Photos : ©worldhdwallpaper.com

Avant d’aller chercher votre chiot, rendez vous en animalerie où un vendeur prendra le temps de vous conseiller sur les besoins qu’aura votre animal.

1. SON ALIMENTATION

Généralement, lorsqu’on achète un chien dans un élevage, le professionnel prend le temps d’expliquer les besoins nutritifs de celui-ci. Il vous conseillera de garder la même marque de croquettes que celle utilisée jusqu’ici. En aucun cas, vous ne devez changer l’alimentation de votre animal de façon brutale au risque de provoquer des troubles digestifs importants. Il faut le faire progressivement en mélangeant petit à petit les anciennes croquettes avec les nouvelles. A l’heure actuelle il existe différents fabricants de croquettes, qui, après de longs tests, mettent sur le marché des produits adaptés en fonction des caractéristiques de votre animal (poids, taille, morphologie de la gueule, peau sensible…). Par exemple, nous ne vous conseillerons pas de nourrir votre Jack Russell avec les mêmes croquettes que votre Labrador. Ne prenez pas l’habitude de donner une alimentation ménagère à votre animal. S’il est nourri avec une alimentation haut de gamme, il sera inutile de lui rajouter les restes de table ou autres morceaux de viande. De plus, lorsqu’il sera adulte, s’il a été habitué à grignoter pendant que vous mangez, il arrivera peut être qu’il se mette à saliver excessivement à la vue de votre assiette. Cela ne sera pas très agréable et pour vous et pour votre chien.

2. SON COUCHAGE

Une large gamme s’offrira à vous en magasin. Du simple tapis à la corbeille molletonnée, il existe une multitude de produits qui ne seront pas tous adaptés à l’animal que vous vous apprêtez à accueillir. La taille du couchage doit correspondre à la taille du chien. Il sera donc nécessaire de changer le panier ou autre, plusieurs fois durant la croissance de votre animal. Pensez qu’il va quitter un nid douillet où il profite de la chaleur de sa mère et de ses frères ; évitez donc de le coucher dans une corbeille trop grande où il aura froid car vous risqueriez d’avoir une visite en pleine nuit du chiot à la recherche de chaleur et de réconfort. Attention, il faut rester ferme et ne pas céder. Votre animal doit avoir son propre couchage. Il faut éviter de partager le pied du lit par exemple au risque de passer de longues nuits d’insomnies car votre chien prendra toute son aise. Lorsqu’ils sont petits et qu’ils boudent leur panier, n’hésitez pas à leur mettre une bouillotte. Cela fonctionne très bien.

3. LES PRODUITS D’HYGIENES

On évitera de laver l’animal dès son arrivée dans son nouveau foyer. Il sera préférable d’attendre une quinzaine de jours (le temps qu’il se soit adapté à son nouvel environnement et aux nouvelles odeurs). Il existe des produits adaptés aux chiots. Ils ont un pH neutre et éviteront de trop agresser la peau sensible de l’animal. Pensez à traiter contre les parasites et à vermifuger votre chiot. Votre vétérinaire vous conseillera, mais sachez que vous trouverez plusieurs marques d’antiparasitaires dans vos aniamleries. Certaines races de chiots auront avec le temps un pelage long qu’il faudra entretenir. Dès son plus jeune âge, familiarisez-le avec les brosses, étrilles ou ciseaux qui serviront plus tard. Toiletter un animal demande du temps, et ce sera plus simple si celui-ci est habitué aux divers instruments. Pour l’hygiène bucco-dentaire, il existe différentes solutions. Cela va du dentifrice pour chien à la friandise à mâcher qui évitera la formation du tartre. Habituez votre chiot dès à présent au brossage de dent. Sur du long terme cela évitera les mauvaises haleines. Certaines races sont plus facilement sujettes à ce type de problème : le yorkshire terrier par exemple.

4. LA PROPRETE

Pas toujours très simple à gérer. Il vous faudra de la patience et de la persévérance. Ce n’est qu’une question de temps, tous les chiots deviennent propres. Généralement les accidents arriveront en fin de nuit ou durant une absence de votre part. Cela ne servira à rien de punir l’animal en lui faisant sentir ses déjections. Il n’y peut rien et par dessus tout n’oubliez pas qu’un chien aime les odeurs qui nous semblent nauséabondes : il ne tirera pas de leçon et ne fera pas la relation entre votre mauvaise humeur et son urine. Par contre plus vous sortirez votre chiot régulièrement et plus vous le récompenserez lorsqu’il fera à l’extérieur, plus vite il deviendra propre.

Il existe des outils pour vous aider :

Le tapis éducateur

On y place des alèses qui serviront à absorber l’urine de l’animal. Elles ont pour but de faire assimiler au chiot qu’ici il peut faire ses besoins en cas de nécessité. Par contre, on peut y trouver des inconvénients sur du long terme car il sera plus difficile, ensuite, de lui faire comprendre qu’il ne doit plus faire du tout dans la maison.

Le tapis placé dans une cage

Elle peut sembler brutale, mais c’est la plus efficace en termes de temps d’apprentissage. Aucun chien n’acceptera de dormir dans ses excréments. Vous placerez donc le tapis dans une cage spacieuse et en cas d’absence vous placerez le chien à l’intérieur. Après quelques accidents vous verrez le résultat. Par la même occasion cela évitera aussi à l’animal de s’amuser avec les objets qu’il trouvera à sa disposition mais qui ne lui sont pas destinés.

5. LES JOUETS

Donnez à votre chiot de quoi s’amuser. Si vous avez pris un animal c’est pour partager avec lui des moments privilégiés.

Pour les sorties :

Préférez des balles ou autres articles que vous pourrez lui lancer lors des promenades.

En votre absence :

Laissez lui a disposition des jouets qu’il pourra mordiller. Cela lui soulagera les gencives qui peuvent être douloureuses durant la croissance dû à leur renouvèlement (comme chez l’humain). Evitez tous les jouets que le chien pourrait confondre avec vos objets personnels. Il doit pouvoir distinguer facilement ce qui lui appartient ou pas. N’achetez que des jouets qui sont destinés à des chiens, ils sont étudiés pour être résistants (plus ou moins longtemps). Dans tous les cas ils sont constitués de matériaux adaptés aux animaux et donc non toxiques. Adaptez toujours la taille du jouet à la taille de la gueule de votre chiot, pas question qu’il puisse l’avaler. Ils adorent également les jouets qui font du bruit. Pour peut que celui-ci avance, roule en plus dans tous les sens, alors là, c’est le comble. Vous verrez votre chien s’acharner contre l’objet jusqu’à en tomber de fatigue. Retirez toujours un jouet percé ou bien qui se déchire. L’éventuel sifflet qu’il contient pourrait être avalé par votre animal. Ou bien un morceau de plastique pourrait venir obstruer les voix respiratoire de votre animal et causer un étouffement.

6. LA RECOMPENSE

Les chiots s’éduquent très bien avec la méthode de la récompense. Lorsque vous vous promenez avec lui, pensez à prendre un petit sachet de délicieuses friandises. Pour chaque bonne action (attendre pour traverser, uriner là où il faut…) offrez-lui une récompense. Il en existe de toutes les tailles, comme à chaque fois nous vous conseillerons d’adapter la taille de celle-ci à la taille de votre chiot. En cas d’absence, vous pourrez aussi lui mettre à disposition des os à mâcher. Attention ils doivent être donnés occasionnellement et non quotidiennement. Comme pour les humains, les friandises sont bonnes mais il ne faut pas en abuser.(Voir aussi le paragraphe « hygiène »)

Voilà, vous êtes presque prêt à accueillir votre nouvel animal. Il ne reste plus qu’à le choisir. Nous vous conseillerons de procéder au choix des articles en vue de son arrivée avant d’aller le chercher et non le jour même. Prenez le temps de préparez son arrivée. Vous vous engagez pour plusieurs années, il ne faut pas démarrer cette nouvelle relation dans la précipitation. Laissez-vous le temps de vous découvrir. Ne forcez pas les choses. Le chien est le meilleur ami de l’homme, si vous le respectez, vous verrez il vous le rendra bien plus que vous ne le croyez.

Notre Boutique en ligne

  • Croquettes Royal Canin pour jeune chiot géant - 15kg

    69,43 €