Réputé pour ses bienfaits psychologiques, le jardinage est un véritable médicament pour bien des passionnés qui peuvent, l’espace d’un instant, s’évader dans leur coin de verdure et oublier tous leurs soucis. Néanmoins, cette activité, si bénéfique soit elle, ne fait bon ménage avec les problèmes de dos. Comment donc pratiquer le jardinage quand l’âge ou les douleurs commencent à se faire sentir et surtout sans aggraver les choses ?

LES JARDINS DE BALCON, MAIS PAS QUE...

1.1. Les bacs de jardinage

De plus en plus de personnes se penchent sur l’activité du jardinage pour tous. À ce titre, des conceptions simples ont vu le jour pour jardiner de 7 à 77 ans en limitant les efforts.  C’est notamment le cas des bacs de jardinage, au départ conçus pour les petits espaces comme les balcons ou courettes. Le but est de pouvoir jouir de ses récoltes sans pour autant disposer d’une parcelle de terre. Mais ces bacs s’avèrent aussi très utiles pour les personnes souffrant de mal de dos récurrents.

Le principal avantage est bien entendu qu’il n’y a pas besoin de se baisser, ce qui rend ainsi le travail beaucoup plus facile et surtout agréable. Il en existe de différentes formes et différents design au-delà du classique bac en bois lasuré. Certes la production est limitée à l’espace proposé on se tournera alors plus souvent vers des cultures potagères comme les Salades, Radis, Carottes, Haricots… Cependant, la plantation de plantes ornementales est aussi possible mais mieux vaut dans ce cas acheter des pots décoratifs.

Au-delà de ces bacs vendus en kit, le bricolage maison peut aussi être de mise si vous avez l’occasion de vous faire aider pour l’installation. Construisez ainsi des bacs bien plus grands à l’aide de rondins empilés à la manière des maisons d’Alaska. Grâce à cela, votre surface de culture peut s’allonger, sans pour autant être très large de manière à accéder au milieu de cette grande jardinière sans efforts.

1.2. La culture sur ados

Cette méthode artisanale reprend un peu le principe expliqué précédemment pour le bac de jardinage fait maison. Le choix des matériaux pour concevoir ces installations est bien souvent le bois. Des grands piquets sont enfoncés tous les 50 cm tout autour du bac de façon à créer un bardage de planches épaisses et traitées classe 4 afin de résister à l’humidité et aux insectes xylophages.

La taille de l’ouvrage est elle aussi importante pour vous faciliter au plus le travail et avoir un écosystème facile à entretenir. Une largeur d’1.20 m pour une hauteur de 50 cm est souhaitable. La longueur n’a pas d’importance donc faites en fonction de votre place. Les allées entre chaque bac seront quant à elles de 50 cm pour pouvoir éventuellement travailler à genoux ou même assis.

Une fois les bacs conçus, il ne restera plus qu’à les remplir. Pour ce faire, faites apporter de la terre végétale extérieure au jardin ou bien récupérez la terre entre les bacs en creusant les premiers centimètres. Remplissez enfin chaque bac avec un mélange de compost et de terreau en veillant à constituer une petite butte naturelle. Vos cultures n’auront plus qu’à être installées et le tour est joué.

Il est bien évident que ce type d’installation est idéal pour jardiner facilement mais sa conception nécessitera une aide extérieure.

2. LE CHOIX DES OUTILS

La façon de jardiner joue un rôle prépondérant quant aux efforts à fournir. Pour limité au plus un travail éprouvant pour votre corps, il est absolument indispensable de disposer des bons outils.

Une large gamme d’outils s’offre à vous, de plus en plus performants, solides et adaptés à chacune des tâches du jardinier.

2.1 Les outils à manche

La première chose à regarder sur vos outils à manche est le manche lui-même. En effet, on n’y pense pas assez mais la longueur du manche est incontournable pour une bonne position de travail aussi bien pour une binette, qu’un croc à bêcher ou même un râteau. Cette règle est d’autant plus vraie pour les personnes de grande taille.

Pour ce qui est du travail du sol, évitez les motoculteurs, motobineuses ou même les outils manuels si votre dos vous fait déjà souffrir. Leur utilisation est particulièrement physique et malmène beaucoup les articulations. Choisissez plutôt l’outil écologique appelé grelinette. Son utilisation est fortement reconnue au point de vue agronomique pour son moindre impact sur la vie du sol. Son maniement est aussi enfantin. Ses deux manches solides et sa large surface de travail vous permettront de travailler facilement votre sol sans jamais vous pencher.

D’autres y verront aussi une utilité dans la conception de petit trou grâce aux dents de l’outil pour repiquer rapidement Porette, Échalote ou Betterave.

2.2. Le banc de jardinage

Proposé à la vente en magasin, le banc de jardinage peut être utilisé par tous. Léger, confortable, facile à transporter et offrant la possibilité de travailler assis ou même à genou, il a tout pour plaire. Un outil indispensable à acquérir si vous souffrez du dos !

2.3. Les transporteurs de charges

S’il vous est toujours possible de transporter des charges et que vos douleurs ne sont pas trop intenses, vous aurez aussi la possibilité d’investir dans des moyens de locomotion plus faciles et respectueux de votre corps.

Ceci est vrai lorsque l’on veut rentrer une potée pour l’hiver, transporter du compost au jardin ou ajouter du paillis dans ses massifs.

Les pots lourds ou encombrant devront soit être évités, soit plantés de végétaux ne nécessitant pas de protection ou bien positionné de telle sorte qu’ils puissent être rentrés sans avoir à franchir d’escaliers ou tout autres obstacles. Placez-les toujours sur des supports à roulette avant qu’ils ne soient agrémentés pour vous faciliter la manutention si nécessaire par la suite.

Au niveau du transport de charges, oubliez les brouettes traditionnelles en bois, lourdes et mal équilibrées, optez plutôt pour des brouettes ergonomiques, équipées de pneumatiques et surtout à deux roues car elles seront beaucoup plus stables que celles à une seule roue.

2.4. La tonte

Vous savez à présent comment vous faciliter la vie au potager et comment choisir ses outils mais une astuce existe aussi pour les surfaces engazonnées qu’il faut tondre inévitablement. Les tondeuses mulching auto tractées sont idéales pour cela. En effet, nul besoin de les pousser ni de ramasser les déchets de tonte qui sont directement broyés par une lame spécifique. 

Dans la catégorie des tondeuses, les robots de tonte sont aussi idéals car ils ne demandent, quant à eux aucun travail, puisque la tonte se fait automatiquement.

3. LES 3 BONNES TECHNIQUES DE JARDINAGE

En travaillant moins, mais mieux, le jardinier il disposera de plus de temps pour contempler son œuvre. Travailler moins ne veut pas dire laisser son jardin en friche mais bien utiliser des techniques reconnues pour limiter au plus le travail à effectuer tout en ayant un jardin agréable et bien vivant.

3.1. Le désherbage

Le problème le plus récurrent et pénible pour le jardinier est sans l’ombre d’un doute le désherbage. Ne passez pas des heures à genoux pour éliminer le moindre adventice. Pailler vos surfaces plantées vous demandera certes un investissement financier et personnel au début mais une fois le paillis étalé, votre désherbage sera quasi-nul. Le paillis est même reconnu pour toutes ses vertus sur le sol et sur les plantations.

3.2. Le choix des plantes

Le choix des plantes sera aussi déterminant dans le travail qu’il y aura ensuite à effectuer au jardin. Au jardin d’ornement, choisissez plutôt des arbustes ou des plantes vivaces qu’il ne faudra pas changer régulièrement contrairement aux annuelles. Privilégiez aussi les plantes à faible développement et surtout à croissance lente qui ne demanderont que peu de taille. Pour finir, évitez les plantes gourmandes en eau surtout si vous les mettez en pot.

Au potager, pour une culture au sol, favorisez les fruits et légumes de grand développement (Cornichons, Petit pois, Artichaut, Tomates, Framboise, Cassis, etc…) et plantez les cultures basses et/ou rapides (Salades, Radis, Carottes, Fraises) dans les potagers surélevés.

3.3. La ceinture

Pour terminer, nous ne l’avons peut-être pas encore citée parce qu’il s’agit d’une évidence pure mais n’oubliez jamais de porter une ceinture de maintien des lombaires lors de tout travail physique, c’est une base pour ne pas aggraver les choses. Enlevez-la dès l’effort terminé pour ne pas habituer votre dos à être maintenu artificiellement en permanence.

Notre Boutique en ligne