone marécageuse

- Un point naturellement bas au jardin où les eaux de pluies ont tendance à ruisseler et s’accumuler.

Quant à l’exposition, elle ne doit être ni chaude ni sèche et à l’abri des vents qui abiment ses larges feuilles. Elle pourra tout de même supporter une exposition plus ensoleillée si le sol reste bien humide. L’ombre et la mi-ombre seront tout de même fortement conseillées.

Il faut également savoir que la plantation ne se fera qu’en pleine terre. Etant donné sa taille et ses besoins, la Gunnera ne peut être plantée en pot sans dépérir. Seule une plante très jeune pourra y rester quelques mois, mais une plantation en pleine terre devra de toute façon être envisagée par la suite.

La période de plantation, que ce soit au Nord ou au Sud de la Loire, se fera au printemps. C’est à cette période que les Gunnera sont vendues en magasin en compagnie des plantes aquatiques. A partir du mois d’avril, le sol commence à se réchauffer et les racines pourront donc s’installer pendant une année avant d’affronter les gelées hivernales.

De plus, les pluies printanières sont plus régulières, c’est à cette époque que la Gunnera a le plus besoin d’eau pour développer ses imposantes feuilles.

Pour en venir à la plantation en elle-même, vous devrez suivre les étapes suivantes :

- Faites un trou de plantation d’au moins 80 cm de profondeur sur 3 fois le diamètre du pot.

- Préparez un mélange composé de 1/3 de compost bien décomposé, 1/3 de terreau de plantation et 1/3 de terre végétale. Ajoutez également 5 bonnes poignées de fertilisant organique concentré à dégradation lente.

- Dépotez la plante du pot mais ne démêlez pas le système racinaire qui est relativement fragile.

 

- Comblez le fond du trou avec le mélange préalablement préparé puis placez la Gunnera de telle façon que la base du rhizome affleure le niveau final du sol.

- Rebouchez ensuite le reste du trou puis tassez légèrement, arrosez le tout généreusement à l’eau de pluie (évitez l’eau du robinet qui peut être calcaire et décolorer le feuillage sous l’effet de la chlorose)

- Etalez un paillage aux pieds de la plante sur 5 à 7 centimètres d’épaisseur. Privilégiez les paillis organiques comme les éclats de bois blanc ou les tontes de gazon préalablement séchées.

3. L’ENTRETIEN

La Rhubarbe géante est une plante très facile de culture si elle est plantée dans les bonnes conditions. L’entretien en est donc très réduit et ponctuel au cours de l’année mais bel et bien nécessaire.

3.1. L’arrosage

Lorsque la Gunnera n’est pas plantée en bord de rivière ou de bassin et si le sol n’est pas suffisamment humide, des arrosages réguliers seront indispensables. Ils devront aussi être copieux à raison d’environ 50 litres d’eau trois fois par semaine en été.

Veillez à bien suivre les arrosages surtout en été lorsque les températures montent car un feuillage qui a souffert d’une carence en eau risque de dessécher. Cependant il est impossible de le réhydrater par la suite.

3.2. La fertilisation

C’est aussi une chose indispensable pour pouvoir alimenter les besoins extrêmes de cette plante en éléments fertilisants. Pour être tranquille une année entière, enrichissez le sol autour des rhizomes de la plante au printemps. Pour cela, retirez le vieux paillage puis épandez environ 5 à 7 cm de compost mur ou de vase de bassin (fertilisant extrêmement riche). Etalez ensuite une seconde fois le paillage par-dessus avec une couche supplémentaire de 5 centimètres.

Le compost apportera une bonne dose d’humus et le paillage conservera la fraîcheur au niveau du pied de votre Gunnera.

N’épandez jamais de fertilisants chimiques au pied d’une Gunnera. Beaucoup trop puissant, il risquerait d’avoir en effet totalement contraire.

3.3. La taille

Cette intervention est tout aussi ponctuelle que la fertilisation car elle a lieu seulement une fois par an. Dès l’apparition des premières gelées significatives de début décembre, le feuillage va se mettre à noircir et pourrir. C’est à ce moment qu’il faudra couper toutes les feuilles aux ras des rhizomes. Ne jetez pas tout ce vieux feuillage qui aura une très bonne utilité pour isoler la souche en hiver.

3.4. L’hivernage

Etant donné que la Gunnera est une plante qui ne résiste pas à des températures fortement négatives, il faudra protéger les rhizomes durant tout l’hiver.

Pour cela, une fois les feuilles coupées, vous devrez :

- Recouvrir les rhizomes avec un voile d’hivernage, ce sera la première couche isolante, n’hésitez pas à la doubler.

- Rabattre ensuite sur le dessus les feuilles préalablement coupées, elles formeront une deuxième couche isolante.

Grâce à cette méthode, votre Gunnera résistera à des températures comprises entre -15° et -20°C

3.5. La multiplication

Comme n’importe quelle plante vivace, il sera possible de diviser la souche pour reproduire cette plante. Cette opération demandera cependant une certaine forme physique car la division de pareilles souches n’est pas de tout repos. Cette opération devra être réalisée au mois de mars lorsque la plante est en repos végétatif (hivernation) et que le risque de gelées s’atténue.

Pour cela :

- Munissez-vous d’une pioche et d’une bêche

- Repérez le rhizome que vous voulez bouturer si vous ne souhaitez pas diviser entièrement la souche mère.

- Commencer par donner des coups de bêche tout autour du rhizome isolé pour le désolidariser des autres sans forcément les détériorer.

- Soulevez le rhizome isolé avec la pioche, cet outil permettra de ne pas trop endommager les racines nécessaires à la reprise du rhizome.

- Replantez la bouture ainsi formée immédiatement à l’endroit souhaité en veillant à arroser abondamment.

- Pour bouturer plusieurs rhizomes, répétez cette opération autant de fois qu’il y aura de boutures.

4. LA MISE EN SCENE

Pour mettre en scène une plante d’une telle envergure, il faut bien entendu prévoir de la place. Sa taille exubérante est un frein pour des associations avec d’autres plantes. C’est pourquoi il sera recommandé de la planter de manière isolée et sous de grands arbres qui lui procureront un ombrage certain.

Vous pourrez toutefois planter des plantes vivaces couvre-sol colorées aux pieds de ses rhizomes. Des feuillages dorés ou panachés illumineront les imposantes feuilles de la Gunnera. Par exemple, les Lysimaques rampantes dorées, les Aegopodium panachés ou même des graminées comme l’Holcus mollis panaché.

Des gros sujets à la proximité d’un point d’eau font des merveilles et ils suffisent généralement à eux seuls pour créer une ambiance de sous-bois et de beaux volumes. Ils offriront également un gite aux batraciens et autres insectes présents dans cet écosystème où la biodiversité règne.

Sur la photo suivante, vous pouvez voir un jeune sujet installé en bordure d’un ruisseau, des vivaces ont été associées pour le mettre en valeur mais pas d’arbustes qui lui feraient trop de concurrence.

5. POUR EN SAVOIR PLUS

Vous pourrez trouver deux autres espèces de Gunnera assez différentes de la Rhubarbe géante du Brésil :

- La Gunnera tinctoria

Originaire du Chili, elle est un peu plus compacte et moins volumineuse que sa cousine du Brésil. Ses dimensions n’excèderont toutefois pas les 2 mètres de hauteur par 2 mètres d’envergure.

- La Gunnera magellanica

Elle est microscopique en comparaison à la Gunnera manicata. Celle-ci est couvre-sol et sa hauteur ne dépassera jamais les 5 cm de hauteur par 40 cm d’étalement. Le seul air de famille avec les espèces géantes est le feuillage très ressemblant et relativement rond.

 

Les rhubarbes comestibles n’ont quant à elles rien à voir avec les Gunnera. Le nom vernaculaire de Rhubarbe géante provient de la ressemblance au niveau du feuillage et de la souche mais la floraison n’a aucun point commun. Les rhubarbes comestibles sont des plantes appartenant à la famille des polygonacées et au genre des Rheum. Leur floraison est plus imposante que celle de la Gunnera et apparait au-dessus du feuillage avec une couleur allant du blanc au rouge.

 

 

Notre Boutique en ligne

  • Fontaine - DESJARDINS

    1 599,00 €