Les fougères, aussi étrange que cela puisse paraître, peuvent pour certaines atteindre plusieurs mètres de haut. Dicksonia antarctica est l’une des plus spectaculaires et l’une des plus rustiques parmi ses congénères.

1. SES CARACTERISTIQUES

Originaire du sud-est de l’Australie, cette fougère arborescente est apparue sur terre il y a près de 350 millions d’années. C’est donc une plante préhistorique.

Elles appartiennent à la famille des dicksoniacées tout comme certaines autres fougères arborescentes.

Au niveau physiologique, dicksonia antarctica dispose :

Photo-9

- d’un feuillage sous la forme de grandes frondes finement découpées et poussant par l’intermédiaire d’un bourgeon unique. Elles peuvent, à l’état naturel, atteindre 2 m de long. De couleur verte, elles sont persistantes du moment que le froid n’est pas trop intense en hiver. Chaque année, la plante émet en même temps plusieurs frondes qui donneront la pousse annuelle.

- d’une base épaisse qui semble bien enracinée, mais ça n’est pas le cas, car les racines en terre servent plutôt d’ancrage et n’ont qu’un faible rôle dans la nourriture et l’hydratation de la plante.

- d’un tronc, appelé stipe, formé par la superposition des bases de frondes disparues lors des années précédentes. Erigé, il sera aussi recouvert de nombreuses radicelles denses et fibreuses qui fournissent un excellent support pour les plantes appelées épiphyte comme des orchidées, bromélias…, dans leur état naturel.

Le haut du stipe mais aussi la base des frondes de l’année sont recouvertes d’un duvet brun par lequelle la plante s’hydrate.

- d’une hauteur de 15 m à l’état naturel, mais qui dépassera rarement les 2 à 3 m sous nos climats.

- d’une croissance très lente, 3 à 5 cm par an. Dans la nature, les fougères auront largement le temps d’atteindre leur hauteur à maturité puisqu’elles vivent plusieurs centaines d’années.

- d’une rusticité assez bonne pour une fougère arborescente car dans de bonnes conditions et bien protégée, dicksonia antarctica pourra survivre à des températures allant jusqu’à -15°C.

2. L'ACHAT

L’achat de dicksonia est possible toute l’année mais le choix sera plus varié au début du printemps car plusieurs tailles seront disponibles au rayon « plantes vivaces ». Vous pourrez aussi trouver de très jeunes plants de Dicksonia dont le stipe n’est pas encore bien visible tout comme des sujets de plus d’1.5 mètres.

3. LA CULTURE DE LA PLANTE

3.1. La plantation

Où ?

Dans la plupart des régions françaises, les fougères arborescentes pourront subsister au jardin en pots. Ainsi, vous pourrez les déplacer plus aisément, dès que les premières fraîcheurs de l’hiver se feront sentir.

En pleine terre, leur culture sera possible sur le littoral breton ainsi qu’en Normandie où elles devront absolument être protégées l’hiver.

Dans quelle exposition ?

Le soleil intense et les conditions sèches sont les deux plus grands ennemis de cette fougère. Préférez des expositions mi-ombragées ou ombragée relativement confinées donc abritées de tous vents. L’idéal étant en fond de massif associée à des arbustes et devant une haie compacte qui coupera le vent.

Dans quel sol ?

La nature du sol a peu d’importance pour la culture de Dicksonia car leurs racines servent principalement de point d’ancrage et très peu à nourrir et hydrater la plante. Si possible, faites tout de même en sorte qu’il soit tourbeux et humide mais pas stagnant, de manière à ce que la fraîcheur se diffuse plus facilement le long du stipe.

A l’inverse évitez les sols trop secs car les fougères ne supportent pas du tout la sécheresse.

Quand ?

En pot comme en pleine terre, mieux vaut planter cette fougère arborescente au printemps, lorsque le risque de gelées est passé. Patientez donc jusqu’au mois d’avril/mai mais ne les plantez plus une fois l’été venu.

Comment ?

Dans le cas d’une plantation en pot, seul un rempotage sera nécessaire pour l’installer au jardin. Encore une fois le but n’est pas de nourrir le système racinaire mais d’offrir à la plante un pot plus esthétique que celui de culture. Choisissez de la terre cuite qui en plus de son aspect naturel présente aussi l’avantage de conserver la fraîcheur.

En pleine terre, inutile d’enrichir le sol ou de le travailler, ajouter simplement un peu de tourbe pour conserver la fraîcheur du sol. Ensuite vous devrez enfoncer le stipe à une profondeur variant en fonction de la taille de la Fougère. Plus elle sera grande et plus vous devrez l’enterrer de manière à ce qu’elle se maintienne.

Astuce : Vous pourrez la tuteurer lors de la plantation afin de lui laisser le temps d’émettre des racines d’ancrage.

3.2. L’ENTRETIEN

Si elle se plait au jardin, l’entretien de la dicksonia sera très simple et se limitera surtout à l’arrosage et à la protection hivernale.

L’arrosage

L’humidité atmosphérique est indispensable pour permettre à la Fougère de s’hydrater. Arrosez-la toute l’année hormis en hiver en apportant l’eau directement au cœur du stipe, sur toute la zone présentant les petits poils bruns. La brumisation des frondes est elle aussi fortement recommandée pour qu’elles puissent garder toute leur fraîcheur et leur couleur.

Pour éviter que l’exercice se transforme en corvée, vous pouvez simplement utiliser un système de goutte à goutte directement au cœur de la plante. Un système de brumisateur en brouillard pourra aussi être utilisé et programmé à proximité des frondes.

Evitez à tout pris l’eau calcaire qui laisserait des traces blanches sur la plante.

La fertilisation

Les apports d’engrais ne sont pas obligatoires pour cette fougère. Vous pouvez épandre quelques poignées de granulés organiques au sol tous les deux ou trois ans. Les minéraux seront captés, même en très faible quantité, par les racines d’ancrage.

ATTENTION : n’apportez jamais d’engrais dans le cœur de la plante, ce serait le meilleur moyen de la tuer !

ATTENTION : n’apportez pas non plus de fertilisant chaque année en excès car ils ont tendance à enrichir le sol mais fragilisent aussi le système racinaire d’ancrage !

La taille

Photo-8

Très limitée, cette opération se limite à la taille des frondes les moins esthétiques d’une année sur l’autre lorsque celles-ci commencent à sécher et à brunir. Coupez-les au ras du stipe à l’aide d’un sécateur.

La protection hivernale

En France, la protection hivernale est indispensable !

- en pot, il vous suffira simplement de rentrer votre dicksonia dans un lieu bien éclairé, hors gel, ventilé, frais et humide.

- en pleine terre, le travail de protection sera beaucoup plus poussé. En chaque fin d’automne lorsque les premières gelées commencent à se faire sentir, coupez l’ensemble des frondes même si elles sont toujours vertes.

Entourez ensuite le stipe sur toute sa hauteur d’un grillage pour former un tube toutefois plus large que le stipe. Laissez 7 à 10cm d’écartement entre le grillage et le stipe.

Remplissez tout le tube de feuilles mortes ou de feuilles sèches de fougères aigle légèrement tassées pour une meilleure isolation.

Sur le haut de la fougère, où naissent les frondes, attachez un plastique transparent en guise de chapeau qui maintiendra la fraîcheur tout en protégeant la plante.

En complément, regardez régulièrement la météo et lorsque des températures inférieures à -7°C sont annoncées la nuit, positionnez plusieurs couches de voile d’hivernage pour protéger plus efficacement le cœur de la plante du gel intense. Enlevez cette protection chaque matin de manière à ce que le cœur puisse voir le jour et se réchauffer à l’aide du plastique et de la lumière.

Toute la protection sera ôtée dès le mois d’avril, en veillant à retirer le plastique dès que les frondes commenceront à vouloir sortir.

Les maladies et ravageurs

La Dicksonia antarctica est une fougère arborescente qui persiste sur terre depuis des millions d’années. Elle a donc su résister aux maladies et ravageurs avec brio et tirer son épingle du jeu. C’est pourquoi de nos jours elle est très rarement endommagée par les indésirables.

Seules les cochenilles pourront venir s’installer sur les frondes mais vous pourrez facilement les déloger avec de l’eau sous pression ou en dernier recours avec un traitement anti cochenille à base d’huiles.

La multiplication

Reproduire les fougères arborescentes est un exercice long, vous devrez donc être très patient. On la multiplie uniquement par semis de spores. En effet, comme toutes les autres fougères, elles n’émettent pas de graines mais des spores qui quand ils se développent donnent un prothalle puis une fougère.

Pour les semer, coupez une fronde lorsque les spores seront arrivés à maturité, vous le verrez car elles sont recouvertes de tâches brunes poudreuses qui s’envolent lorsqu’on les secoue. Placez la fronde horizontalement dans une petite caisse remplie de terreau et maintenez-la ainsi avec de petites pierres. La caissette sera ensuite mise sous serre tiède et humide. Pensez enfin à brûmiser la fronde pour favoriser la germination des spores.

Si vous avez la chance de voir apparaître quelques prothalles, vous devrez ensuite patienter plusieurs années avant d’obtenir un petit plant de dicksonia avec un stipe qui commence à se dessiner.

Les bonnes associations

Pour mettre en scène Dicksonia, vous devrez disposer d’une ambiance à la fois fraîche et d’aspect sauvage :

- ambiance préhistorique : remarquable dans cette scène Dicksonia peut ainsi être plantée en compagnie d’autres plantes d’aspect préhistorique. Par exemple, vous pourrez utiliser comme ici l’araucaria, le gunnera, les equisetum, les cycas (si le climat le permet) mais aussi les fatsias.

Photo-10

Toute une collection de fougères rustiques, persistantes ou non, pourront aussi rejoindre la scène.

- sous-bois humide : pour recréer une scène comme cette dernière, la topographie de votre terrain doit s’y prêter. Plantez votre fougère arborescente sous de grands arbres en compagnie de plantes d’ombres comme les Hostas, Epimedium ou Asarum. Installez aussi, si vous voulez, un système de brumisateur qui créera une ambiance de brouillard en forêt tropicale.

Photo-11

Notre Boutique en ligne

  • Fontaine - DESJARDINS

    1 599,00 €